Égide Royer: un salopard machiste!

Au lieu de proposer qu’on mette fin à la discrimination fémi-favoritiste dans le secteur public, un hurluberlu universitaire machiste nommé Égide Royer a proposé un équivalent maqueueliniste au fémi-favoritisme dans le milieu de l’ensaignement, i.e. le mascu-favoritisme. Voici un extrait de cet article:

Pour améliorer la réussite des gars à l’école, le Québec doit agir comme il l’a fait avec les femmes qui voulaient devenir policières et pratiquer la «discrimination positive» à l’égard des hommes souhaitant devenir enseignants, croit un éminent expert de la question.

Selon ce qu’a appris le Journal, le professeur Égide Royer, de l’Université Laval, proposera demain qu’on offre des bourses de 1000$ par année aux meilleurs hommes qui s’inscrivent en enseignement à l’université, et qu’on donne aux profs masculins un accès plus rapide à des postes permanents dans les écoles du Québec.

Notons aussi que cet ineffable attardé congénital proposera qu’on prolonge l’école obligatoire jusqu’à 18 ans. Faut vraiment être déconnecté de la réalité pour vomir une telle ânerie! Imaginez le bordel que les ensaignants devront endurer dans les classes avec un nombre significativement supplémentaire d’étudiants qui ne souhaitent plus fréquenter un établissement d’endoctrinement capitalo-étatiste.

Même si sa proposition machiste me donnerait un coup de main si elle était appliquée, il faut dénoncer vigoureusement sa proposition machiste. Toute discrimination violente et forcée par une hiérarchie de pouvoir (comme l’État, par exemple), qu’elle soit mascu-favoritiste, fémi-favoritiste, immigrato-favoritiste, ou n’importe-quoi-d’autre-favoritiste, est inacceptable.

Mais attention, comme je l’ai mentionné dans ce commentaire, je suis contre la discrimination et j’encourage la dénonciation des comportements discriminatoires, mais je suis en faveur du droit volontaire à la discrimination. Si je m’associais avec 20 femmes bisexuelles grassettes de race noire afin d’auto-gérer coopérativement un bloc de logements, aucune hiérarchie de pouvoir quelconque ne devrait pouvoir nous en empêcher sous prétexte d’une discrimination! Et pourtant, mon comportement serait crissement discriminatoire dans un tel cas de figure, au point où une hypothétique « Commune Suprémaciste Des Hommes Blancs Maigres Castrés Du Sud-Sud-Ouest De Drummondville » pourrait dénoncer légitimement mon comportement discriminatoire à leur endroit!

Publicités

15 Réponses

  1. Es-tu enseignant ? As-tu mis les pieds dans une école secondaire dernièrement ? Sais-tu et comprends-tu vraiment la cause que défend M Royer ?
    Comme tu l’as peut-être remarqué, je suis une fille… maman en plus de 3 petits et prof au secondaire dans des classes d’aide… Je vis au quotidien des difficultés assez importantes avec mes gars… parce que je suis une fille et que je n’ai aucun collègue gars pour ces groupes. Il est grand temps d’aider la situation catastrophique qui se vit présentement. Nos gars n’ont pas de référent masculin. Il faut un équilibre dans tout. Et c’est maintenant qu’il faut faire des changements drastiques, pas dans 10 ans ! Sinon, c’est une génération entière que l’on sacrifie. À situation extrême, mesure extrême, quitte à laisser de côté mes valeurs d’équité…
    Je t’invite quand tu veux à venir à mon école, tu comprendras assez vite que le seul hurluberlu dont on parle ici, c’est celui qui ose prendre la parole sans savoir de quoi il parle et qui ne sait pas écrire enseignant correctement…

    1. Je suis un garçon qui est allé à l’école et j’ai très bien réussi, bien que la très grande majorité de mes profs soit des femmes. Le problème vient du fait que la société tend à nous caser dans le seul moule du sexe. Vos garçons ne devraient peut-être pas chercher comment agir comme male, mais juste comme des être humains.

      En passant, bravo, parce que vous êtes capable d’abandonner vos valeurs d’équités pour cette seule raison. On peu voir que vous avez des valeurs solides…

      1. Voilà! Pourquoi toujours sexualiser le débat?

    2. S’ils étaient sérieux là-dedans, ils n’avaient qu’à m’embaucher auparavant. Maintenant, je n’en ai plus rien à foutre des écoles où les étudiants sont forcés d’y aller! Me reste le collégial…

      J’ai fait exprès pour écrire « ensaignants » de cette façon. Vous devriez peut-être expliquer à vos étudiants ce qu’est l’ironie et le sarcasme et à quoi ça sert. Et peut-être de leur parler un peu d’Oscar Wilde:

      http://regardezlamusique.wordpress.com/2008/02/23/aphorismes/

      « Le cynisme n’est rien d’autre que l’art de voir les choses comme elles sont, plutôt que comme elles devraient l’être»

      Dans le cas de Royer, il commet la même erreur qui a été commise par les fémi-favoritistes QUI ONT CAUSÉ CETTE PROPORTION TROP FAIBLE D’ENSAIGNANTS MASCULINS!

      Les meilleurs modèles à l’école sont des bons professeurs, peu importe leur sexe. Il faut qu’ils soient intéressants et compétents, et il est clair que les bourreauxcrasseux (en raison du népotisme) et les syndicaleux (en raison de leur doctrine de l’ancienneté) s’en câlissent! Ils préfèrent réprimer sexuellement leurs étudiants! On voit leur sens « broche à foin » de leur priorotés!

    3. Vraiment, de dire que vous êtes une femme pour ensuite défendre des arguments masculinistes ne fait pas de vous une féministe qui voit la vérité du système qui défavorise les hommes. Juste une femme antiféministe.
      Selon plusieurs études, plus les commissions scolaires ont d’argent, moins l’écart entre la proportion de jeunes homme et jeunes femmes qui échouent est grand. Est-ce donc vraiment un problème de sexe ou plutôt un problème d’argent?
      Ça suffit la crise de la masculinité, il y a déjà beaucoup d’argent qui est injecté dans les programmes spécialement pour les hommes, offrir des bourses à ceux-ci et ainsi, défavoriser les femmes et tous les autres étudiants qui en ont besoin (déjà que les prêts et bourses sont vraiment radins) ça n’aidera pas.
      En passant, j’ai lu les textes de M. Royer (dans mes cours de Féminisme et Antiféminisme), il applique clairement une rhétorique visant à invalider le discours féministe et même à l’incriminer de divers problèmes sociaux (ici, l’éducation des garçons). Les garçons n’ont pas de repères? C’est peut-être parce que les hommes dans le secteur de l’éducation ne restent pas professeurs longtemps et montent rapidement les échelons pour se voir obtenir de postes administratifs plus important?
      Et comme d’autres l’ont dit précédemment, est-ce vraiment l’école qui n’est pas adaptée aux garçons ou l’identité masculine qui est défaillante? Parce que sérieusement, je ne crois pas que jouer après des moteurs, se taper dessus dans la cours de récréation ou courir après un ballon n’ait jamais servis à apprendre la littérature ou les mathématiques.
      Par ailleurs, si on remonte à l’époque où l’école n’était accessible que pour les jeunes hommes, les méthodes d’enseignement n’étaient pas très différentes de celles d’aujourd’hui ou étaient voir même encore plus magistrale et peu interactives que maintenant avec les nouvelles réformes.
      Rigueur, rigueur!

  2. Humanisteauféminin

    Monieur Gendron,
    Tu dis n’importe quoi et tu es dangereux. Je connais très bien le professeur Royer en question et il n’est ni machiste, et encore moins attardé congénital. Après lecture de ton torchon, compte-toi chanceux qu’il ne lait pas lu. Ce monsieur serait parfaitement justifié de te poursuivre au civil pour propos diffamatoire et atteinte à la réputation. Je suis d’ailleurs convaincue que tu n’as lu aucun de ces ouvrages, ni aucun de ses nombreux articles scientifiques publiés dans les plus grandes revues universitaires et éditeurs spécialisés en Amérique et en Europe. Au lieu de vomir tes commentaires bêtifiants, tu ferais mieux d’aller ou de retourner à l’école.

    1. Désolé d’avoir traité môssieu Royer d’attardé congénital, vous me démontrez clairement que vous l’êtes encore plus que lui.

      Je répondrai au reste dans un prochain billet. Manifestement, la liberté d’expression est à deux vitesses pour la drouate étatiste…

      Je suis un étudiant.

  3. Humanisteauféminin

    Tu es étudiant! Ah! je l’avais deviné. Tu n’as aucune connaissance de l’état de l’Éducation au Québec! Pour ton information, je ne suis pas de droite et ne l’ai jamais été. Je possède une formation universitaire et suis d’un âge respectable. Je suis mère et grand-mère et j’ai beaucoup échangé avec des chercheurs en éducation de d’autres pays que le Canada et le Québec. De plus, je ne suis ni homophobe, ni raciste. Cependant, je ne pratique aucune religion car aucune religion ne me rejoint. À mon âge, j’ai vu naître pas mal de mouvances au Québec, j’ai côtoyé pas mal de gens intéressés à tous les niveaux par la politique partisane et syndicale. De plus, je me suis longtemps reconnue féministe. Mais si le féministe devient une idéologie, je débarque. Ce sont les idéologies qui divisent et créent les plus gros problèmes et les religions sont les plus grands systèmes idéologiques!

    Vous vous dites respectueux? Prenez un miroir et regardez-vous. Si je vous dis qu’il existe déjà des bourses pour les filles et que ça s’appelle « Chapeau les filles ». le saviez-vous au moins? Maintenant, osez m’appeler encore attardée congénitale, jeune insolent! Ou bien excusez-vous tout simplement. Le fait de s’excuser ne possède pas de grand nom savant comme anarcho mascu-favoritiste, fémi-favoritiste, immigrato-favoritiste, ou n’importe-quoi-d’autre-favoritiste tels vous aimez les utiliser pour épater votre galerie. Ça s’appelle de la politesse tout simplement. Ne décevez plus vos éventuels blogueurs, il est encore temps…

    1. Je n’ai jamais prétendu être respectueux.

      « Tu n’as aucune connaissance de l’état de l’Éducation au Québec! »

      Nous avons probablement la même opinion là-dessus, ce qui rend votre réaction encore plus ridicule. Je sais très bien que les garçons sont défavorisés dans ce système d’éducation fémi-favoritiste.

      « De plus, je me suis longtemps reconnue féministe. Mais si le féministe devient une idéologie, je débarque. Ce sont les idéologies qui divisent et créent les plus gros problèmes et les religions sont les plus grands systèmes idéologiques!

      Vous vous dites respectueux? Prenez un miroir et regardez-vous. Si je vous dis qu’il existe déjà des bourses pour les filles et que ça s’appelle « Chapeau les filles ». le saviez-vous au moins? »

      À part le fait que vous devriez remplacer « féminisme » par « fémi-favoritisme », je suis entièrement d’accord avec ce passage et j’étais au courant de ce programme gouvernemamantal fémi-favoritiste ridicule.

      De plus, je suis plus de votre côté que vous ne le croyez. Je vous suggère de lire ceci:

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/08/07/femi-favoritisme-quelques-definitions-version-reeditee/

      Par contre, je suis féministe et, pour cette raison, on ne règle pas un problème de discrimination positive fémi-favoritiste…en créant un problème de discrimination mascu-favoritiste. Ça n’a aucun sens! Et en ce qui concerne l’école obligatoire, voilà un autre concept liberticide, et voici un billet là-dessus:

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/07/03/il-faut-lutter-contre-lecole-pas-contre-le-decrochage/

      « Ça s’appelle de la politesse tout simplement. »

      Je serai toujours impoli envers les gens qui prônent ouvertement la violence étatique et la discrimination sexiste pour régler leurs problèmes, qu’elle soit fémi-favoritiste ou mascu-favoritiste.

  4. Humanisteauféminin

    Vraiment, tu es non seulement IMPOLI mais tu as des problèmes de compréhension de texte.

    C’est Toi qui traite les gens de salopards, de sexistes et d’attardés et tu te sens vexé quand on te répond!

    C’est TOI qui choisi les extraits de texte et qui cite les gens hors contexte!

    Non seulement tu allumes des feux mais tu ne sais pas les éteindre. Personne n’a jamais dit que les femmes causaient les problèmes des garçons à l’école!!! C’est plutôt le nombre d’hommes en enseignement auquel il faut remédier! Tu vois comme tu ne sais pas lire!

    Tiens, ne me répond plus et je vais aussi t’ignorer. Tes préjugés, tes spéculations arbitraires et tes commentaires n’en valent surtout pas la peine.

    1. « Personne n’a jamais dit que les femmes causaient les problèmes des garçons à l’école!!! »

      Je n’ai jamais dit ça non plus. Comme vous, je pense que le système scolaire est trop fémi-favoritiste(incluant l’embauche des nouveaux profs), ce qui nuit plus particulièrement aux garçons. Ce n’est certes pas de la faute des femmes s’il en est ainsi.

      « C’est plutôt le nombre d’hommes en enseignement auquel il faut remédier! »

      On a remédié au trop grand nombre d’hommes en enseignement en favorisant l’embauche des femmes, et là, vous voulez faire exactement la même chose en inversant les sexes. Étant féministe, je n’appuie ni l’un ni l’autre.

    2. Vous connaissez possiblement Lise Bilodeau, n’est-ce pas? Vous me faites penser à elle…

  5. Une question…
    Pourquoi ne pas dénoncer le projet avec lequel vous n’êtes pas d’accord et explique pourquoi, plutôt que de tenter de détruire une réputation?
    Ce que vous ne voulez pas c’est du favoristisme, alors parlez donc de ça. Insulter quelqu’un publiquement risque peu d’aider à votre cause, puisque ça n’a pas grand chose à voir avec votre cause. La personne est bien celle qui suggère le projet, va, mais c’est le projet que vous voulez éliminer, pas la personne (du moins j’espère).

    Aussi, je trouve plutôt intéressant que vous attaquiez directement et personnellement tout ceux qui ont une opinion différente de la vôtre, et ce en vous racrochant à une liberté d’expression et d’opinion que vous ne leur accordez même pas.

    Intéressant votre cas, vraiment.

    1. J’ai dénoncé aussi son projet. Relisez!

  6. Un message empreint de violence comme le votre n’arrivera jamais à porter fruit.
    Puisque vous faites l’éloge de la libre expression disons que je ne suis nullement impressionée par votre message. J’y ressent plutôt une énorme frustration et un grand besoin d’écraser la réputation de quelqu’un pour démontrer qu’on existe…

    Je me trouve un peu stupide d’avoir répondu à votre propos… car je n’ai aucunement envie d’utiliser la liberté d’expression de notre pays à votre manière…

    Je ne sais pas quelle frustation vous habite, mais elle semble bien profonde!…
    Libre à vous d’utiliser l’internet pour la diminuer!…..

%d blogueurs aiment cette page :