Pourquoi la parentalité et la procréation sont invalides? (partie I)

Note 1: Il ne s’agit en aucun cas d’un billet visant à renier mes parents et ma famille immédiate que j’aime beaucoup. Je ne fais que remettre en question un système hiérarchique que je considère invalide d’un point de vue anarchiste et mon but n’est pas d’ostraciser individuellement les parents ni de favoriser quelconque politique étatiste de contrôle des naissances.

Note 2: Si jamais je devenais un père un jour, n’hésitez pas à me traiter d’imbécile en me rappelant ce billet!

Note 3: Généralement, les étatistes ont tout intérêt à être en faveur de la parentalité et de la procréation (ils vénérent beaucoup la famille, surtout les drouatistes) et je peux très bien comprendre leurs arguments. Par contre, j’expliquerai un jour pourquoi ces deux concepts sont invalides d’un point de vue écologiste et féministe.

Ce billet est une traduction-adaptation partielle de ce billet de François Tremblay. Il est fort probable que ce billet aura une ou plusieurs suites.

Définissons la parentalité comme suit: la parentalité désigne le processus hiérarchique d’éducation des enfants par des « parents » dans ce qui est appelée une « famille », dans le contexte actuel.

S’il y a un cas évident d’hiérarchie et d’exploitation, nous n’avons même pas besoin de considérer l’État et la religion. Nous n’avons besoin que de considérer la parentalité, le fondement même de notre psychisme.

La parentalité s’exerce dans le cadre d’un système hiérarchique strict, avec les parents à l’échelon supérieur et les enfants à l’échelon inférieur. Les parents sont la quasi-totalité du temps les parents biologiques, i.e. le couple homme-femme qui a baisé et dont un spermatozoïde et un ovule se sont rencontrés pour amorcer le processus de procréation. En se basant sur ce processus, il est convenu que ces deux personnes, qui n’ont généralement aucune compréhension (ou à la limite, une compréhension très limitée) sur la manière d’élever des enfants sauf l’exemple de leurs propres parents, maintiendront virtuellement un pouvoir illimité sur le nouvel être humain par l’intermédiaire du confinement privé dans leur propre domicile et par l’intermédiaire d’un environnement psychologique intimidant où la vie des enfants au quotidien dépend de l’obligation de plaire à « ses » parents, pour une durée légale d’environ 18 ans (parfois plus dans certains États arriérés, ce que semble appuyer Renart L’éveillé, et souvent plus dans la pratique).

Ceci semble entièrement normal pour nous parce que c’est ce que nous avons expérimenté pendant notre vie pré-adulte tout entière. Mais d’un point de vue anarchiste, cette idée est foutrement insensée. Il n’y a absolument aucune raison valable pour désigner arbitrairement les gens dont leur implication n’est constituée que par leurs contributions respectives de fluide corporel (et dans le cas de la mère, neuf mois d’une croissance cellulaire purement involontaire) comme étant les possesseurs de ce nouvel être humain, sans oublier l’absurdité de posséder un être humain pour commencer! Il n’y a absolument aucune raison de rendre le plus difficile possible la protection de ces êtres humains contre les abus, et de les garder les plus vulnérables possibles face à leurs abuseurs potentiels (lesquels sont, la plupart du temps, la famille elle-même ou des membres de la famille étendue). Il n’y a absolument aucune raison de laisser quelque chose d’aussi important que la croissance (morale, intellectuelle et physique) des enfants dans les mains de gens qui n’ont absolument aucune compréhension de la croissance des enfants. Je crois que, si vous aviez à bâtir un système qui était autoritaire, qui était le plus mauvais possible pour les enfants, et qui rendait le plus difficile possible la prévention des abus, vous en arriveriez à un truc semblable à ce que la parentalité est devenue aujourd’hui. Sans oublier les effets destructeurs sur la pensée critique et sur l’aspect social du système scolaire étatique (ce qui inclut les écoles soi-disant « privées » qui fonctionnent sous un modèle semblable, voire même encore plus répressif que l’école publique, n’en déplaise à Christian Mistral et à ses complices pro-hiérarchies drouatistes étatistes et libertariens vulgaires) et vous obtenez un bon portrait du genre de traitement qu’un être humain doit subir durant la première portion de sa vie.

D’un point de vue anarchiste, je ne peux voir aucune valeur possible à un tel système. C’est hautement autoritaire et très hiérarchique. C’est aussi de l’exploitation systémique parce que ce système garde captifs les enfants à un style de vie et à une vision du monde qui n’est pas selon leurs choix: à la base, ils se font régenter et mouler leur propre vie contre leur gré. Un exemple est la coutume du Rumspringa chez les Amish. La vaste majorité des adolescents Amish, malgré le grand attrait pour la vie extérieure, choisissent de rester dans leur communauté, parce qu’ils ne reverraient plus jamais leur famille et qu’ils ont été élevés à croire qu’ils iraient en enfer s’ils la quittaient. Cependant, si la plupart d’entre eux avait la liberté de choix, ils ne choisiraient pas d’être des Amish, n’est-ce pas? Même si je suis certain que quelques personnes s’y joignent volontairement, il n’y a pas une grosse foule qui cogne à la porte des Amish!

La parentalité, même chez beaucoup d’anarchistes (bravo à François et à Bakouchaïev qui ont bien compris! 🙂 ), est considéré comme intouchable. Pire encore, le modèle hiérarchique parental proposé par les anarchistes de droite et les libertariens est à peine moins répressif que celui proposé par la drouate étatiste et encore plus répressif que celui de la gau-gauche étatiste. Quel raisonnement confus! Quelle belle brochette de CONservateurs bien vernis dans ce débat! Quoique, tout comme la gau-gauche étatiste, les anarchistes de gauche du Québec ne semblent pas trop réfractaires à ces orphelinats criminels étatiques pour bébés que sont les crisses de CPE! Vraiment n’importe quoi!

Cela semble pour moi plus comme une hypocrisie qu’autre chose. Les anarchistes et les libertariens, qui sont censés, en principe, de proposer des meilleures façons de vivre et des meilleurs types de sociétés (quand il ne s’agit pas d’abolir carrément la société, et je suis d’accord avec Anne Archet dans la majeure partie de sa pensée là-dessus), s’interdissent d’examiner eux-mêmes la source du psychisme des individus qui composent la société et les divers types de conséquences qu’elle engendre. C’est comme si on prétendait qu’on devrait trouver des façons d’améliorer les ordinateurs mais sans jamais remettre en question l’idée du transistor ou sans jamais remettre en question l’idée du code binaire! Eh bien, pourquoi pas?

Finalement, je vous suggère de visiter ce site extinctionniste. Bonne réflexion!

Publicités

33 Réponses

  1. VIOLENCES+VOL :
    Ceci est une tentative de gros scandale public bien gênant tant j’ai dû mal à trouver un avocat malgré mes efforts, afin de régler ce problème de non respect de mes droits les plus élémentaires, ce que je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables : je suis donc en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat – difficile à trouver pour un simple citoyen mais on insiste – pour mises sous surveillance illégales, lynchage numérique inspiré de bonnes vieilles méthodes qui ne déplairaient pas au ku klux klan, lynchage qui n’a mobilisé personne sur le web ou dans la presse, actes de violence et pressions à mon égard et plagiat, par une grosse pétasse, vulgaire et ridicule et qui passe à la télé,  » comme si de rien n’était « , de mes petits textes web.

    Quant a sarkozy, s’il n’aime pas le web, et s’il n’aime pas la rue qui sait, la preuve, très bien se défendre, qu’il la quitte !

    BLOG ETC – nina

    1. Wow, crisse que c’est intéressant! 😉

  2. Bon, là tu cherches vraiment le trouble… lol

    1. En autant que ça ne soit pas avec toi, ça ira! 😉

      J’en veux du trouble! 😉

  3. j’ai arrété de lire ici
    « comme étant les possesseurs de ce nouvel être humain, sans oublier l’absurdité de posséder un être humain pour commencer! »

    Où avez vous vu que les enfants sont la « propriété » de leur parents !
    Les parents n’ont qu’un droit de garde (droit de choisir l’éducation, les valeurs, les fréquentations) à durée limitée et il existe des cas ou celui-ci prend fin prématurément.

    La tradition chrétienne (les autres je ne sais pas) permettait au parents de choisir des parrains et marraines comme légitime détenteurs de ce droit de garde en cas de défaillance des premiers.

    Vous vous trompez de cible, la famille est encore le meilleur receveur « par défaut » de l’enfant, c’est une évidence.

    Que l’éTAT en revanche s’autorise à récupérer ce droit de garde est la moitié du chemin vers ce que vous semblez considérer comme souhaitable, que l’ « on » mette les enfants au mains de gens qui auraient compréhension de la croissance des enfants. Ca oui c’est certainement le meilleur chemin vers la dictature.

  4. La famille, c’est comme le marché. C’est la solution naturelle pour faire face à un problème. Le marché est la solution naturelle pour gérer les ressources et la famille, le résultat de l’évolution pour permettre aux enfants d’arriver en un seul morceau à l’àge adulte. En plus, l’éducation des parents donne un bon point de départ aux enfants au début de leurs vie. La nature trouve toujours la meilleure solution, que ce soit dans le marché sans état ou dans la préparation des enfants à la vie adulte. Si on laisse l’interventionnisme étatique, élever les enfants, il se peut que le résultat soit un zombi qui crie hi Hitler, engraissons les syndicats qui n’ont rien à foutre du monde ordinaire, ou n’importe quelle autre chose que l’état croie politiquement correcte. Même chose dans l’économie. La gestion étatique peut donner vie à des créations qui n’ont aucun rapport avec le gros bon sens. Laissons la nature trouver les meilleures solutions.

    1. La violence, l’usurpation et la guerre sont naturels aussi. Alors faudrait-il aussi les ériger en systèmes? Ou est-ce que ce n’est que la famille qu’il faut ériger en système?

      En passant, la structure familiale exclusive, est-ce que c’est l’apparat de la plupart des espèces? Chez les oiseaux oui, mais chez les primates, là je ne crois pas…

      1. En fait, il est difficile de trouver aussi exclusif que l’être humain.

  5. Quand je parle de syndicats, je parle toujours de syndicats protégés ou favorisés par le régime.

    1. Oui, bien sûr, on s’entend là-dessus.

  6. Que proposez-vous pour trancher un conflit entre parents et non-parents sur une question concernant un enfant trop jeune pour décider? Sans réponse à cette question, on reste dans le domaine des coups d’épée dans l’eau.

    1. Je vais répondre à certains commentaires, dont le vôtre, plus tard.

  7. Gabriel Bisson

    Utiliser l’exemple Amish pour décrédibiliser le modèle familial est une blague que personne ne doit prendre au sérieux.

    Dans une discussion sérieuse, on ne crée pas de caricatures pour après lui lancer des trucs au visage.

    Mais bon… bonne réflexion quand même.

    1. Ce n’était qu’un exemple, que j’admets être caricatural, pour exprimer un point précis que se vérifie très souvent dans le quotidien.

      1. Gabriel Bisson

        Quoi, le dressage d’un enfant? C’est une stupidité à laquelle participe parfois la famille, mais qui ne lui est nullement propre. Simplifiez vos idées; le moulin à abattre, ici, n’est pas la famille.

        Bonne réflexion.

        1. D’accord avec le fait que le dressage est inhérent avec la famille mais ne lui est pas propre. Le problème est le dressage, mais comme le concept actuel de parentage inclut le dressage, il est invalide.

  8. « ils vénérent beaucoup la famille, surtout les drouatistes »

    Par contre, c’est la gau-gauche qui curieusement fait beaucoup, beaucoup, beaucoup d’enfants. La droite ayant bien de trop les yeux rivés sur le compte en banque et les ti-zenfants, ça coûte TRÈS cher. La gau-gauche crasse s’en calisse d’élever des enfants dans la merde, les droitistes règle générale attendent le moment propice et souvent à ce moment là, l’âge de bander et déjà révolue ;).

    C’est pour cela que dans notre belle société socialiste, les droitistes seront TOUJOURS en minorité.

    1. Bon point, voilà une autre contradiction chez les gau-gauchistes étatistes! Et après ça, ils pestent contre les drouatistes étatistes qui osent prioriser la famille. Misère…

  9. Pour ce qui est du reste, je suis à peu près d’accord avec l’ensemble de l’oeuvre. La droite est beaucoup trop abrutie par ces concepts de possession de l’enfant, de discipline et d’éducation pour prendre le temps de réfléchir à ces importants détails philosophiques. En ce sens, à mon humble avis les plus grands droitistes au monde (extrême droite on s’entend) au point de vue social et moral, c’est les islamistes radicaux qui veulent mener une guerre de religion mondiale et qui font des enfants avec bien des bonnes femmes dans le but de les endocriner à aller mourrir au nom d’un grand bonhomme barbu qui vivrait soi-disant dans les cieux.

    1. En effet, les extrémistes religieux sont de cet acabit, mais il faut aussi se regarder.

  10. « D’un point de vue anarchiste, je ne peux voir aucune valeur possible à un tel système. C’est hautement autoritaire et très hiérarchique. »

    Je comprends également que cette emprise des parents est purement arbitraire et aléatoire même si elle semble favorisée par l’état, la société, la pression sociale de se conformer à une réalité, la gauche (les CPE, bien visé, crissement pas mieux que les parents chose certaine, si vous voulez du criss de bossage pour votre enfant, bienvenue dans les beaux CPE et les garderies à 7$), la droite moralisatrice, bref tout le package deal au complet.

    Quel hostie de formidable brainwashing total. Exactement comme la dictature du couple avec le boss souvent féminin (les gars, vous n’avez pas de couilles face à vos bonnes femmes votre humble serviteur y compris!!!).

    1. En fait, les CPE sont encore pires!

  11. « le parentage (un anglicisme, je l’admets) »

    Pourquoi s’en offusquer? Pour succomber aux puristes de la langue française anti-anglicismes? Bullshit (oups, caca de vache).

    N’ayez crainte, j’abhorre les fautes d’orthographes comme la peste mais l’inclusion de mots de d’autres langues s’ils décrivent mieux notre pensée, viennent nous faire apprendre des nouvelles affaires et enrichissent le débat et la mosaïque des possibilités linguistique, je dis pourquoi pas. N’en déplaise aux nationaleux à la Gilles Proulx allergiques à l’anglais.

    1. C’est justement pourquoi je précise qu’il s’agit d’un anglicisme. Ce n’est pas une mauvaise chose d’utiliser les anglicismes quand on le précise. Mais c’est aussi une bonne chose que de le préciser.

  12. « Quand on pense au Monde que l’on va laisser aux générations futures, procréer aujourd’hui c’est comme louer des appartements dans un bâtiment en feu »

    J’adore cette phrase. Quand j’y pense, j’ai peur pour moi et ma fille….quel cadeau de grec empoisonné loll ;)!!

    1. Il reste que l’appartement dans le building en feu prendra beaucoup moins de temps que le petit qui vient au monde à se rendre compte que le monde dans lequel il est n’est peut-être pas aussi amical que la petite enfance ne le laisse croire.

  13. Salut David,

    Juste un petit message pour t’informer que j’ai publié la deuxième partie de ma pensée féministe sur mon blogue.

    Arwen

    1. Merci mais j’avais déjà lu. Je commenterai plus tard.

  14. […] est assez clair!), concepts que me fournit la lecture d’un blogue qui se qualifie d’anarcho-pragmatiste. Leur logique masque à peine l’odeur… À la base, tout ça me donne l’impression […]

    1. Merci Renart, je vais lire ça avec un grand intérêt!

  15. […] est assez clair!), concepts que me fournit la lecture d’un blogue qui se qualifie d’anarcho-pragmatiste. Leur logique masque à peine l’odeur… À la base, tout ça me donne l’impression […]

%d blogueurs aiment cette page :