Un anarchiste dans les flots de l’économique…

Dans ce texte critique simpliste mais intéressant sur l’anarchisme, d’un point de vue libertarien, Martin Masse écrivait ce qui suit, il y a plus de 10 ans déjà (c’est pour cette dernière raison qu’il faut bien lui pardonner! 😉 ):

Dans un petit livre publié l’automne dernier avec pour titre simplement Anarchisme, le professeur Normand Baillargeon de l’UQAM (que certains ont pu lire jusqu’à récemment comme chroniqueur au Devoir) explique que les anarchistes veulent non seulement éliminer l’État, mais aussi le marché, la propriété privée, le salariat, le profit, ainsi que tout rapport hiérarchique dans les relations de travail.

Par quoi tout cela serait-il remplacé? M. Baillargeon consacre quatre petites pages au modèle économique anarchiste, ce qui s’avère un bon reflet de ce que cette idéologie a à offrir sur ce plan.

Évidemment, pour prétendre que l’anarchisme n’a pas grand-chose à offrir d’un point de vue économique, il faut ignorer les nombreux travaux et réflexions, portant justement sur le point de vue économique, effectués par les mutuellistes et, dans une moindre mesure, par les anarchistes de gauche, avec l’économie participative notamment.

À mon avis, qu’ils soient individualistes ou collectivistes, il n’y a pas meilleur généralement que les anarchistes de gauche (ou libertaires) pour établir un discours critique socio-politique pertinent contre l’État, le capitalisme, les religions et les autres composantes de l’ordre établi. Cependant, il faut reconnaître que les libertariens (ça inclut les anarcho-capitalistes) et les drouatistes capitalo-étatistes s’y connaissent généralement beaucoup mieux en économique que les anarchistes, ce qui permet aux libertariens et aux drouatistes d’établir un discours économique beaucoup plus cohérent (ou plus précisément, ayant l’apparence d’être plus cohérent, mais sans l’être nécessairement 😉 ) que celui des anarchistes.

Cela est particulièrement vrai au Québec, où les anarchistes sont généralement encore plus illettrés économiquement que les gau-gauchistes étatistes, ce qui n’est pas peu dire!

Malgré ce constat déprimant, une bonne nouvelle est que je peux dire maintenant qu’il est possible pour un anarchiste de bien se débrouiller dans les flots de l’économique et que si on s’y attarde ne serait-ce qu’un peu plus que présentement, cette lacune pourra être éradiquée un jour…

Publicités

12 Réponses

  1. Ben, félicitations, mon cher!!! 😉

  2. Et bien, tu dois être sacrément excellent, pour que même l’état reconnaisse ton excellence d’anti-étatiste 😀
    Bravo 😉

     » il faut reconnaître que les libertariens (ça inclut les anarcho-capitalistes) et les drouatistes capitalo-étatistes s’y connaissent généralement beaucoup mieux en économique que les anarchistes  »

    Et que les gauchistes en général ; je suis tombé de haut le jour où, pour la première fois, je suis allé faire un tour sur wikibéral : j’ai compris pourquoi la plupart des drouatistes considèrent les gauchistes (excepté Marx, peut-être), comme des rigolos ou des ignares.

    1. « pour que même l’état reconnaisse ton excellence d’anti-étatiste »

      Disons que tout le monde n’est pas au courant, mais ça s’en vient! 😉

      « j’ai compris pourquoi la plupart des drouatistes considèrent les gauchistes (excepté Marx, peut-être), comme des rigolos ou des ignares. »

      Attention, Marx n’est certainement pas le seul, en fait. De plus, les drouatistes formulent très souvent un discours qui a L’APPARENCE d’être cohérent.

      1. Tout comme la justice qui ne se vante même pas de faire la justice, mais plutôt de tout faire pour créer apparence de justice.

        1. Bof, ce n’est pas exactement dans ce sens que je disais ça, mais ton commentaire me semble conforme aux faits.

  3. Bordel de merde, me semblait aussi qu’on finirait par avoir quelque chose de commun. Je suis CIRPÉEns de l’UQÀM. Mais, sans les bourses d’excellence !

    Félicitations, c’est du bon travail.

    Comme ça, quel sera (est) ton sujet de mémoire ?

    1. Ah oui, tiens,
      David, ça ne te dirait pas de nous faire un petit résumé de ton mémoire ?
      Voire même de le mettre également en ligne, si c’est possible ?

      1. J’en reparlerai. Mais c’est loin d’être fini.

        Je pourrais présenter un début de résumé, par contre.

        Je me demande si ça vaut la peine d’insister sur un tel truc personnel ici, mais bon…on verra…

  4. Brouckaert Yves

    Tu reçois des félécitations de partout. D’emblée et sans me poser la moindre question, je m’associe à ce concert.

    Mais j’aimerais connaître le fin mot de l’affaire!

    Yves

    1. Merci, mais clique sur mon dernier paragraphe!

%d blogueurs aiment cette page :