Blocages de ponts: de la lecture pour les pro-hausse

Pour les pro-hausse avides de double-standards, voici cet article dans sa totalité. Sérieusement, il n’est pas nécessaire d’y ajouter quoi que ce soit…

Fermeture du pont Pierre-Laporte : le ministère promet de prévenir la veille

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) affirme avoir tiré des leçons de la fermeture du pont Pierre-Laporte pendant plus de cinq heures, jeudi (Note de David: jeudi dernier), sans préavis. Cette fermeture a causé d’importants bouchons de circulation et la grogne des usagers de la route.

Le MTQ a dû effectuer le déglaçage de la structure, une opération qui s’est avérée plus compliquée que prévu.

En fin de journée, en entrevue au Téléjournal Québec, le sous-ministre adjoint au MTQ, André Caron, a admis que des leçons seront tirées de l’opération. « Nous allons prendre les mesures nécessaires pour apporter des correctifs, comme avoir une communication préventive, la veille. Avertir les usagers d’une possibilité (de fermeture) », a affirmé André Caron.

Frustration chez les usagers de la route

Les trois voies de circulation en direction nord ont été fermées sur le pont Pierre-Laporte à 10 h pour permettre de dégager les morceaux de glace qui s’étaient formés au cours des dernières heures. À 12 h 30, le pont a été fermé dans les deux sens. Il a été rouvert à 15 h 30.

Le boulevard Champlain dans le secteur du pont a aussi été fermé dans les deux directions pour éviter que des morceaux de glace ne tombent sur la chaussée.

Le MTQ a fermé les voies de circulation sans avertissement préalable, ce qui a causé la grogne chez les automobilistes. « Ce n’était pas annoncé sur la route du tout », a dit l’un d’eux.

La circulation s’est figée à un point tel que l’un des bouchons de circulation prenait naissance à Lévis.

Pour certains automobilistes, l’attente a été plus frustrante que pour d’autres. Il y en a qui ont manqué, par exemple, leur entrevue d’embauche, leur rendez-vous médical ou leur départ en avion de l’aéroport international Jean-Lesage.

Les camionneurs ne pouvaient emprunter le pont de Québec et devaient donc se ranger sur l’accotement. Plusieurs se sont plaints d’avoir été mis devant le fait accompli, le ministère ayant publié les avertissements près d’une heure après la fermeture du pont. « J’ai eu l’information par la radio, mais c’est pas fort de leur part. »

Les répercussions de la fermeture du pont ont touché jusqu’à la traverse Québec-Lévis. En après-midi, les automobilistes ont dû attendre au moins une heure avant l’embarquement.

2 Réponses

  1. Où tu veux en venir, David??? Que le gouvernement bloque parfois des ponts, lui-aussi??? Ça, je le savais déjà!!! Mais, à sa décharge, le MTQ avait, au moins, un motif pour le faire (bien qu’ils auraient pu faire l’entretien de nuit), contrairement à nos boycotteux professionnels!!!

    1. Tous les motifs sont bons pour le gouvernement, n’est-ce pas?

      Mon point est qu’on fait un trop plat avec le blocage de ponts, pas qu’il s’agisse d’un moyen intelligent pour contester.

      Et je ne suis pas contre ce blocage en particulier, mais il aurait dû y avoir un préavis.

%d blogueurs aiment cette page :