Célébrons la mort de Jack Layton, le plus sympathique étatiste fédéraliste au Canada!

Bien que j’aurai préféré que sa mort soit un canular et que la mort de Jean Charest soit réelle en échange, y a de quoi fêter ça!

Merci encore à Voix de faits pour cette image.

Mais ne célébrons pas trop, car je ne suis pas le seul…

Cruelle, la médiocrassie pseudo-représentative, n’est-ce pas?

Publicités

34 Réponses

  1. Calvace, David, tu aimes la polémique, toi!!! N’as-tu donc rien appris de la volée de bois vert que tu as reçu, l’année passée, de la part de purs inconnus qui ont trouvé ton blogue par hasard, à la suite de ton billet sur la mort de Claude Béchard??? Mais, tu as raison, pour Mulcair, la voie est libre, pour lui!!!

    P.S.: Moi-aussi, j’aurais préféré que la mort de John-James Charogne soit réelle!!! 😉

    1. C’est justement pourquoi j’ai décidé de recommencer! 😉

      1. Bof, tu es très loin d’être le pire, cette fois-ci!!! Sur Vigile.net, ce cinglé de Jacques Noël chie, carrément, sur le cadavre de Layton, en l’accusant, littéralement, d’avoir volé la dernière élection fédérale!!!

        Et, après ça, c’est à toi que l’on demande de retirer un billet!!!

        Pourquoi ai-je l’impression que le mouvement souverainiste est rempli de ti-counes de ce genre qui pensent comme Noël, hein???

        Puis, Julie St-Hilaire s’est faite rentrer dedans, sur son blogue, par des gauchistes, suite à un parallèle assez douteux de sa part, entre le NPD et le communisme!!!

        À la radio, Dutrizac (et plusieurs autres gauchistes) a instrumentalisé la mort de Layton, pour cracher sur Harper!!!

        Il n’y a pas à dire, David, tu as été plus que soft, cette année, comparativement à tout ce beau monde!!! Tellement qu’on ne reconnaît plus le méchant anarchiste, là!!! 😉

  2. À défaut de respecter le politicien, tu aurais pu au moins respecter l’homme non?

    Je crois que Layton était sincère dans ce qu’il faisait, même si je ne crois pas qu’on puisse changer les choses comme ça. Y’en a combien des gens sincères en politique? Ou même dans la vie de tous les jours?

    1. Pas de problème avec l’homme (que je reconnais être sympathique: sa « sincérité » dépendant de son non-accès au pouvoir), j’offre mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches, comme toute personne décédée. En fait, je te trouve plus sincère et intéressant que lui.

      Et si Stephen Art-Peur était mort, tu aurais dit quoi?

      Et je te le dis tout de suite, j’aurais fait bien pire que ça si c’était Art-Peur. J’ai été très doux cette fois-ci, pas mal plus qu’avec Claude Bâtard.

      1. Je reconnais en Layton un humanisme que je ne vois pas dans Harper (duh) ni dans la plupart des politiciens. Je peux me tromper car je ne le cotoyais pas dans la vie de tous les jours, mais c’est ce que je ressentais en l’écoutant en entrevue ou en lisant sa dernière lettre. Il me semblait authentique. C’est rare.

        De la même manière que je peux écouter une entrevue d’André Fortin et il y a quelque chose qui saute aux yeux pour moi (encore plus que Layton) : le gars était vrai et dégageait quelque chose que peu de gens dégagent. Le dude passait sa carte de guichet automatique à tout le monde! Oui il a fait de l’argent, mais personne ne fait ça…

        1. J’ai beaucoup plus d’admiration pour Dédé, même si je ne l’aurais jamais encouragé à terminer sa vie comme ça… 😦

          « en lisant sa dernière lettre. »

          Il y avait une sincérité admirable et une naïveté pathétique dans cette lettre.

          « Le dude passait sa carte de guichet automatique à tout le monde! Oui il a fait de l’argent, mais personne ne fait ça… »

          Oui, il a des qualités humaines évidentes, je ne te contredis pas là-dessus, je parle de la mort du politicien.

          1. Juste pour préciser sur le dernier point, c’est dédé fortin qui faisait ça et non pas Jack, ce qui n’empêche pas que je pense qu’il avait des qualités humaines évidentes, comme tu dis.

            Pour la lettre de Jack Layton, l’opitimisme et la naïveté se rejoignent souvent. Mais le pessimisme n’est pas mieux et est très dur à porter au quotidien.

            Moi non plus je n’aurais pas encouragé dédé fortin à se suicider mais le gars était visiblement au bout du rouleau à la fin.

            Et oui il s’est suicidé à la fin, mais je pense que la société est autant si ce n’est pas plus responsable de sa mort que lui-même.

            Je me suis toujours reconnu en lui, à la différence pres que tout le monde l’aimait et qu’il était un grand homme. Ce qui n’est pas mon cas bien sûr pour ces deux aspects. Bien au contraire.

            1. « Juste pour préciser sur le dernier point, c’est dédé fortin qui faisait ça et non pas Jack, ce qui n’empêche pas que je pense qu’il avait des qualités humaines évidentes, comme tu dis. »

              Désolé, j’ai été crissement crétin. En te relisant, c’était évident pourtant. Mais bon, ça ne change rien sur le fond.

            2. Et effectivement, Dédé était au bout du rouleau à la fin. 😦

  3. Des quais froids de la Seine aux bords brûlants du Gange,
    Le troupeau mortel saute et se pâme, sans voir
    Dans un trou du plafond la trompette de l’Ange
    Sinistrement béante ainsi qu’un tromblon noir.

    En tout climat, sous tout soleil, la Mort t’admire
    En tes contorsions, risible Humanité,
    Et souvent, comme toi, se parfumant de myrrhe,
    Mêle son ironie à ton insanité.

    1. Merci pour cet intéressant passage de Beaudelaire!

      http://lapoesiequejaime.net/cbaudelaire.htm (voir Danse Macabre)

  4. Je déplore la mort de l’être humain Jack Layton,
    Pour ce qui est du politicien, meh…
    Le NPD est parti de gauche capitaliste et comme tout les parties capitalistes, ils ne veulent pas changé de système seulement le modifier et comme tout les partie de gauche le NPD dérive tranquillement vers le centre. Gageons que bientôt le NPD s’appellera le NPL (Nouveau Partie Libéral).

    1. Je ne crois pas à une fusion.

      1. Il n’ont pas besoin de fusionner.
        Tout les parties « de gauche » dérivent vers le centre(voir même la droite), même Québec Solidaire.
        On a juste a regarder les autres parties « de gauche » : le new labor en Angleterre, a pratiqué des mesure économique copier de Margaret Thatcher, le partie démocrate aux États-Unis, toujours a gauche d’un yotta du partie républicain qui lui se déplace toujours plus vers la droite, le PCUSA support les démocrates, en Espagne même chose que l’Angleterre avec le Parti socialiste ouvrier espagnol, …

        Il n’y a qu’un partie basé sur la classe ouvrière qui pourra se débarrasser du capitalisme.

        1. Un parti? Surtout pas!

          1. Même si j’ai beaucoup de respect pour les anarchistes, je n’en suis pas un. Un des points sur les quel je diffère avec les anarchistes c’est que je pense que la classe ouvrière doit s’organiser et créer un parti. Pas un parti capitaliste ou bourgeois, un partie d’on les représentants sont élu et révoqué par la classe ouvrière.
            Je pense que la dictature du capitalisme ne sera jamais vaincu si la classe ouvrière ne s’organise pas pour s’en défendre et le vaincre.

            1. Oui, mais comment un tel « parti » va se faire élire?

              1. Ah, ok! Un tel parti n’aurait pas pour but de se faire élire.

        2. Mais vous avez raison sur le fait que les partis dérivent vers le centre.

          1. Tu peux me tutoyer s.t.p.?

            Les parties capitalistes NPD, PCC, BQ, PLC, etc seront toujours du côté des patrons, ils tenteront toujours de reprendre les acquits de la classe ouvrière.

            1. Bof, le Bloc n’a pas de pouvoir gouvernemental, alors…

  5. Françoys Larue Langlois

    Quoique partisan de l’économie de marché et de la démocratie représentative, l’économiste américain Anthony Downs a développé dans son ouvrage intitulé « An Economic Theory of Democracy » une fort intéressante analyse.

    Pour résumer, il considère que la démocratie représentative n’est pas seulement le régime politique le plus convenable au capitalisme, mais qu’il est la même chose que lui ; l’un étant la version politique et l’autre la version économique d’une même dynamique.

    Dans un cas comme dans l’autre, cherchant profit ou pouvoir (selon qu’on est capitaliste ou politicien), on met en oeuvre des corporations ou des partis, lesquels, par le biais de discours publicitaires ou électoraux, tentent d’obtenir la clientèle des consommateurs ou électeurs.

    Downs en tire la conclusion que dans les sociétés qui pratiquent le capitalisme et la démocratie représentative, tout est au mieux puisque l’harmonie règne entre la dimension économique et la dimension politique..

    J’ai l’honneur de différer d’opinion avec Downs, du moins quant à ses conclusions générales. Mais je crois qu’il a raison de penser que le capitalisme et la démocratie représentative sont, en quelque sorte identiques, ou du moins qu’ils constituent les deux faces d’une même médaille.

    C’est pourquoi il me semble que la classe ouvrière (comprise dans son sens le plus large) ne doit absolument pas s’organiser en parti. Non qu’il ne faille pas qu’elle s’organise, d’une manière ou d’une autre, pour changer l’ordre actuel (ou plutôt le désordre actuel), mais il ne faut surtout pas qu’elle le fasse en créant un parti.

    Si les partis de gauche finissent toujours par s’aligner (au mieux) sur le centre, ce n’est pas parce que leurs dirigeants manquent d’humanisme ou de constance, c’est parce qu’ils mettent le doigt dans l’engrenage de la démocratie représentative, qui n’est rien d’autre que l’incarnation politique du capitalisme.

    1. Un parti basé sur la classe ouvrière n’aurait pas pour but de se faire élire, mais de défendre les intérêts de la classe ouvrière et cela en tout temps.

      Pour le reste je suis d’accord avec toi.

      1. Françoys Larue Langlois

        Eh bien, alors, pourquoi appeler cela un parti? Le terme – essentiellement politicien – porte à confusion. De plus il laisse entendre qu’il s’agirait d’une organisation centralisée.

        1. Peut-être que parti n’est pas le bon terme, mais je pense que présenter des candidats peut être utile parfois, quand le but n’est pas de gagner la présidence, mais de montrer qu’il y a d’autre alternative au capitalisme. De toute façon les capitalistes ne laisseront jamais la classe ouvrière prendre le pouvoir sans combattre.

          1. Bof, me semble qu’on devrait utiliser nos énergie à autre chose que le militantisme électoral.

            À moins que ce ne soit qu’une raison pour prendre de la place dans les médias…

          2. Françoys Larue Langlois

            La participation au processus électoral comme moyen de propagande est une tradition ancienne et vénérable. En principe je n’ai rien à y redire. Mais n’oublions pas qu’en pratique, c’est ce que se proposaient initialement le Parti travailliste anglais et le Parti Ouvrier français, ancêtre du Parti Socialiste actuel. Je crois résolument qu’il faut se garder de mettre le doigt dans cet engrenage-là. Non seulement « parti » n’est-il pas le bon terme ; ce n’est pas le bon moyen.

            1. Les dirigeants du parti travailliste anglais et du parti Socialiste sont des carriéristes, un mouvement ouvrier doit être dirigé par des ouvriers. Évidemment tout mouvement peut dégénérer et s’embourgeoiser, ne pas faire de politique n’est pas une garantie, on a juste a voir comment se comporte certain syndicats de nos jours pour se rendre compte qu’ils ne plus que l’ombre d’eux même.

              1. Françoys Larue Langlois

                Je reconnais de bon coeur que « ne pas faire de politique n’est pas une garantie » contre l’embourgeoisement et qu’à cet égard, l’exemple des syndicats actuels est excellent. Voilà un enchaînement d’idées dont je ne me priverai pas d’user si l’occasion se présente.

                Mais j’avoue continuer à avoir peur qu’en contrepartie, faire de la politique soit une garantie d’embourgeoisement.

                Nous parlons ici de politique politicienne, n’est-ce pas : les partis, les élections, la représentation nationale, le gouvernement, l’appareil législatif, le système judiciaire, policier et pénitentiaire, l’armée, l’État. Voulons-nous vraiment vous frotter à tout cela? Quel programme pourrait être assez enivrant pour nous faire oublier le dégoût qu’inspire naturellement la promiscuité avec de telles abominations?

      2. Je n’ai aucun problème avec ce genre de parti, on appelle ça de la démocratie directe. Ceci dit, il est fort probable que je ne soie pas d’accord avec leurs militants, mais ce n’est pas invalide.

    2. Excellent commentaire, et je ne connais très bien cet oeuvre de Downs.

  6. Sincère ou pas, je ne sais pas ce qu’aurait accompli Layton au pouvoir, à part nous endetter jusqu’au bord du gouffre et disparaître juste avant que le FMI se pointe à la porte.

    1. Quoique les gouvernements provinciaux du NPD, sauf en Ontario, n’ont pas la réputation d’être des fossoyeurs des finances publiques…

%d blogueurs aiment cette page :