Guerre Khadir-Duhaime: la réplique de Khadir (à titre d’archive personnelle)

À titre d’archive personnelle, voici l’intégral de l’article écrit par Taïeb Moalla (au cas où ça disparaîtrait à nouveau 😉 ) concernant la réponse d’Amir Khadir, chef de Culbec Suicidaire, à ce billet d’Éric Duhaime concernant son père, le très anti-capitaliste 😉 Jafar Khadir.

Des accusations «complètement ridicules» -Amir Kadhir

Taïeb Moalla

16/05/2011 11h52

 

S’agissant du Plan Nord, un expert de l’Université Laval ainsi que le député de Québec solidaire, Amir Khadir, jugent « farfelues » et « complètement ridicules » les accusations du chroniqueur Éric Duhaime.

«C’est comme si on disait qu’une couturière québécoise qui utilise du tissu concurrençait directement le fermier égyptien qui produit du coton. Il faut vraiment chercher très loin pour dire que ce sont des concurrents».

C’est l’image qui est immédiatement venue à l’esprit de Kostas Fytas, professeur en exploitation minière à l’Université Laval, en lisant la chronique d’Éric Duhaime, publiée dans le Journal de vendredi.

Selon M. Duhaime, les critiques virulentes du solidaire Amir Khadir au sujet du Plan Nord ne sont pas innocentes. Elles seraient liées à la nature de l’entreprise dont le père du député est un des principaux actionnaires. Jafar Khadir est d’autre part un des principaux contributeurs financiers de Québec solidaire. En 2008, il prêtait 50 000 dollars au parti. En plus, trois importants dirigeants de l’entreprise paternelle, Metalliage, ont également contribué à hauteur de 6630 $ à Québec solidaire au cours des dernières années, écrit le chroniqueur.

« Son père Jafar est le deuxième actionnaire (le 14e, selon Québec solidaire) du plus important transformateur de ferraille en ferrotitane au Canada, Metalliage. L’entreprise exporte aux aciéries canadiennes et américaines un composé de fer et de titane utilisé notamment par l’industrie automobile. Elle concurrence donc directement les compagnies qui exploitent des mines de fer dans le Nord québécois », explique M. Duhaime dans son article pamphlétaire.

Le professeur Fytas assure pourtant que « ce n’est pas du tout la même chose. Les mines vont prendre le minerai et sortir le concentré pour avoir de l’acier. Ce n’est pas la même nature de production que celle d’une compagnie qui transforme du fer recyclé. S’ils sont concurrents, c’est très indirect », croit-il.

La métaphore de l’imbécile

Interrogé par le Journal, Amir Khadir a qualifié les accusations du chroniqueur du Journal de « complètement ridicules ». « Il utilise des arguments alambiqués pour atteindre ma crédibilité. Ce n’est pas très sérieux », a insisté le député. Tout comme le professeur Fytas, le député juge que son père ne peut pas être en concurrence avec les mines de fer du Grand Nord. « C’est même le contraire, jure-t-il. Les additifs utilisés dans la fabrication du ferrotitane, comme le molybdène ou le titane, servent à rehausser la qualité de l’acier. Ça stimule le marché de l’acier et ça fait même l’affaire des mines de fer ! »

Malgré ces précisions, M. Khadir dit rêver d’un monde où des entreprises comme celle de son père n’existeraient pas et où « on sortirait de la logique de production de masse ». Après avoir dû fournir de nombreux détails techniques au Journal, M. Khadir a signalé que la situation lui rappelait un proverbe iranien, selon lequel « ça prend un imbécile pour jeter une pierre dans un puits, mais ça prend 50 sages pour aller la chercher ».

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :