La Flandre bientôt séparée de la Belgique?

L’idée de la séparation de la Flandre du reste de la Belgique semble de plus en plus en vogue. Les élections législatives belges de ce dimanche constituent une occasion en or pour accélérer le processus menant à l’indépendance de la Flandre.

Je vous présente un extrait de cet article provenant du Figaro, un journal gau-gaucho-séparatiste anti-sarkonazien! 😉 Vous constaterez qu’en Flandre, c’est la drouate qui est la plus séparatiste. L’ADCul, ou tout autre mouvement de pacotille potentiel étatiste de centre-drouate, devrait tirer les leçons évidentes de ce qui se passe en Flandre et considérer, sans leur mépris légendaire pour les méchants séparatisssssssssss, la pertinence de la séparation du Québec.

Par analogie, mettez-vous dans la tête qu’il n’y a pas seulement les gau-gauchistes étatistes qui sont potentiellement séparatistes ici au Québec, c’est juste que les non-gau-gauchistes étatistes ne veulent rien savoir du PCul pour gouverner parce que ce parti nationaleux préconise un étatisme trop tentaculaire et obèse. Bon, j’admets que c’est illogique en raison de la farce monumentale qu’est devenue la charogne mafieuse corrompue étatiste fédérâleuse soi-disant libérale, mais je vous explique seulement comment les connards d’électeurs se comportent.

Voici l’extrait de l’article:

Les élections législatives de dimanche pourraient renforcer les partis flamands qui souhaitent lâcher les Wallons. Bart De Wever, patron de la NVA, Jean-Marie Dedecker, libéral populiste, ou Filip Dewinter, porte-parole du Vlaams Belang, jouent sur des registres différents une même partition séparatiste. Pour eux, la Belgique n’a plus de sens, voire serait déjà morte.

La Belgique va-t-elle disparaître? Ou bien le pays s’est-il déjà «évaporé» comme on le chuchote, sans que ni ses grands voisins ni surtout sa classe politique n’osent encore le clamer sur les toits? Faute de sortir le pays d’un dédoublement de personnalité incurable, les législatives de ce dimanche vont à coup sûr pousser sur le podium les partisans naguère infréquentables d’une rupture assumée.

Les francophones, minoritaires, semblent s’y préparer à contre-coeur. Les Flamands, eux, ne s’en cachent plus: ils sont tentés de prendre le large et trancheront par le poids du nombre. Leurs partis traditionnels, champions du compromis fédéral, sont désavoués si l’on en croit les sondages. Des chrétiens-démocrates, clé de voûte de toutes les coalitions à Bruxelles, aux libéraux et aux socialistes.

Le champ est libre pour les indépendantistes de tout poil. L’extrême droite, toujours bien présente avec les escouades du Vlaams Belang (VB). Le populisme plus récent de l’antimonarchiste Jean-Marie Dedecker. Et surtout la percée spectaculaire d’une droite nationaliste et décomplexée: avec la Nouvelle Alliance flamande (NVA), elle verrait bien la Belgique, devenue superflue, se dissoudre démocratiquement dans l’Union européenne. Les trois courants pèsent 40 % des voix flamandes. Déchirés par l’idéologie et de solides rivalités personnelles, ils s’interdisent a priori toute alliance face aux francophones. Mais tous se retrouvent sous l’étendard jaune et noir des comtes de Flandre. Dans la chambre sortante, ils totalisent 28 élus sur 150, dont les deux tiers sous la coupe dissuasive de l’extrême droite. L’assemblée renouvelée les verra sans doute plus nombreux. Et à coup sûr dominés par la NVA, devenue un parti presque recommandable.

En Flandre, l’indépendantisme n’est plus marginal. Il est politiquement recevable. Bart De Wever, 39 ans, anversois et historien, connaîtra sans doute dimanche son heure de gloire. Patron de la NVA depuis six ans, il est le politicien le plus populaire de Flandre (et de Belgique aussi, par voie de conséquence). Il vise jusqu’à 25% de l’électorat à l’heure du dépouillement, chiffre confirmé par les enquêtes d’opinion.

J’espère que les Flamands ne crouleront pas sous la pression colonialiste des amants pro-Europe de l’unité Belge et qu’ils profiteront de l’occasion qui leur est fournie ce dimanche. Je trouve cependant fort stupide l’idée de l’annexion de la Wallonie à la France en cas de séparation de la Flandre. À suivre…

Vive la séparation de la Flandre et vive la séparation du Québec!

Publicités

2 Réponses

  1. […] La Flandre bientôt séparée de la Belgique? « Anarcho-pragmatisme […]

  2. […] La Flandre bientôt séparée de la Belgique? « Anarcho-pragmatisme […]

%d blogueurs aiment cette page :