Sur l’affaire Bertrand Cantat…ou pourquoi je ne me présenterai jamais en politique?

Je désapprouverai toujours un acte de violence comme celui perpétré par Bertrand Cantat qui a causé la mort de sa conjointe d’alors, mais je n’ai aucun problème à ce que Cantat séjourne au Québec présentement. Voici pourquoi:

1) Cantat n’a jamais voulu réellement tuer sa conjointe. En aucun cas, son meurtre n’était prémédité. La conjointe aurait très bien pu survivre à son agression, et dans un tel cas, les conséquences judiciaires pour Cantat auraient été moins vigoureuses. Il y a un élément de malchance dans ce dossier. Comprenez-moi bien cependant, l’acte violent commis par Cantat constitue un voix de faits criminel répréhensible, mais il ne faut pas en exagérer la portée comme plusieurs démagogues de pacotille le font cette semaine!

2) Cantat a été libéré de prison par le système de justice français, un système de justice criminelle plus répressif (heureusement pour nous et malheureusement pour les Français) qu’ici au Québec et au Canada. De plus, son contrôle judiciaire en France a pris fin le 29 juillet 2010, et il n’a commis aucun acte criminel depuis!

3) CANTAT NE CONSTITUE EN AUCUN CAS UN DANGER POUR LE PUBLIC…ou à tout à moins, il n’est pas un danger supérieur au quidam moyen sans antécédent judiciaire!

4) Si vous désapprouvez la présence de Cantat au Québec, il suffit de ne pas vous présenter au TNM, de ne pas acheter ses CDs et de ne pas aller voir ses spectacles! Vous pouvez même boycotter le TNM et faire la promotion de son boycott pendant le reste de votre vie pour protester si vous le désirez, MAIS POUR LE RESTE, ÇA NE VOUS REGARDE PAS ET ÇA NE REGARDE ENCORE MOINS L’ÉTAT!

5) Ce dossier n’est qu’un prétexte démagogique ourdi par les CONservateurs et leurs rats hypocrites complices du Réseau Liberté Québec, en pleine campagne électorale par surcroît, afin de vous vendre l’idée que leur racisme et leur doctrine de la répression policière accrue sont des bonnes choses, et plusieurs sont trop naïfs pour s’en apercevoir!

Et vlà Duceppe qui est obligé de vomir le même discours que les CONservateurs pour des raisons bassement électoralistes. Vous comprenez encore mieux maintenant pourquoi je ne me présenterai jamais en politique…

Publicités

8 Réponses

  1. […] AccueilRenart, en vracDépotoir éphémèreAh: c'est Pascal ton nom?La campagne contre l’Iran : le lobby sioniste et l’opinion juiveBlogolisteVisuelPoésieRenart Léveillé » humanisme, Justice, opinions, philosophie, société » Mouawad et Cantat : après le dilemme…Mouawad et Cantat : après le dilemme…2011/04/06 | Ajouter un commentaire Hier, j’ai passé presque toute ma journée tétanisé, devant mon écran, par le débat Cantat-Mouawad :Le soleil serait bienvenu, cette histoire Cantat-Mouawad est un gros nuage gris scotché à mon cerveau.J’expose dans mon billet précédent une position en déséquilibre et c’est ce déséquilibre qui m’a fait balancer d’un côté et de l’autre tout au long de mes lectures*, jusqu’à pencher finalement de plus en plus du côté de Cantat-Mouawad. Et ce n’est pas du tout par approbation du crime commis, s’il faut le spécifier (oui, il le faut, puisque je me doute bien que cela sera une avenue trop facile à emprunter pour ceux qui liront mon texte et qui penchent de l’autre côté). C’est bien plutôt la pauvreté argumentaire du clan contre qui m’a fait cheminer vers une acceptation de la possibilité que Bertrand Cantat puisse un jour retrouver les planches. Dans un avenir proche? Non, les cendres sont encore trop chaudes, même pour beaucoup de ceux qui sont capables de regarder tout ça froidement.En vrac, cette pauvreté argumentaire, avec commentaires. Total refus de voir ce crime dans son contexte. Se servir de cette décontextualisation pour bâtir un argumentaire, qui sera alors tout simplement bancal, logiquement. Toujours mettre de l’avant le côté scabreux du crime, comme si ce n’était pas déjà assez évident pour tout le monde et que le système de Justice ne s’y était pas assez penché (qui peut douter que l’avocat chargé de l’accusation ne s’en soit pas servi à satiété pour convaincre le jury?). Comparer ce crime avec d’autres alors qu’il est visiblement inédit, donc, difficilement comparable. Remettre en doute, pour des raisons souvent obscures, et le jugement qui a été rendu, et la capacité de la société à réhabiliter. Pointer le fait que Bertrand Cantat est un artiste, a une notoriété, et donc présumer qu’il aurait des privilèges que les autres criminels n’ont pas. En faire une affaire de guerre des sexes, comme si un Bertrand Cantat homosexuel ayant tué un homme au lieu d’une femme avait été plus passible de rédemption aux yeux de la société. Et surtout, remettre en question la moralité de ceux qui veulent aider le chanteur.Donc, aveuglement volontaire, sensationnalisme, gros doute personnel sur un retour possible de la peine de mort, encore la croisade anti-artiste et un lien avec le féminisme qui est tout sauf clair. Justement, parlant féminisme, j’écrivais dernièrement : le féminisme est un humanisme. En en lisant certains, pour ne pas dire certaines, c’est bien le contraire qui est prouvé. Le féminisme n’est pas un humanisme pour tout le monde. Le crime de Cantat n’est pas un drame humain, mais bien plutôt seulement un crime contre les femmes. Donc, le pardon est impossible.Sans pour autant cautionner la violence faite aux femmes, je me questionne quant à cette prise de position sans appel, comme si on devait mettre à ce point une hiérarchie sur les drames. Je suis bien d’accord que chaque drame n’est pas équivalent, mais bon, je ne suis pas certain que regarder trop ce débat sous la loupe féministe est une si bonne chose.Autrement, je n’aime pas trop non plus ceux qui moussent trop ce débat en faveur de Cantat et Mouawad en y insufflant son caractère artistico-philosophique. C’est déjà immensément philosophique comme débat. Le côté artistique me semble plus un dommage collatéral, ce qu’en serait le côté menuiserie si le criminel avait été un menuisier (bien sûr, nous n’en parlerions sûrement pas si ce n’avait été un artiste). Le côté artistique ne se trouve pas dans le crime, ce n’est pas Cantat le chanteur qui a tué avec un chant, ni dans le débat autrement que dans une hypothétique participation du chanteur à un spectacle de théâtre qui n’est encore qu’à l’étape de projet.Et pour clore le tout, il n’est vraiment, mais vraiment pas certain que Bertrand Cantat pourra se rendre jusqu’ici. Quoi qu’il en soit, ce débat aura au moins été instructif… ******* *J’ajoute ici une partie de mes lectures : http://remycharest.com/wordpress/2011/04/05/a-lenvers-a-lendroit-quelques-mots-sur-wajdi-mouawad-et-bertrand-cantat/http://www.cheznadia.com/archives/2011/04/cantat-a-tout-a-fait-le-droit-de-vivre-oui-mais-nous-avons-le-droit-de-ne-pas-etre-menes-en-bateau.htmlhttp://www.cvoyerleger.com/2011/04/cantat-1.htmlhttp://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/marc-cassivi/201104/04/01-4386493-le-droit-de-vivre.phphttp://blogue.martinpetit.com/2011/04/05/quand-tas-tue/http://www.patrickdion.ca/2011/04/pour-en-finir-avec-cantat.htmlhttp://www.labarbe.ca/podbarbe-le-faux-scandale/http://www.chroniquesdupatio.ca/2011/04/05/on-fait-dur-ben-dur/http://savignac.wordpress.com/2011/04/05/quand-bertrand-cantat-me-confronte/http://www.voir.ca/blogs/tristan_malavoy-racine/archive/2011/04/06/vade-retro-bertrand-cantat.aspxhttps://anarchopragmatisme.wordpress.com/2011/04/06/sur-laffaire-bertrand-cantat-ou-pourquoi-je-ne-me… Votre adresse mail :  Tweet Auteur : Renart LéveilléVisit Renart Léveillé's WebsiteSuivre Renart Léveillé sur TwitterCatégorie(s): humanisme, Justice, opinions, philosophie, société · Mots-clés: acceptation, accusation, anti-artiste, argumentaire, Artiste, artistico-philosophique, artistique, aveuglement volontaire, avocat, bancal, Bertrand Cantat, Cantat, cautionner, Cerveau, chant, Chanteur, charge, commentaires, contexte, convaincre, crime, criminel, croisade, débat, décontextualisation, déséquilibre, dommage collatéral, doute, drame, Féminisme, féministe, Femme, Femmes, guerre des sexes, hiérarchie, Homme, homosexuel, Humain, humanisme, hypothétique, impossible, instructif, jugement, jury, Justice, logiquement, moralité, Mouawad, notoriété, pardon, participation, Pauvreté, peine de mort, philosophique, Position, possibilité, présumer, privilège, projet, question, rédemption, refus, réhabiliter, sans appel, scabreux, Sensationnalisme, société, Spectacle, système, tétanisé, théâtre, ViolenceLaissez un commentaire Cliquez ici pour annuler la réponse. Nom (requis) Courriel (ne sera pas publié) (requis) Blogue ou site […]

    1. Ah! Merci pour la plogue! 🙂

  2. Anyway, Cantat ne pourrait pas séjourner au Canada, à ce qu’il paraît!!!

    «La conjointe aurait très bien pu survivre à son agression, et dans un tel cas, les conséquences judiciaires pour Cantat auraient été moins vigoureuses.»

    Je ne crois pas, David!!! Marie Trintignant était LA fierté de sa famille!!! Depuis que sa soeur est morte, elle a reçu toute l’attention de ses parents, beaucoup plus que son frère!!! Elle en parlait, dans plusieurs de ses entrevues qui portaient sur le sujet!!!

    Ajoute à ça qu’elle était très rancunière et qu’elle était, à la limite, borderline, Cantat se serait retrouvé avec une poursuite pour violence conjugale, de la part de toute la famille Trintignant, une famille qui a le bras long, en France!!! Il aurait été en prison, pareil, tu peux en être sûr!!!

    «il n’a commis aucun acte criminel depuis»

    Non, mais il a dû être interrogé par la police, quand son ex-femme s’est suicidée, l’année passée, puisqu’il était présent, au moment des faits, et qu’il n’a rien fait, pour l’en empêcher!!!

    Pour le reste, je maintiens mon opinion: Cantat ne peut plus faire ce qu’il faisait, avant le drame, comme si rien ne s’était passé!!! Bref, il ne plus être une personnalité publique et il devrait se faire oublié!!! Qu’il se trouve une job, dans une shop ou dans un fast-food, et qu’il se la ferme!!!

    Ce serait mieux, pour lui!!!

    1. « Je ne crois pas, David!!! Marie Trintignant était LA fierté de sa famille!!! Depuis que sa soeur est morte, elle a reçu toute l’attention de ses parents, beaucoup plus que son frère!!! Elle en parlait, dans plusieurs de ses entrevues qui portaient sur le sujet!!!

      Ajoute à ça qu’elle était très rancunière et qu’elle était, à la limite, borderline, Cantat se serait retrouvé avec une poursuite pour violence conjugale, de la part de toute la famille Trintignant, une famille qui a le bras long, en France!!! Il aurait été en prison, pareil, tu peux en être sûr!!! »

      En effet, il aurait été en prison, mais il n’aurait certainement pas eu cette sentence de 8 ans. Donc, les conséquences judiciaires auraient été moins vigoureuses pour lui.

      « Non, mais il a dû être interrogé par la police, quand son ex-femme s’est suicidée, l’année passée, puisqu’il était présent, au moment des faits, et qu’il n’a rien fait, pour l’en empêcher!!! »

      Si on prouve qu’il est un récidiviste, le contexte changera. On verra ce que j’en pense quand si jamais ça arrive. Pour le moment, ce n’est pas encore le cas.

      « Ce serait mieux, pour lui!!! »

      Aux clients de décider ça…

  3. […] Sur l’affaire Bertrand Cantat…ou pourquoi je ne me présenterai jamais en politique? | de Anarch… […]

    1. Merci pour la plogue! 🙂

  4. Je suis français. Comme Jean-Lois Trintignant, nous sommes nombreux à penser que Cantat « s’est conduit comme une merde ». Je méprise profondément ce type dont j’ai aimé la musique, ce type qui a battu à mort sa compagne et l’a laissée crever comme on ne laisserait pas crever son chien, l’a laisser agoniser de longues heures dans son sang au lieu d’appeler les secours. Doit-on pardonner ? Nul n’y est obligé… D’autant plus qu’il n’a jamais fait amende honorable et a toujours chercher à minimiser sa responsabilité dans son crime… Une loi canadienne stipule que les types de son espèces ne sont pas les bienvenus chez vous. Soyez-en heureux. Il y a suffisamment de gens bien et talentueux sans aller chercher les services d’un assassin particulièrement odieux qui n’a jamais assumé son geste.

    1. « Une loi canadienne stipule que les types de son espèces ne sont pas les bienvenus chez vous. Soyez-en heureux. »

      Je suis d’accord avec l’ensemble de votre commentaire, sauf ce passage, car ça ne regarde pas l’État, SURTOUT QUAND CANTAT NE CONSTITUE AUCUN DANGER POUR LE PUBLIC. Laissez les clients décider eux-mêmes s’ils veulent pardonner ou pas!

      Mais étant donné que vous avez élu Sarkonazi 1er sur des bases insécuritaires, un tel commentaire ne me surprend pas!

%d blogueurs aiment cette page :