Interdiction de la burqa: réponse à François Tremblay

En réponse au commentaire d’une certaine RAnnieB présenté dans le billet précédent, François Tremblay répond ceci:

Non, je ne suis pas du tout d’accord avec le propos. La demande de l’État d’identifier qui nous sommes, de nous ficher, de nous mesurer et de nous surveiller, n’est pas un argument éthique contre le port du voile.

L’éthique contre le port du voile, à laquelle je souscris, est liée au libre arbitre de la femme qui est forcée par sa religion de porter le voile, et non à aucune contrainte capitaliste ou policière.

En fait, je suis entièrement d’accord avec ce qu’il a écrit! De plus, ce commentaire me pousse à préciser mon propos sur ce dossier.

D’abord, quand j’ai félicité RAnnieB pour son commentaire, j’ai dit ceci: « Bravo, SURTOUT POUR LA PARTIE EN GRAS! ». Voici la partie qui n’était pas en gras:

Dans la mesure où l’identification d’un individu repose grandement sur l’observation des traits du visage dans notre société, le port du voile intégral (ou de tout autre vêtement qui cache le visage) pose un problème potentiel de sécurité. À ce titre, la société peut intervenir avec des lois et des règlements afin d’éviter ce type de situations.

Un individu devrait pouvoir être identifié à chaque fois qu’une transaction réelle ou potentielle a ou pourrait avoir lieu ou si les forces de l’ordre le lui demandent. Ex. dans les commerces, les endroits où des services publics sont offerts, les transports en commun, etc.

Le désaccord de François réside essentiellement sur cette partie du propos et je lui donne raison sur ce point. Cependant, en supposant, pour faciliter le débat avec les étatistes, qu’on admette la prémisse étatiste de l’ « obligation de surveillance et d’identification », j’estime qu’on devrait traiter la burqa au même titre que n’importe quel masque. Ceci dit, je ne veux rien savoir de cette prémisse, je la laisse aux étatistes et je n’avais pas l’intention de débattre avec eux sur cette question, de toute façon. Eux qui me sortent toutes sortes de conneries pour justifier l’obligation du questionnaire long du recensement cacanadian, entre autres!

Cependant, j’ai adoré la partie qui était en gras:

Si la personne voilée est chez elle, dans sa cour, sur la rue ou dans un parc et que les gens qui la croisent sont choquées, offusquées, provoquées ou voire même insultées, le problème réside alors entre les 2 oreilles de ces personnes et non de la personne voilée.

Imposer sa façon de concevoir le monde à d’autres en demandant des lois et règlements pour prévenir ce qui n’entre pas dans nos schèmes de pensées n’est rien de moins que de la dictature.

Il serait important pour plusieurs Staline en puissance de faire le ménage dans leur tête et de démêler ce qui est un danger réel pour la société, ce qui est du paternalisme (les autres sont trop cons pour penser par eux-mêmes alors mieux vaut ne pas les exposer à d’autres idées) et ce qui n’est que de l’intolérance, plus souvent qu’autrement mue par de l’ignorance.

En passant, combien de gens qui se disent pour l’interdiction du port du voile intégral comprennent réellement les (oui les, parce qu’il y en a une multitude) raisons de le faire ? Une majorité de ces raisons sont loin d’être à l’encontre des valeurs traditionnelles de notre société.

Dans ce passage, il n’y a rien qui entre en contradiction avec ce que je pense ni avec ce que François a dit. Je ne reconnais aucune légitimité à ce que des diktats liberticides policiers, capitalistes et étatistes fassent en sorte qu’on interdise la burqa et les autres masques dans la rue. De plus, il est clair depuis le début que les maris qui forcent leur femme à porter un morceau de vêtement quelconque (incluant la burqa) commettent effectivement un acte de violence conjugale et qu’il s’agit réellement d’un crime!

Cependant, je vais préciser un truc: je sais fort bien que ces torchons castrateurs que sont la burqa, le niqab et le hijab sont des symboles politiques et religieux (plus politique que religieux: aucun passage du Coran n’oblige les femmes à porter de tels morceaux de chiffon et de tels masques) symbolisant la soumission de la femme à un ordre maqueueliniste islamo-fasciste. Et effectivement, je dénoncerai toujours cette violation du libre arbitre des femmes par les mouvements islamo-fascistes et par toutes les religions monothéistes.

Néanmoins, cette violation du libre arbitre des femmes est la seule question éthique qui importe pour un anarchiste qui se prononce contre le port de la burqa chez les femmes. Mais pour le reste, ce n’est pas à l’État de s’ingérer là-dedans avec ses lois liberticides, d’autant plus que c’est l’invalidation islamophobe fallacieuse de tout ce qui est musulman, provoqué par l’attentat du 11 septembre 2001, qui est essentiellement à l’origine de ce débat, ainsi que de la montée du militaro-terrorisme, en Occident.

Publicités

57 Réponses

  1. verredebiere

    Dans ce cas-la, la question serait plutôt, se soumet-on au diktat religieux, ou celui de l’État ? L’objectif, en tout cas, anarchiste, est de faire diparaitre les deux. Alors pourquoi ne pas user de l’État pour éliminer les comportements extremistes religieux, donc créé une certaine ouverture d’esprit, qui s’accorderait nécessairement avec une recherche de plus de liberté.

    Il me semble que c’est plus facile d’éliminer l’État, qui est plus ou moins philosophique, que les religions, qui, elles, menacent de nous envoyer en enfer pour l’éternité, et j’imagine que si on y croit (à l’enfer pour l’éternité), ça doit être vraiment plus pas mal plus éperant qu’un État.

    Dans une perspective anarchiste, il faut y aller par étape, le vide créé par l’absence de l’État serait automatiquement comblé par les organisations les plus puissantes, les religions organisées. Qui, elles, se radicaliseraient.

    Alors, il est impératif d’élminer la trop-puissance des religions, en coupant sec à toute leurs prosélytismes et en éliminant, via l’État leurs avantages.

    Une fois cette étape comblé, là on peut jaser d’une fin possible de l’État, se son élimination graduelle. Bout de ciarge, croyiez-moi que j’ai pas mal plus peur des religions et des détraqués irrationnels à la tête de ces oragnisations qu’à la plupart des Étatistes, en tout cas, ici.

    Appelez ça comme vous le voulez, du racisme religieux, de la religiophobie si vous le voulez, mais vous ne me passerez pas qu’en « libéralisant » les pratiques religieuses, en tolérant n’importe quel comportement religieux, on fait des pas vers un Anarchisme fesable.

    1. « Alors pourquoi ne pas user de l’État pour éliminer les comportements extremistes religieux, donc créé une certaine ouverture d’esprit, qui s’accorderait nécessairement avec une recherche de plus de liberté. »

      Et en quoi une telle décision servirait cet objectif? Attention, je suis en faveur de la laïcité de l’État!

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2008/09/03/anarchie-et-religion-1/

      « Il me semble que c’est plus facile d’éliminer l’État, qui est plus ou moins philosophique, que les religions, qui, elles, menacent de nous envoyer en enfer pour l’éternité, et j’imagine que si on y croit (à l’enfer pour l’éternité), ça doit être vraiment plus pas mal plus éperant qu’un État.  »

      « Dans une perspective anarchiste, il faut y aller par étape, le vide créé par l’absence de l’État serait automatiquement comblé par les organisations les plus puissantes, les religions organisées. Qui, elles, se radicaliseraient. »

      L’absence d’État ferait très mal aux religions qui ont été soutenues par l’État depuis trop longtemps! Ah bien sûr, il faudra empêcher les religions de devenir eux-mêmes des États!

      « Alors, il est impératif d’élminer la trop-puissance des religions, en coupant sec à toute leurs prosélytismes et en éliminant, via l’État leurs avantages. »

      Ah, je suis d’accord avec l’élimination de leurs avantages, ça oui! Je n’ai jamais dit le contraire!

      « Une fois cette étape comblé, là on peut jaser d’une fin possible de l’État, se son élimination graduelle. Bout de ciarge, croyiez-moi que j’ai pas mal plus peur des religions et des détraqués irrationnels à la tête de ces oragnisations qu’à la plupart des Étatistes, en tout cas, ici. »

      Ben oui, les étatistes croyants sont pires que les étatistes athées, et alors?

      « Appelez ça comme vous le voulez, du racisme religieux, de la religiophobie si vous le voulez, mais vous ne me passerez pas qu’en « libéralisant » les pratiques religieuses, en tolérant n’importe quel comportement religieux, on fait des pas vers un Anarchisme fesable. »

      Je n’ai jamais dit ça! J’ai dit que les pratiques PRIVÉES doivent être libres, pas d’imposer des religions à tous!

      L’anarchisme n’est pas l’imposition de l’intégrisme athée, mon cher!

      1. verredebiere

        Bon, ça y est, je suis un intégriste athée…
        Je porte la bonne nouvelle : « Y en a pas de bonne nouvelle ! ».
        Alors la solution c’est quoi, la Révolution, tout y passe et on reconstruit sur les cendres ?
        Moi je vois une solution plus pragmatique, dans le genre étapisme… Qu’est-ce qui empêche d’utiliser les outils d’un adversaire pour en éliminer un autre, si ça peut aider ?
        Pourquoi ne pas user des outils légaux de l’État, tout de suite, puisqu’ils existent, pour créer un précédent et éliminer un outil de propagande religieux ? L’Anarchie ne se fera jamais un coup d’un cuillère à pôt. Faut du temps. Moi je vois cette opportunité comme extraordinaire. C’est certain que ça va plaire, à des adversaires racistes, mais là, tolérer ces rideaux de douche dans la face du monde c’est plaire à d’autres adversaires, des religieux intégristes machistes. Veut veut pas, ça va faire plaisir à des crôttés, mais faut vivre avec. De ce point de vue, je préfère que l’État l’interdise. Je sais bien que l’État va se mêler de ce qui ne le regarde pas, mais t’as une meilleure solution ?
        Moi, plein de bonne volonté, j’en cherche…

        1. Devenir cheerleaders d’une hiérarchie pour en éliminer une autre, ça ne nous intéresse pas du tout… L’État, c’est moi.

          1. verredebiere

            « Devenir cheerleaders d’une hiérarchie pour en éliminer une autre, ça ne nous intéresse pas du tout… L’État, c’est moi »

            C’est qui ça, nous ? T’es membre d’un fanclub de malrasé ? Des fans de baseball ? Ah non, je vois, tu es tolérant, un bon anarchiste, mais il n’y a pas de place aux subtilités. C’est pour ça que le drapeau anarchiste est noir, et surtout pas gris… Les nuances ? Tu crois sincèrement, et honnêtement que l’Anacrhie va venir en criant ciseau ? Ou bien tu crois que tu fais partie des 100 000 élus de Chomsky qui vont survivre au final ?
            Sérieux, c’est quoi ta solution alors ? Dans le genre presque raéliste…

            1. Hahaha… tu es très drôle. J’aime ton style.

              La stratégie générale des libsocs est de bâtir des alternatives à la capital-démocracie, en dehors de celle-ci. Ceci a plusieurs effets: démontrer (encore une fois) que les idées libsoc sont meilleures que celles de la capital-démocracie, attirer les gens à ces alternatives, et tarir le support à l’État et le capitalisme à ls source.

              Et il ne faut pas oublier l’éducation des gens au sujet des classes et de la violence et l’absurdité du système classiste sous lequel nous vivons. Voilà sur quoi je me concentre.

              1. verredebiere

                Ça c’est une réponse ! C’est ça que je veux entendre. Pas que je suis d’accord ou non, je veux comprendre. J’en ai soupé des cadres insitutionnels et de tous ces trucs à la con qui nous disent comment respirer, danser, regarder la télé, mais je n’ai pas de référence. En discutant, en lisant l’opinion d’individus qui se décrivent comme anarchistes, je peux lire à quel point je suis en accord ou non avec cette perspective. Je le fais en tout respect. Mais reste que, des fois je trouve les anarchistes un peu « attentiste », ils attendent le grand jour. Mais ce grand jour va venir comment, la fée des dents ? J’aime ces discussions !

                1. Non, ce n’est pas une question de « grand jour » ou d’attendre pour la révolution. Il faut créer les conditions anarchistes dans nos propres vies. La révolution se fera une vie à la fois, pas en un seul coup.

                  1. verredebiere

                    Voir commentaire plus bas…

        2. Je suis d’accord avec François sur le fond, même si je crois que dans de rares cas, on peut effectivement se servir du système.

          Ceci dit, l’interdiction de porter un masque est liberticide et ne fait pas partie d’un étapisme réellement anarchiste!

    2. Toute répression ne peut que contenir les problèmes, et jamais les régler.
      La majorité des personnes qui se tournent vers le port du voile islamique le font en réaction à la montée de l’islamophobie de l’occident. Et même dans ce cas, la pratique reste ultra-minoritaire.
      Mais stigmatiser une communauté est la méthode la plus improductive pour éviter des tendances communautaristes. C’est de la pure provocation, qui aura l’effet inverse de celui désiré (et c’est d’ailleurs très certainement la volonté finale de ceux qui ont lancé ce genre de débats et de propositions de loi).

      1. verredebiere

        Parce que la ghettoisation découle nécessairement et absolument de la stigmatisation ?
        On jase…
        Les Chinois, dans leur quartier, s’auto-stigmatise ou ont été stigmatisé ? Les Hassidiques à Blainville ? Les vieux dans les tours à vieux qui se construisent partout ?
        Alors, lorsqu’on s’identifie à une religion, avant même d’être quoi que ce soit d’autre, ne cherche-t-on pas la stigmatisation ?
        La Burqua, si on la tolère, ne les laisse-t-on pas se stigmatiser ? Ou plutôt, c’est parfait des femmes avec des Burquas, c’est si on l’interdit via l’État qu’on les stigmatise ?
        Y a-t-il un équilibre ? L’oeuf, la poule ?
        Je cherche…

        1. En tous cas, vouloir obliger les gens à s’affranchir de leurs obligations, à s’affranchir de systèmes oppressifs, est forcément contre-productif, car forcément oppressif en soi.
          La liberté ne peut pas être imposée à autrui.

          1. verredebiere

            Effectivement, la liberté ça ne s’impose pas, très bon point, des fois je pense l’inverse, mais c’est une liberté corrompue, c’est bon, j’aime ça.

            Donc, d’un point de vue anarchiste, il est plus acceptable l’auto-ostracisation que la stigmatisation ?

        2.  » Donc, d’un point de vue anarchiste, il est plus acceptable l’auto-ostracisation que la stigmatisation ?  »

          Bien entendu ; D’ailleurs l’auto-ostracisation n’est qu’une forme exacerbée de non-conformisme. Et l’anarchisme refuse toute ecclésia à laquelle il faudrait se conformer (à plus forte raison si celle-ci stigmatise certains de ses membres constituants, car l’anarchisme peut accepter une ecclésia d’adhésion libre).

        3. « Les Hassidiques à Blainville ? »

          Holà, c’est fort différent, je suis contre l’imposition des érouv dans un quartier!

          « La Burqua, si on la tolère, ne les laisse-t-on pas se stigmatiser ? Ou plutôt, c’est parfait des femmes avec des Burquas, c’est si on l’interdit via l’État qu’on les stigmatise ? »

          Non, la burqa est une merde qu’on doit dénoncer, mais ça ne regarde l’État!

  2.  » Un individu devrait pouvoir être identifié à chaque fois qu’une transaction réelle ou potentielle a ou pourrait avoir lieu ou si les forces de l’ordre le lui demandent.  »

    Dans ce cas, il faut interdire également le port de lunettes de soleil dans les lieux publics, puisqu’elles masquent le regard !

    1. Interdire les lunettes de soleil, mais juste pour les femmes! 😉 Ça prend des lunettes aux gars pour regarder les décolletés! 😉

      Quelle boîte de Pandore, n’importe quoi!

      1.  » Interdire les lunettes de soleil, mais juste pour les femmes! 😉 Ça prend des lunettes aux gars pour regarder les décolletés! 😉 »

        Hahaha !

        D’ailleurs, c’est vrai, il n’y a pas que le visage, qui est nécessaire à l’identification d’une personne ; la poitrine aussi : interdisons aux femmes de les dissimuler sous un quelconque accoutrement ! 😀

    1. Merci!

      Et merci encore plus d’avoir fait en sorte de préciser mon propos. Tu as tout à fait raison!

  3. Je vous rejoins sur votre analyse.

    J’ajouterai que se battre contre ce qu’il nous parait être une atteinte au libre arbitre est… une bataille permanente qui devrait nous interroger sur le notre. En réalité, je crois que ce débat est encore pire que ce que dit Ramite : ce n’est pas le calcul inhumain de certains irresponsables au pouvoir qui est la cause de cette lamentable stigmatisation, qui concerne qui plus est (et c’est un classique) une minorité des minorités, mais leur ignorance. Une manière d’approfondir notre libre arbitre est également de parler et d’échanger en dehors de toutes ces satanées étiquettes forgées de plus en plus violemment.

    1. Bienvenue ici Laurent! 🙂 Et merci pour votre excellent commentaire!

  4. verredebiere

    @François Tremblay

    Vous scoré fort ce soir. Je sais pas si vous êtes toujours aussi bon, mais je suis pantois. Vous concluez à la Pessoa, le banquier anarchiste.

    Reste que la révolution, une vie à la fois, c’est long longtemps… Pour se faire, il faut que vous convainquiez, mais n’est-ce pas un peu contraire à une certaine liberté ? La liberté anarchiste, c’est le nerf de la guerre. Comment convaincre sans violence alors ?

    Pour vous mettre dans le contexte, je suis un étatiste écoeuré de l’État, mais je suis appeuré par l’Anarchisme. Une impression d’ambiguité, et si pour moi, ce n’est pas clair, ben de la marde, je ne peux y souscrire. L’étatisme, c’est poche, ça fait chier, mais c’est clair ; les libertés, t’en a quelques-unes… pas beaucoup, mais c’est écrit et c’est clair.

    Donc l’anarchisme est un combat individuel, pour une société meilleure. Mais il y a un autre truc, l’avidité humaine, ce besoin débilitant de posséder, de contrôler, qu’est-ce qu’on fait avec ça ? Il me semble qu’il n’y a jamais eu de réussite anarchiste, même temporaire, outre peut-être quelques communes bidons, mais ça fait pas des gros projets de société non ?

    Vous avez un livre, pas ronflant, qui pourrait m’éclairer sur le sujet ? Pas de propagande, j’ai le vomit facile…

    1. Franchement, François vous a trop bien répondu dans les autres commentaires pour que j’ajoute quoi que ce soit! 🙂

      « Comment convaincre sans violence alors ? »

      Je crois plus à la confrontation qu’à la violence, mais si, dans les cas 1) Légitime défense et 2) Support populaire significatif, cela peut servir.

      Comme le dit Kevin Carson, un mutuelliste (et sur ce point, je me sens très mutuelliste, même si je ne me considère pas comme « mutuelliste pur et dur »)de renom:

      « Mutualism is not « reformist, » as that term is used pejoratively by more militant anarchists. Nor is it necessarily pacifistic, although many mutualists are indeed pacifists. The proper definition of reformism should hinge, not on the means we use to build a new society or on the speed with which we move, but on the nature of our final goal. A person who is satisfied with a kinder, gentler version of capitalism or statism, that is still recognizable as state capitalism, is a reformist. A person who seeks to eliminate state capitalism and replace it with something entirely different, no matter how gradually, is not a reformist.

      « Peaceful action » simply means not deliberately provoking the state to repression, but rather doing whatever is possible (in the words of the Wobbly slogan) to « build the structure of the new society within the shell of the old » before we try to break the shell. There is nothing wrong with resisting the state if it tries, through repression, to reverse our progress in building the institutions of the new society. But revolutionary action should meet two criteria: 1) it should have strong popular support; and 2) it should not take place until we have reached the point where peaceful construction of the new society has reached its limits within existing society. »

      http://www.mutualist.org/

      En ce qui concerne le besoin de posséder, je dois vous préciser que je suis en faveur du droit de possession mais que je suis contre la propriété. Ces deux billets pourraient vous intéresser.

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/01/22/possession-et-propriete-version-reeditee/

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/questionnaire-sur-la-propriete/

      Ceci dit, le blogue de François Tremblay et les écrits de Kevin Carson font un bien meilleur boulot que moi sur ce sujet!

      En ce qui concerne les exemples d’anarchie, allez voir les commentaires suite à ce billet:

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2010/07/26/des-exemples-concrets-danarchie/

      « mais ça fait pas des gros projets de société non ? »

      Les anarchistes ne devraient pas trop abuser du concept de société: (la discussion entre François et Anne Archet est très intéressante! 🙂 )

      http://annearchet.wordpress.com/2009/01/27/abolir-la-societe/

      1. verredebiere

        Bon, je vais essayer de tout lire ça…

        1. Prends le temps, tu peux lire juste partiellement. Ce ne sont que des suggestions.

  5. De toute façon, je considère que l’humanité a faite 3 grandes erreurs depuis sa naissance.

    La première grande erreur étant d’inventer des dieux.

    La seconde est d’avoir inventer un Dieu unique, ce qui a eu pour conséquence que tout le monde a le bon Dieu, mais pas les autres. Alors qu’avec une multitude de Dieu, tout le monde pouvait prier celui qu’il voulait.

    La tolérance qui atteint son comble en tolérant même l’intolérance. On tolère les comportements qui opprime les femmes, parce qu’il faut tolérer son voisin. Il me suffirait d’avoir une religion et de permettre le meurtre. Après, je plaiderais qu’on doit tolérer ma religion.

    Les allemands ont tolérés les abus des Nazis par peur ou par paresse. Mais c’est une pente glissante. Je suis d’une grande tolérance, mais je ne tolère pas l’intolérance.

    1. verredebiere

      Question comme ça, pure interrogation, puisque vous ne tolérez pas l’intolérance, vous êtes pour ou contre la burqa ?

      Pour vous « aider », celles qui la portent ne font pas partie de ce qui est une partie de leur religion que l’on pourrait considérer comme tolérante, donc des intolérants, de plus ne pas tolérer ce masque, c’est selon pas mal de gens (pas moi) de l’islamophobie, donc de l’intolérance.

      Ainsi, à l’intolérable, acceptez-vous l’intolérance ?

      On jase…

      1. Personnellement, je suis contre la burqa mais pour la liberté d’en porter volontairement.

      2. Je n’accepte l’intolérance et je ne suis pas islamophobe, je suis contre toute forme de religion. C’est plus simple. Personne ne possède la vérité, la recherche est plus précieuse et importante que sa possession. Je préfère ceux qui disent ne rien savoir, mais qui cherchent. Excusez moi, mais les talibans sont le pire cauchemar de l’humanité, tout comme les amish, etc….

        La burqua est porté à cause de pression religieuse ou s’il ne l’est pas, il l’a été à la base, mais il devient une habitude après adaptation.

        Comme les religions sont philosophiques et hautement symboliques, la burqua est avant tout un symbole de l’oppression de la femme. Bref, je suis contre la burqua sans équivoque. Les touaregs en portant tous pour mieux se protéger de la chaleur.

        Je suis pas des inquiets des terroristes, mais des gens de gauche tolérants qui tolèrent les comportements des intolérants. Les mêmes qui frappent toujours sur les américains, les israéliens, etc.. Pour ma part, tout le monde a sa faute, palestinien, arabes, israéliens, américains, etc… Je suis neutre et je ne prends le parti de personne car aucun parti n’a de sens à moins de faire un compromis d’un peu tout.

        1. Moi aussi, je suis contre les religions et le port de tels torchons, mais l’État doit cesser de les soutenir, pas empêcher les gens d’être cons!

          « Pour ma part, tout le monde a sa faute, palestinien, arabes, israéliens, américains, etc… Je suis neutre et je ne prends le parti de personne car aucun parti n’a de sens à moins de faire un compromis d’un peu tout. »

          Oui, c’est ça que je pense moi aussi!

          « Les touaregs en portant tous pour mieux se protéger de la chaleur. »

          Selon votre propre standard, il faudrait interdire les touaregs dehors!

          1. Pour les touaregs, c’est fonctionnel en premier lieu, ce qui est différent.

            1. En effet, mais ça n’a pas d’importance dans cette discussion sur la législation.

    2. Commentaire intéressant, en général.

      « La tolérance qui atteint son comble en tolérant même l’intolérance. On tolère les comportements qui opprime les femmes, parce qu’il faut tolérer son voisin. Il me suffirait d’avoir une religion et de permettre le meurtre. Après, je plaiderais qu’on doit tolérer ma religion. »

      Attention, aucune religion ne peut justifier quelque crime que ce soit! Sur ce point, je suis complètement intolérant!

  6. Mais même si le port de la burqa était un phénomène « ultra- minoritaire… ! Je rappelle qu’il s’agit de rien moins que d’une prison ambulante, d’un forcage à l’invisibilité, voire l’obligation d’arborer son invisibilité c’est-à-dire d’affirmer, de clamer à la face du monde que l’on n’est rien parce qu’on est une femme, parce qu’on a eu le malheur de naître femme. Et la lapidation des femmes aussi elle est « ultra-minoritaire ». Elle n’en existe pas moins.
    On voit qu’au Québec, vous n’êtes pas trop confronté directement à ces problèmes. Cela permet de gloser à l’infini et de se gargariser de mots. Entre mecs, en plus. Sachant que cela ne vous arrivera jamais. Tandis qu’en France on se demande si on va pas bientôt devoir la porter à notre tour ou s’il ne vaut pas mieux se suicider toute de suite.
    Les mots de femmes sont plus qu’ultra-minoritaires sur ce blog. Je continue à entre être fascinée…
    Le seul avantage c’est qu’on peut s’y épancher sans limite et censure, d’après la bannière du moins.

    1. Euh, pour ma part, je suis français…
      De plus, j’ai de la belle-famille musulmane, et je peux vous assurer que pour certaines femmes, porter le voile ou le foulard peut être vu comme une affirmation de sa liberté individuelle.
      Ensuite, nous sommes tous d’accords qu’aucune femme ne doit y être forcée, de même que nous sommes tous contre la lapidation. Vous faites une confusion.
      Enfin, votre réaction de peur, qui consiste à croire à une sorte d’invasion de la culture musulmane dans notre pays, qui soit-disant finirait par tous nous contraindre à pratiquer ce genre de coutumes à brève échéance, démontre que vous êtes totalement sous l’influence d’une propagande crasse, au moins autant que le sont également (mais d’une autre propagande), ces femmes qui sont persuadées que se voiler la face les rend libres.
      Mais, que voulez-vous, c’est une stratégie politique si simple, et vieille comme le monde : les prolétaires seront toujours moins dangereux à se taper dessus entre communautés qu’à s’opposer ensemble aux élites et à leur réclamer leurs droits.

      1. « j’ai de la belle-famille musulmane »

        VOILÀ! LE CHAT SORT DU SAC! VOUS ÊTES UN SYMPATHISANT ISLAMO-TERRORISTE ET VOUS VOUS BATTEZ CONTRE NOS LIBERTÉS! 😉

        Nah, sérieux, tu as bien raison! 🙂

    2. « Mais même si le port de la burqa était un phénomène « ultra- minoritaire… ! Je rappelle qu’il s’agit de rien moins que d’une prison ambulante, d’un forcage à l’invisibilité, voire l’obligation d’arborer son invisibilité c’est-à-dire d’affirmer, de clamer à la face du monde que l’on n’est rien parce qu’on est une femme, parce qu’on a eu le malheur de naître femme. Et la lapidation des femmes aussi elle est « ultra-minoritaire ». Elle n’en existe pas moins. »

      1) Si une femme est forcée de porter la burqa, il s’agit d’un acte criminel et je suis contre!

      2) Si une femme choisit de porter la burqa, je hais ça mais ce n’est pas un crime et l’État ne doit pas s’en mêler!

      3) La lapidation est toujours un acte criminel et je suis contre!

      « On voit qu’au Québec, vous n’êtes pas trop confronté directement à ces problèmes. Cela permet de gloser à l’infini et de se gargariser de mots. Entre mecs, en plus. Sachant que cela ne vous arrivera jamais. Tandis qu’en France on se demande si on va pas bientôt devoir la porter à notre tour ou s’il ne vaut pas mieux se suicider toute de suite. »

      Holà, attention! Une association fémi-favoritiste du Québec et un parti politique fémi-favoritiste du Québec se sont prononcés en faveur du port de la burqa, même chez les employés publics! Une position ridicule que je dénonce moi-même!

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/05/13/federation-femi-favoritiste-du-culbec-merci-michele-asselin/

      https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/05/15/chers-etatistes-lisez-ca/

      http://www.quebecsolidaire.net/actualite-nationale/interdiction-de-port-de-signes-religieux-n%E2%80%99ajoutons-pas-un-voile-supplementaire-au-voile

      « Les mots de femmes sont plus qu’ultra-minoritaires sur ce blog. Je continue à entre être fascinée… »

      C’est comme ça dans tous les blogues anars. Il y a deux femmes anarchistes qui me lisent, une étatiste séparatiste, vous et à peu près 3 autres, et c’est tout!

      J’aimerais avoir un lectorat à 95% féminin! Que voulez-vous, je suis un anarcho-fémi-favoritiste et un sale pervers! 😉

      « Le seul avantage c’est qu’on peut s’y épancher sans limite et censure, d’après la bannière du moins. »

      Continuez!

  7. Merci David. Je continue alors ! 🙂

    Bon alors Ramite pas besoin de partir sur des théories de propagande. Si vous étiez une femme vous vous sentiriez AUTOMATIQUEMENT viséE par le voile comme vous vous sentez automatiquement visé par le mec accusé de viol avec l’angoisse qu’il soit innocent. Cela s’appelle l’empathie pour son/sa semblable et ce n’est pas la peine de tout mettre à la sauce politique d’autant qu’un détail important vous échappe : je ne vis plus en France depuis assez longtemps pour ne pas avoir connu l’avènement de Sarko au pouvoir ni même subi une quelconque propagande émanant de son ministère de l’intérieur, alors, du calme.

    « tous nous contraindre » : non : vous non, justement. Seulement les femmes.

    Il faut lire le livre d’Ayaan Hirsi Ali qui dit assez comme en tolérant des intégristes qui ne sont même pas tolérés chez eux, nous abdiquons nos propres valeurs sous la pression de gens prêts à tout pour imposer leurs idées et pas tolérants pour deux sous, eux.
    Tous les laiques d’origine musulmane le hurlent mais personne ne les écoute. Résultat : Théo van Gogh a été assassiné et Ayaan Hirsi Ali a du se réfugier aux USA parce que les hollandais mouraient de trouille de l’hérberger chez eux. Super ! On en redemande ! Et à part ca les prolétaires gnagnagna. Quelle blague.
    D’autant que je me demande ce que vous appelez « prolétaires ». Les non rentiers ? Ceux qui ne sont pas chef(fe)s d’entreprise ?
    Ou plus traditionnellement ceux qui travaillent à l’usine ?
    En tout cas un homme n’est pas une femme et les menaces qui pèsent sur l’un ne pèse pas automatiquement sur l’autre. Prolétaire ou pas.

    1. Savez-vous pour qui travaille Hirsi Ali? Hirsi Ali est une drouatiste étatiste militaro-terroriste de la pire espèce qui n’a rien à voir avec le concept de l’anarchisme!

      Si vous voulez embarquer dans une telle discussion concernant Hirsi Ali, j’en aurai long à dire!

      « Si vous étiez une femme vous vous sentiriez AUTOMATIQUEMENT viséE par le voile comme vous vous sentez automatiquement visé par le mec accusé de viol avec l’angoisse qu’il soit innocent. Cela s’appelle l’empathie pour son/sa semblable »

      Bien sûr, mais l’empathie n’est pas une obligation qui doit être encadrée par l’État, surtout pas!

      « « tous nous contraindre » : non : vous non, justement. Seulement les femmes. »

      Les femmes surtout oui, mais les autres aussi. Et vous voulez que l’État contraigne tout le monde? Quelle contradiction!

    2. http://www.antagoniste.net/2008/04/08/lextreme-droite/#comment-38039

      « Vous avez le mérite de cibler le principal problème dans toute cette histoire: cette plotte sale fasciste étatiste de Ali nuit aux critiques plus modérés comme Wilders et Van Gogh. Ça ressemble pas mal plus à l’extrême drouate.

      Oui, je comprends son histoire triste et sa libération difficile de l’Afrique qui lui confère beaucoup de courage mais là il faut en revenir. Cette plotte sale est une pute sidatique au service de la propagande guerrière impérialiste et je n’ai plus aucun respect pour elle présentement. Au moins, Charlton Heston avait l’excuse d’avoir la maladie d’Alzheimer. À moins que Ali soit bipolaire!

      Franchement, cette plotte devrait se faire examiner par le Doc Maillet. Elle a de sérieux problèmes psychiatriques. Elle est en train de devenir un danger public pour les Hollandais, même si malgré tout, elle a le droit de dire ce qu’elle dit et que cette fatwa est illégitime. »

      Et je réitère mon propos!

  8. Mais elle le dit elle-même, elle est passée à droite parce que ceux de droite avait le mérite d’une position claire anti-intégriste ! Ce n’est pas les anars qui allaient la protéger, si ? Mais vous n’avez pas l’air de savoir que la gauche puis la droite l’ont tous deux lâchée par trouille des islamistes justement ! Elle n’est depuis longtemps plus en Hollande puisque les hollandais ont décrété tout à coup qu’elle y était rentré illégalement !
    Elle n’est ni de gauche ni de droite à mon sens. Elle cherche juste à préserver sa peau.
    Doit-elle se laisser massacrer ?
    Depuis son livre, une fatwa la menace. Elle l’a dit clairement qu’elle virait à droite non pas parce qu’elle était d’accord avec son mode de pensée mais parce qu’elle a une position moins équivoque que la gauche concernant le fanatisme religieux. Mince ! C’est quand même pas un crime de se préserver d’une fatwa !
    Pour certaines personnes militer anar c’est juste un luxe qu’elles ne peuvent pas se permettre si elles veulent rester en vie.

    1. Je n’ai jamais dit que je ne comprenais pas sa peur mais rien ne justifie son discours raciste et son appui aveugle au militaro-terrorisme criminel occidental. Si elle a des problèmes psychiatriques, qu’elle se fasse soigner!

      « Pour certaines personnes militer anar c’est juste un luxe qu’elles ne peuvent pas se permettre si elles veulent rester en vie. »

      Pas aux États-Unis, ni en Occident. Il ne faut quand même pas exagérer!

    2. Au fait, c’est justement sa position de drouate étatiste qui lui nuit le plus pour sa propre sécurité, et pour celle des autres critiques modérés de l’Islam!

      Mais évidemment, les militaro-terroristes occidentaux s’en crissent éperdument, ils ont un agenda criminel à vendre!

  9. Dame Euterpe a dit :

     » je ne vis plus en France depuis assez longtemps pour ne pas avoir connu l’avènement de Sarko au pouvoir ni même subi une quelconque propagande émanant de son ministère de l’intérieur, alors, du calme. »

    Peu importe, cette propagande à la con est la même partout en occident. Je reste sur l’exemple de la France, car je suis certain qu’il est transposable ailleurs.

    « Et à part ca les prolétaires gnagnagna. Quelle blague. »

    A vrai dire je suis plutôt du genre « anti-prolétarien », et non-révolutionnaire, et je n’ai utilisé ce terme que pour écourter la réponse, et aussi parce qu’après tout c’est bien de ces idéologies révolutionnaires prolétariennes que nos dirigeants pro-capitalistes ont peur. Je suis mutuelliste individualiste, et plutôt du genre objecteur de croissance que syndicalo-coco, mais il serait trop long de m’étendre la-dessus maintenant.

    Sachez également que si je me suis permis de vous répondre, c’est parce que j’estime être suffisamment alerté sur ce sujet, les réunions de familles étant partagées entre des athées bien franchouillards et des barbus basanés. Pour ma part je suis plutôt du genre aryen, blond aux yeux bleus, picard acclimaté au sud-ouest, mais il se trouve que la femme de ma vie est kabyle, fille et petite fille de arquis. Et il n’est pas évident de voir les beaux-cousins que j’ai connu encore enfants, se tourner vers le coran ; encore moins de voir leurs soeurs ou leurs cousines être les plus fanatiques du lot, être celles qui pensent « sortir leurs frères des griffes de la délinquance ».
    Mais ces confrontations familiales obligent à des efforts de tolérance, et m’ont permis de m’amener surtout à quelques constats :
    – tout d’abord, ceux qui s’en plaignent le plus sont les anciens, les arquis, ceux qui ont choisi de donner leur vie pour que leurs enfants grandissent dans un pays laïque, et qui, si par chance ils ne l’ont pas perdue, ont en tous cas perdu à jamais la possibilité de revoir leur terre natale. Et pour autant, malgré que les larmes leur montent aux yeux chaque fois que la discussion est abordée, jamais ils n’iraient jusqu’à demander à l’état d’interdire le voile.
    – ensuite, si ces jeunes tombent dans le fanatisme, c’est après des années de galère, des années d’humiliation ; c’est parce qu’après trois générations de sacrifices pour la France, leur « gueule » ne leur permet toujours pas de louer un appartement, ni de trouver un emploi digne de ce nom. Parce qu’après trois génération où ils ont cherché à être assimilés à la culture française, ils sont toujours considérés comme des étrangers, des délinquants, des fanatiques, ou des terroristes potentiels. Alors à force de se l’entendre dire, ils finissent par le croire. Et ils deviennent effectivement des fanatiques, et se mettent à haïr l’occident auquel ils appartiennent pourtant.
    C’est certes stupide, mais qui est le plus à critiquer ? Celui qui tombe dans le piège qui lui a été tendu, ou celui qui tend le piège ?
    Il ne faut pas s’attaquer aux conséquences, mais bien aux causes. Une interdiction ne fera que repousser l’échéance de l’explosion de ce problème post-colonial, pour au final la rendre encore plus violente.

    1. Bravo! Rien à ajouter! 🙂

  10. A Sieur Ramite : puisque je m’appelle « Dame » maintenant, alors ce sera « Sieur » pour vous. Je remets le nez par ici pour vous répondre :
    Vous confondez complètement des individus qui éprouvent en effet une haine justifiée du à un climat pourri et foncièrement raciste et c’est leur droit, avec autre chose qui n’a absolument rien à voir, dont je parle moi, mais que vous n’avez visiblement pas saisi. Car je causais donc en ce qui me concerne encore une fois : des religieux fanatiques que la Turquie chasse de chez elle, que le Liban ne peut pas blairer, que même la Syrie, même la Syrie, je le répète, supporte avec difficulté, et que tous expulsent pour prosélytisme caractérisé parce que ca tape gravissime sur les nerfs du musulman moyen le fanatisme. Ces religieux du délire s’installent alors en France, en Allemagne, en Angleterre, en Hollande, terrorisent les communautés d’expatriés des pays d’où ils viennent et dont ils parlent la langue, les fliquent, les isolent, les obligent à rentrer dans leurs rangs de tarés sous l’oeil indifférent des autochtones qui croient que c’est normal, ces gens-là c’est leur culture, il faut la respecter. A Hambourg,la semaine dernière, pour la première fois depuis 10 ans que tout le monde sait que des fanatiques travaillent à islamiser la planète en toute impunité depuis l’Allemagne, les autorités ont décidé de fermer une mosquée, foyer de nazis de l’islam que leur pays d’origine vomit.
    Dix ans pour tilter, c’est long.
    Je ne parle pas des blessures postcolonialistes qui n’en finissent pas de se rouvrir parce qu’en France, jamais on ne fera un travail de remise en question du passé et qu’avec Sarko qui parle le le Pen sans peine, on ne verra pas de sitôt le bout du tunnel.
    Ce dont je parle c’est d’autre chose, De la même chose dont parle Ayaan Hirsi Ali et tous les laiques d’origine musulmane qui ont les jetons des fous de dieux, de l’Opus Dei version islam.
    A par ca : objecteur de croissance ? Bienvenu au club, alors !

    1. Et dites moi comment l’interdiction d’un masque va régler ce problème, dont je n’ai jamais nié l’existence…

%d blogueurs aiment cette page :