Loi 34: le PLQ et leur séduction politique hypocrite des anti-avortement

Les fémi-favoritistes du Culbec, à l’exception agréable de ce site féministe (justement, on y parle surtout du véritable féminisme et pas tellement du fémi-favoritisme), ont généralement préféré dénoncer les femmes qui luttent contre l’intégrisme religieux patriarcal plutôt que de dénoncer la version initiale du projet de loi 34, promulguée par la charogne soi-disant libérale, qui allait restreindre l’offre des avortements dans le système soviétisé de santé culbécois. En tant que vrai féministe, je vais dénoncer cette mesure nettement plus menaçante pour le droit à l’avortement que la stupide loi C-384.

En gros, voici le cheminement politique dans ce dossier (ici, je parle d’un point de vue étatiste):

1) La charogne soi-disant libérale sait fort bien qu’ils perdront des votes du centre-gau-gauche (la gau-gauche votant pour Québec Solidaire afin de faire gagner la charogne soi-disant libérale: quelle bande d’andouilles!) vers le PCul lors des prochaines élections.

2) Étant donné que l’ADCul leur semble être sur la voie de l’extinction (je n’ose pas être aussi affirmatif!), la charogne soi-disant libérale n’a d’autre choix que de séduire l’électorat drouatiste potentiellement adéquiste pour gagner les prochaines élections. Quoi de mieux que de proposer une mesure restreignant l’offre des avortements pour faire plaisir hypocritement à ces drouatistes!

3) Étant donné que le gouvernemaman fédéral CONservateur est minoritaire, grâce au Bloc Culbécois en passant, l’avortement ne sera pas criminalisé au Cacanada. Mes chers connards anarcho-fédéraleux, vous qui me traitez de « sale nazionaleux », en vomissant les mêmes putains d’arguments à marde que les peurologues fédéraleux étatistes, comprenez-vous que la présence du Bloc et de l’ensemble du mouvement séparatiste a empêché la criminalisation de l’avortement dans tout le Canada bref, de retourner 20 ans en arrière dans ce débat? Les fédéraleux peuvent bien souhaiter des lois défavorisant le Bloc lors des élections, n’est-ce pas?

4) Ne pouvant pas empêcher légalement les avortements, la charogne soi-disant libérale a inclus les avortements dans son projet de loi 34 afin de réduire l’offre des avortements, pour faire plaisir aux électeurs potentiellement adéquistes.

5) Les groupes communautaires pro-choix (voilà une cause vraiment féministe que j’appuie vigoureusement!) ont dénoncé ce projet de loi et ont engendré une pression médiatique très efficace pour que la population adhère à leur position.

6) Étant donné cette pression médiatique, le Collège de Médecins et la Fédération des Médecins Spécialistes, curieusement silencieux auparavant (je ne sais pas trop pourquoi mais tout de même, je vais leur accorder un certain crédit, pour une rare fois), ont décidé de dénoncer cette mesure et de faire pression sur le gouvernemaman culbécois afin qu’il change sa décision.

7) Sachant fort bien, suite à cette pression médiatique, qu’elle allait perdre plus de votes dans la base libérale de centre-centre-drouate qu’elle en gagnerait chez les drouatistes potentiellement adéquistes avec cette mesure, en raison de cette même pression médiatique, et que l’après-carrière de Poutine Toyota Bolduc, actuel Sinistre Culbécois de la Santé et des Sévices Anti-Sociaux, était menacée en raison des pressions du Collège des Médecins et de la Fédération des Médecins Spécialistes, la charogne soi-disant libérale a fait volte-face dans ce dossier, fort heureusement, en retirant les avortements du projet de loi 34. 🙂 🙂 🙂

Encore une fois, il s’agit là d’une démonstration flagrante que la pression populaire et médiatique est nettement plus efficace que les crisses d’élections et le militantisme intra-parti politique pour changer les choses, sauf dans la lutte pour la séparation du Québec et encore là, je parle uniquement du vote!

Lors de la prochaine campagne électorale du Culbec, je vous rappellerai cette mesure potentiellement liberticide contre les femmes Québécoises et cette volte-face improvisée de la charogne soi-disant libérale! Il ne faut surtout pas l’oublier!

Publicités

8 Réponses

  1. David: mon article sur le vol à l’étalage est en ligne.

    1. Merci, je vais lire ça!

  2. «Mes chers connards anarcho-fédéraleux».Qui classes-tu sous cette étiquette et comment définis-tu un «anarcho-fédéraleux». Car honnêtement je n’ai jamais rencontré d’anar qui se batte pour le fédéralisme canadien.

    1. Un anarcho-fédéraleux est tout anarchiste n’appuyant pas la séparation du Québec. Bien sûr, je n’ai jamais prétendu que les anarcho-fédéraleux étaient des fédéraleux étatiste qui se battent pour la fédéralisme cacanadian!

      Je suis méchant, je le sais! Mais moins qu’Anne Archet, selon son propre standard!

  3. Typiquement la manière libarale, hypocrite dans tout. Hypocrite un jour, hypocrite toujours. Toujours par en dessous, toujours des moyens détournés, jamais directement. Comme dans tous leurs dossiers, dans tout ce qu’ils manipulent: de la petite classe, de la petite politique à la Duplessis.

    Et il s’en trouve encore beaucoup pour voter pour eux, malheureusement. Ne jamais sous-estimer le vote anti-péquiste qui fait à tout coup voter parti libaral (du moins 9 fois sur 10 minimum).

    1. Au moins, les duplessistes avouaient leur corruption!

  4. « Les fédéraleux peuvent bien souhaiter des lois défavorisant le Bloc lors des élections »

    Sincèrement, je n’ai pas vu beaucoup de fédéralistes être POUR ces lois sur la blogosphère.

    J’ai par contre lu un point de vue assez intéressant de Frankie sur le blogue d’Alexis St-Gelais qui se présentait POUR ce genre de lois. Je vous invite à aller lire son opinion sur:

    http://amonhumbleavis.wordpress.com/2009/08/11/ya-toujours-bien-des-limites/

    1. Le texte d’Alexis avait plus de sens!

%d blogueurs aiment cette page :