Répression policière du monokini dans la Baie de Beauport-au-Prince

Voici une nouvelle qui n’a pas tellement fait les manchettes cet été:

Québec, 11 juillet 2010 – Les policiers de la ville de Québec se sont déplacés à la Baie de Beauport parce qu’une jeune dame refusait d’obéir à la sécurité et de remettre son bikini.

Ce n’est qu’après plusieurs demandes de la sécurité que les responsables de la Baie de Beauport ont décidé d’avoir recours à la police. Après une longue discussion avec le service d’ordre, la dame a décidé de partir.

Pourquoi les hommes ont-ils le droit d’avoir les seins nus, mais pas les femmes? J’attends la réaction des féministes face à cette discrimination machiste! Mais fémi-favoritisme oblige, il n’y en aura pas et, bien au contraire, les fémi-favoritistes vont vénérer cette répression!

Publicités

30 Réponses

  1. Faudra un jour que vous nous disiez qui sont exactement ces «fémi-favoritistes». Je trouve qu’elles ressemblent beaucoup aux extra-terrestres: on en parle beaucoup, mais j’attends encore d’en rencontrer une.

    1. La plupart des fémi-favoritistes sont des hommes et oeuvrent dans l’État et les partis politiques. Il y a aussi Françoise David et la regrettée Hélène Pedneault (même si, d’une perspective féministe, elle avait raison sur plusieurs points) qui sont des fémi-favoritistes de renom. Sans oublier Francis Dupui-Déri, un homme si brillant, pourtant!

      Au lieu d’appeler ça de la « discrimination positive » ou du « féminisme » (i.e., l’égalité des sexes), j’ai appelé ça du fémi-favoritisme pour dire les choses telles qu’elles le sont.

      Et pour ceux et celles qui ne l’ont pas lu, il y a ceci:

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/08/07/femi-favoritisme-quelques-definitions-version-reeditee/

    2. Peut-être que, selon ton point de vue, le fémi-favoritisme ne serait que la répétition de réflexes machistes sous un faux couvert de féminisme?

      1. Ouais. J’ai lu Houellebecq. Bon écrivain, qui me fait un peu penser à Céline: talent pour saisir l’aliénation contemporaine avec un parfum réactionnaire qui probablement se confirmera avec le temps.

        1. C’est ce que je pense moi aussi! Merci pour ta réponse malgré que je te bardasse pas mal! 🙂 😉

        2. Ici je tiens à souligner ne pas avoir lu un seul de ses livres, j’ai juste pris des passages qui me semblait d’un certain intérêt et puis c’est tout. Je ne dis pas que vous m’avez associé à l’auteur, mais avant que quelqu’un le fasse, je voulais juste que ça soit clair.

          Hitler était végétarien et je le suis aussi. Mais je ne suis pas fasciste pour autant.

          1. Attention, je ne t’associe pas à l’auteur dans l’ensemble de son oeuvre. Si tu crois que d’autre puissent penser ça, je ne serai pas d’accord! Je peux comprendre (ton exemple est pertinent) et j’en suis désolé.

            Mais doit-on t’associer avec ces citations?

            1. On peut m’associer en effet aux citations, du moins jusqu’à un certain point. Je suis tombé sur ça dernièrement et comme souvent, il faut nuancer, en prendre et en laisser. Ce n’est pas un théoricien de ce que j’ai pu comprendre, mais un écrivain, ce qui n’est pas la même chose.

              Il semble avoir certaines positions douteuses et dans la mesure où certaines personnes ne comprennent pas qu’on puisse piger des idées ici ou là (je ne vous vise pas, je parle en général), je tenais à éclaircir ce point.

              On ne cesse de parler de conditions matérielles et de pauvreté au sens économique et matériel du terme. On doit le faire bien sûr, mais on ne parle jamais ou presque de pauvreté spirituelle. Peut-être parce qu’on associe la spiritualité à la religion ou aux sectes (ce qui se ressemble), mais ce serait une erreur.

              Je perçois la liberté sexuelle comme un leurre et ce à plusieurs niveaux. Puis aussi bien Roméo et Juliette que l’industrie pornographique, tout ça n’est qu’une illusion et un amas de bullshit.

              Illusion qui se transporte dans le monde réel.

              1. J’aime beaucoup mieux ta façon de l’expliquer ici que les conneries de Houellebecq.

    3. Je ne voudrais pas vous contredire, mais Hélène Pedneault avait pris position pour le droit de se rendre à la piscine seins nus dans les années 90, lorsqu’il y avait eu un débat sur ce sujet en Ontario.

      Lorsque vous vociférez contre les féministes réformistes, vous frappez un cadavre encore chaud, mais un cadavre quand même. Quant aux quelques féministes qui ont vaguement prôné la supériorité des femmes sur les hommes, ce sont certaines lesbiennes radiales comme Valerie Solanas qui se sont évaporées à la fin des années soixante-dix.

      Les féministes militantes sont si peu nombreuses au Québec qu’on a peine à les entendre. Les antiféministes, par contre, c’est une autre histoire…

      1. En fait, ce sont les féministes que je cherche le plus. À part toi et quelques rares, où sont-elles?

        Que penses-tu d’Emma Goldman?

        « Je ne voudrais pas vous contredire, mais Hélène Pedneault avait pris position pour le droit de se rendre à la piscine seins nus dans les années 90, lorsqu’il y avait eu un débat sur ce sujet en Ontario. »

        C’est vrai, bon point! Bravo à elle là-dessus au moins, ce n’est pas comme les autres! Mais était-elle en faveur de la discrimination positive, ou pas?

        « Lorsque vous vociférez contre les féministes réformistes, vous frappez un cadavre encore chaud, mais un cadavre quand même. »

        Je ne vocifère pas contre un tel cadavre. Je vocifère contre ce qui l’a remplacé, i.e. le fémi-favoritisme d’État! Ce cadavre a réussi à obtenir le droit de vote, l’égalité en droit (sauf concernant les seins nus, ou presque), le non-répression de la contraception, le droit à l’avortement, le droit à « travail égal, salaire égal » dans le secteur public, etc. tous des luttes féministes très valables, même si elles sont réformistes.

        « Quant aux quelques féministes qui ont vaguement prôné la supériorité des femmes sur les hommes, ce sont certaines lesbiennes radiales comme Valerie Solanas qui se sont évaporées à la fin des années soixante-dix. »

        Bon, je ne prétends pas que ça va aussi loin que Solanas, en fait. Mais au moins, Solanas avait la qualité de ne pas être hypocrite!

        « Les féministes militantes sont si peu nombreuses au Québec qu’on a peine à les entendre. »

        C’est en plein que je dis, mais elles ont été remplacées par les fémi-favoritistes.

        « Les antiféministes, par contre, c’est une autre histoire… »

        Ces maqueuelinistes à la con sont trop présents, en raison du fémi-favoritisme d’État.

        Comme l’un des commentateurs dans tes Carnets le disait si bien, « C’est à cause du macho ce facho que la macha se facha », avec raison. Mais il ne faudrait pas non plus que l’on revienne en arrière à cause de l’inverse!

      2. Ceci dit, je préfère nettement recevoir cette critique constructive que de me faire dire que c’est donc ben grave de dire « crisse » et « bordel »!

        1. C’est le Conseil du statut de la femme qui t’énerve, alors?

          1. Et ce ne sont certainement pas des militantes féministes!

          2. Et ça n’a rien à voir avec mes « crisses » et « bordel »! 😉

            1. Ou alors la FFQ? Les Cercles des fermières? L’Association des femmes d’affaires de la Rive Sud? Je suis peut-être idiote, mais je ne comprends pas qui sont ces femmes exactement.

              Cette histoire de fémini-favoritistes, ça ressemble à des moulins à vent. Je peux comprendre que vous en ayez contre les programmes de discrimination positive, mais compte tenu de la sous-scolarisation grandissante des garçons, je serais surprise qu’ils existent dans dix ans. Je peux comprendre aussi qu’avec les féministes réformistes, on est loin d’abattre le patriarcat, mais c’est le cas de tous les réformistes. Il n’y a pas de quoi faire une syncope.

              1. Voir prochain commentaire en bas…

  2. « Pourquoi les hommes ont-ils le droit d’avoir les seins nus, et non pas les femmes?  »
    En réponse à cette question les hommes ont seulement des « marqueurs » qui tiennent lieux et places à de vraies seins comme les femmes en ont pour donner du lait.

    1. Oui, je comprends, mais ça n’excuse en rien cette discrimination.

      1. En effet. De toute façon, je ne vois pas ce qu’il y a de si choquant dans la nudité. On empêche rarement une mère d’allaiter son bébé en public, non?

        1. Y a ça aussi, pourquoi elles mais pas les autres?

          Ceci dit, on pourrait discuter concernant les sexes nus, tous interdits en public.

  3. « Ou alors la FFQ? Les Cercles des fermières? L’Association des femmes d’affaires de la Rive Sud? Je suis peut-être idiote, mais je ne comprends pas qui sont ces femmes exactement. »

    La FFQ aussi, dans une moindre mesure, et l’Association des femmes d’affaires de la Rive-Sud, dans une beaucoup moindre mesure! Je me fous pas mal des Cercles des fermières et en plus, elles publient de très bons livres de recettes, alors je n’ai aucun problème avec elles! 🙂

    « Je peux comprendre que vous en ayez contre les programmes de discrimination positive, mais compte tenu de la sous-scolarisation grandissante des garçons, je serais surprise qu’ils existent dans dix ans. Je peux comprendre aussi qu’avec les féministes réformistes, on est loin d’abattre le patriarcat, mais c’est le cas de tous les réformistes. Il n’y a pas de quoi faire une syncope. »

    Ouais, c’est possible, en effet. Au fond, on s’entend probablement sur le fond et on n’a pas à se convaincre entre anarchistes sur de tels trucs, et tu critiques surtout mon degré d’indignation, trop élevé selon toi, face à cette question.

    Mais j’ai l’impression qu’à partir du moment où on va s’apercevoir à quel point cette idéologie est idiote, on va recommencer à parler de vraies luttes féministes.

    Finalement, je vais enlever un passage idiot de mon premier commentaire. Je réalise avec cette discussion que je suis allé trop loin. Désolé! 😦

    1. « Je suis peut-être idiote, mais je ne comprends pas qui sont ces femmes exactement.  »

      En fait, ce sont des femmes qui te mépriseraient profondément et qui te tiendraient en partie responsable de l’hypersexualisation (sic) de la société!

  4. Et maintenant, c’est même rendu que quand on critique des propos soi-disant « féministes » on se fait bannir d’un blogue par une soi-disant « féministe »!

    Une des caractéristiques du fémi-favoritisme est de ne pas admettre la critique…

    http://www.noisettesociale.com/vie-de-meuf/comment-page-1/#comment-15436

    De plus en plus de gens se servent du jugement Canoë-Corriveau pour orienter la discussion, ces gens-là n’ont rien compris…

    1. @ David.

      Ah, c’est toi, le deuxième que Noisette a banni de son blogue!!! Je commence vraiment à croire que cet (auto-censure) de Racine avait raison: toi et moi, on fait vraiment une sacrée paire, surtout depuis le début de l’année où on a été banni des 4 mêmes blogues (lutopium, Racine, Renart et Noisette)!!! De mon côté, si je rajoute Jimmy St-Gelais, ça fait 5!!!

      Moi, si ça continue comme ça, il ne me restera plus que le blogue de Louis Préfontaine (en fait, c’est tout ce qui me reste, si j’exclus les 7 du Québec) et, après ça, mon nom sera carrément rayé de la section «Commentaires» de la blogosphère québécoise de gauche!!! Hors de question que j’aille écrire chez le chum de celle qui m’a banni de son blogue!!! Je me banni moi-même de chez le Détracteur!!!

      Peut-être un retour hypothétique chez le Satellite Voyageur (ça fait longtemps que j’ai commenté là), qui sait, mais je ne suis pas rendu là!!!

      Pour ce qui est du putain de jugement Corriveau vs Canoë (jugement de mon cul), il ne faut pas commencer à capoter là-dessus!!! Depuis qu’il a été rendu, j’ai vu tellement de blogueurs faire dans leur froc et l’utiliser pour légitimer la censure sur leur blogue, à un point tel où je me demande si la blogosphère n’est pas devenue un tantinet paranoïaque!!!

      Oui, il faut établir certaines règles de décorum sur son blogue, mais laisser la peur guider nos actions n’est pas la solution du siècle, non plus!!!

      À lire: http://lequebecdedemain.blogspot.com/2010/08/jugement-corriveau-vs-canoe-entre-la.html

      «Pourquoi les hommes ont-ils le droit d’avoir les seins nus, mais pas les femmes?»

      C’est une maudite bonne question!!! Jamais je ne forcerai ma blonde à sortir dehors les seins nus, comme moi, quand je sors en bedaine!!! Si elle veut le faire, ce sera son droit, mais elle tient à préserver une certaine intimité avec le public et je respecte son choix!!! C’est pour ça qu’à chaque fois qu’elle se baigne ou quand elle se fait bronzer, elle est toujours en maillot de bain!!!

      Elle garde le reste pour quelqu’un d’autre, si tu vois ce que je veux dire!!! 🙂

      1. Mais bien sûr, il s’agit d’une décision volontaire!

        Bah, pour la censure, c’est tellement prévisible que c’en est banal.

  5. Peut-être si la critique du fémi-favoritisme était dirigée plus généralement contre l’identity politics, ça passerait mieux chez les femmes.

    Car c’est bien du même problème universel dont il s’agit: utiliser la brutalité policière pour corriger des « injustices » collectives qui n’ont aucun pendant dans la réalité individuelle.

    1. Hummm, c’est une très bonne suggestion. J’en prends note! Merci! 🙂

      Le pire, c’est que je connais déjà ce principe.

%d blogueurs aiment cette page :