Anarcho-centrisme séparatiste

Dans ce billet, j’explique pourquoi le sous-titre de mon blogue s’écrit maintenant: « Un blogue anarcho-centriste séparatiste« . Notons que j’utilise l’axe gauche-droite dans le sens économique et que je vais utiliser plusieurs généralisations qui s’appliquent aux anarchistes de gauche (anarcho-communistes, anarcho-socialistes, anarchistes libertaires et, dans une moindre mesure, les individualistes stirnériens: j’admets quand même avoir une plus grande sympathie pour les gauchistes, surtout les individualistes), aux anarchistes de droite (anarcho-capitalistes, volontaristes, agoristes) sous leur forme la plus extrême et aux libertariens minarchistes, vulgaires ou pas. Alors, il est possible que ces généralisations ne s’appliquent pas à vous, ce qui est une bonne chose.

Plusieurs débats que j’ai suivis ici et ailleurs dans la blogosphère m’ont apporté ces constats suivants, et ce billet d’Anne Archet fut la goutte qui a fait déborder le vase:

Premièrement, la blogosphère anarchiste et libertarienne québécoise, nonobstant le respect personnel que je peux avoir pour certains blogues, me fait de plus en plus chier (mais rassurez-vous, la blogosphère anarchiste francophone hors-Québec est encore pire), particulièrement les anarcho-fédéraleux qui sont contre la séparation du Québec parce que selon eux, l’État Cacanadian nous protège contre les corporateux et l’apartheid raciste des nationaleux culbécois est à nos portes si le Québec se sépare ;), et les libertariens fédéraleux qui sont eux aussi contre la séparation du Québec parce que selon eux, l’économie va s’effrondrer et… l’apartheid raciste des nationaleux culbécois est à nos portes si le Québec se sépare! Ces fédéraleux soi-disant anarchistes et libertariens sont des complices de l’État Cacanadian et de l’expansion de l’État Culbécois, qui est en compétition avec l’État Cacanadian. Bref, de véritables perroquets de la propagande de peur des fédéraleux étatistes! Pour paraphraser Anne Archet, avec des ennemis comme les anarcho-fédéraleux et les libertariens fédéraleux, l’État n’a pas besoin d’amis. Au moins, la blogosphère anarchiste anglophone n’embarque pas dans cette camelote anti-séparatiste primaire et on y reconnaît généralement l’indépendance territoriale comme un pas en avant vers l’anarchie. Sérieusement, je trouve la blogosphère anarchiste anglophone nettement plus intéressante et je ressens beaucoup plus d’affinités idéologiques avec eux, même si je trouve que certains anarcho-centristes comme plusieurs mutuellistes qui, même si je suis très sympathique à leur cause (mais sans me considérer comme un mutuelliste pur et dur), sombrent dans un excès d’organisationnite qui est trop collectiviste à mon goût: le consensus à petite échelle (la plus petite possible) étant la seule forme d’organisation vraiment anarchiste.

Deuxièmement, la blogosphère anarchiste québécoise est infestée d’extrémistes anarcho-gauchistes dont leur discours confus revient à justifier involontairement les interventions liberticides de l’État. Bref, ce sont des socialistes joliment vernis, pour paraphraser à nouveau Anne Archet. De plus, même si l’anarchie de droite est pratiquement absent de la blogosphère anarchiste québécoise, il y a aussi la contrepartie des CONservateurs joliment vernis que sont les libertariens minarchistes, dont leur sacro-sainte apologie de la propriété et du profit fait l’affaire des capitalistes: ceux-ci sont fortement présents et appréciés par l’intelligensia politico-affairiste culbécoise. Bref, avec des ennemis comme les anarchistes de gauche, les anarchistes de droite et les libertariens, l’État n’a pas besoin d’amis. Ces courants extrémistes confus, en ajoutant en plus l’anarchie de droite (d’autres CONservateurs joliment vernis), existent aussi dans la blogosphère anarchiste anglophone mais au moins, les points de vue anarcho-centristes moins confus y prennent beaucoup plus de place.

Troisièmement, beaucoup d’anarchistes (peu importe leur provenance) commettent l’erreur fondamentale suivante: ils remettent en question l’État, mais sans toutefois remettre en question les comportements et les institutions sociétales (et même, le concept de « société » lui-même) qui créent un contexte favorable à l’expansion de l’État.

J’abhorre le discours anti-marché des anarchistes de gauche et le discours pro-propriété et pro-profits des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes.

J’abhorre le discours anti-économique des anarchistes de gauche et le discours éconocentrophile des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes.

J’abhorre le discours moralisateur des anarchistes de gauche et le discours amoral des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes.

J’abhorre le discours anti-scientifique des anarchistes de gauche et le discours anti-artistique des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes.

J’abhorre la complaisance syndicaleuse des anarchistes de gauche et la répression anti-syndicale primaire des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes.

J’abhorre la complaisance fémi-favoritiste des anarchistes de gauche et la complaisance machiste (avortement; à qui profitent le plus les hiérarchies de pouvoir?) des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes.

Je refuse d’appliquer une politique de censure trop restrictive dans mon blogue comme le font trop souvent les anarchistes et les libertariens minarchistes qui ne s’ouvrent pas assez au débat avec les étatistes.

J’abhorre le discours anti-mathématique primaire de la quasi-totalité des anarchistes et des libertariens minarchistes.

J’abhorre les anarchistes et les libertariens minarchistes « faiseurs de systèmes » et les anarchistes « idéologues absolutistes » qui ne font que reprendre la démarche étatiste à leur propre profit. Je préfère promouvoir la variété comme valeur anarchiste fondamentale.

J’abhorre le discours anti-séparatiste des anarcho-fédéraleux et des libertariens fédéraleux, qui sont des complices de l’État Cacanadian et de l’expansion de l’État Culbécois.

Bref, je suis un anarcho-centriste séparatiste!

Publicités

37 Réponses

  1. Pour ce qui est du concept de société, on peut bien remettre son existence en question, mais à quoi bon? Selon moi il s’agit d’un phénomène naturel dont l’espèce humaine ne peut se passer. Anne Archet n’a jamais expliquer comment on pourrait s’en passer et elle serait bien incapable d’en faire la démonstration.

    Je sais que ce n’était pas le sujet principal de ton billet, mais je n’avais pas de commentaire sur le reste.

    1. Quand tu as décidé d’être anti-procréation, tu as remis en question une institution sociétale traditionnelle. C’est comme ça que l’abolition de la société (du moins, la société telle qu’on le connaît et qui mène à l’expansion de l’État) commence, par des petits pas de ce type.

      Tout de même, l’humain demeurera toujours un animal social.

  2. Ça fait pas mal de monde qui passe au cash là…

    Dur dur d’être un anarcho-centriste-séparatiste.

    Mais le problème du séparatisme (et du fédéralisme-nationalisme par la bande) demeurera tant que le moteur principal sera une forme ou une autre de nationalisme. Or, l’idée s’avère quasi impossible à vendre pour Pierre-Jean-Jacques qui n’a pas sa thèse en anarchisme ni en libertarisme et qui a un « span of attention » de 2 minutes maximum après tout décroche sans le nationalisme (je serais tenté d’ajouter le mot primaire mais ça vient « overused » comme adjectif). Bref, le nationalisme, c’est le carburant actuel du séparatisme, le petit bonbon que veut ti-paul et tite-suzanne qui fait flotter son fleur de lysée en face de chez eux.

    Bref, félicitations pour l’effort mais le monde étant ce qu’il est, je doute que ça change avant que mort s’en suive. C’est comme la dépendance à l’état tout cela, on va toujours voté pour le politichien qui nous proposera les plus gros nananes étatiques payés trois fois le prix à même nos poches de CONtribuables.

    1. « Dur dur d’être un anarcho-centriste-séparatiste. »

      Je sais, mais tant qu’à être seul sur ma planète, aussi bien se marrer! 😉

      Pour le reste, je suis d’accord.

  3. « J’abhorre le discours anti-séparatiste des anarcho-fédéraleux et des libertariens fédéraleux, qui sont des complices de l’État Cacanadian et de l’expansion de l’État Culbécois. »

    Pourriez-vous élaborer sur la deuxième partie de votre phrase « l’expansion de l’état québecois »?

    À ce que je sache plus l’état canadien prend de place, plus le provincial s’efface….sauf au Québec bien sûr pour les raisons qu’on connait…afin d’avoir le beurre et l’argent du beurre et ainsi ménager le chou et la chèvre.

    1. « À ce que je sache plus l’état canadien prend de place, plus le provincial s’efface….sauf au Québec bien sûr pour les raisons qu’on connait…afin d’avoir le beurre et l’argent du beurre et ainsi ménager le chou et la chèvre.  »

      Tu as bien répondu à ta propre question.

      Mais attention, même pour l’État Albertain, le pouvoir des États Cacanadian et Albertain au total devient plus gros avec la centralisation fédéraleuse.

      1. L’Alberta serait bien plus riche et bien plus prospère actuellement sans le fédéral (ce qui reste tout de même encore à prouver pour le Québec bien que l’argument soit débattable). C’est pour cela que cela demeure le principal allié du projet séparatiste québecois à mon humble avis. Les nationalistes nombrilistes diront le contraire préférant prêcher un séparatisme qui regarde vers l’intérieur au lieu de vers l’extérieur afin de bâtir des ponts avec des alliés potentiels.

        1. Je crois que le Québec deviendrait plus prospère mais que l’État Culbécois devra mordre la poussière avant.

          Pour le reste, on s’entend sur les nationaleux nombrilistes.

  4. « J’abhorre le discours anti-scientifique des anarchistes de gauche et le discours anti-artistique des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes.

    J’abhorre la complaisance syndicaleuse des anarchistes de gauche et la répression anti-syndicale primaire des anarchistes de droite et des libertariens minarchistes. »

    Les libertariens peuvent être qualifié de volontariste. Donc, ils ne sont pas anti-art. Ils sont anti-art étatique ou subventionné. Pareil pour les syndicast. Suprimont toute les lois pro syndicales et les libertariens n’ont rien contre.

    « J’abhorre le discours anti-séparatiste des anarcho-fédéraleux et des libertariens fédéraleux, qui sont des complices de l’État Cacanadian et de l’expansion de l’État Culbécois. »

    Que veux-tu, on ne peut pas faire confience à aucun parti au Québec pour la défence de la liberté. Au Canada non plus, mais j’ai particulièrement peur du PQ.

    Dans mon cas, je ne suis pas fédéraliste ni nationaliste Québécois. Je me fou de quel étatiste domine, qu’il soit japonais ou américain. Tant qu’il me cause le moin de problème possible. Malheureusement, on ne peut pas faire confience au politiciens Québécois la dessu alors je ne suis pas séparatiste. Je ne peux pas parler pour les autres

    1. « Les libertariens peuvent être qualifié de volontariste. Donc, ils ne sont pas anti-art. »

      Alors, tant mieux si ça ne s’applique pas à vous-même! Mais à lire les forums et les blogues libertariens et anarcho-capitalistes, les « artissses » en mangent toute une. Curieusement, le financement de la recherche scientifique n’a pas le même traitement méprisant de leur part…

      « Ils sont anti-art étatique ou subventionné. »

      En effet, et je n’ai aucun problème sur ce point précis. Mais de là à faire un plat en appuyant aveuglément les coupures CONservatrices en culture, quand on sait que l’argent est détourné dans des fonctions étatistes encore plus liberticides et inutiles, il ne faut pas exagérer!

      « Pareil pour les syndicats. Suprimons toute les lois pro syndicales et les libertariens n’ont rien contre. »

      D’accord! Encore une fois, tant mieux si ça ne s’applique pas à vous-même! Mais quand je regarde les réactions stupides à la syndicalisation de Starbucks par les IWW (qui n’ont rien à voir avec la mafia syndicale culbécoise) à Québec et contre la syndicalisation de Wal-Marde, je trouve qu’ils exagèrent!

      Je dirais par contre que la position des anarchistes de gauche est encore plus confuse que celle des libertariens sur la question du syndicalisme.

      « Au Canada non plus, mais j’ai particulièrement peur du PQ. »

      Pourquoi le PCul plus que les autres? Expliquez!

      « Malheureusement, on ne peut pas faire confiance au politiciens Québécois la dessus alors je ne suis pas séparatiste. »

      Et je n’ai pas confiance aux politiciens tout court, alors ça n’invalide pas la séparation du Québec.

      1. Le PQ est nationaliste. Il veut se séparer du Canada pour obtenir le droi d’établir une société encore plus étatique. Je crois également que leur nationaliste aveugle est incompatible avec la liberté. Leur nationaliste est basé sur la défense du français contre l’anglais. Pour ce nationalisme de langue, ils sont prêts à établir des lois répressives. Le PQ est à l’origine de la formule rand qui est liberticide. Il y a aussi eu les fusions forcées. Le PLQ lui, est une girouette. Il n’a pas d’idéologie. Il donne les bonbons que le peuple demande et s’il a besoin d’augmenter les impôts, il le fait, car être populiste ça se paye. Le jour où le Québec sera libéral, le parti libéral sera libéral, mais le PQ toujours nationaliste. Dans un Québec souverain, la constitution en serait une d’une économie hyper réglementé et étatique. Les alliers naturels du PQ, les syndicats sauteraient sur l’occasion pour établir leurs touches à la réglementation du travail. Ceux-ci sont pour la séparation à condition que ça donne un Québec plus solidaire, donc réglementé. La phobie de l’Anglais que possède le PQ laisse aussi croire à une certaine forme de discrimination en vers les anglophones de la part du PQ. Cependant, après réflexion, je crois que le seul vrai avantage du PLQ sur le PQ est que c’est une girouette. Le PLQ étant répressif. Au Canada, je crois que le parti conservateur est le moin liberticide après le parti libertarien. Le parti libéral a diminué la taille de l’état dans les années 90. Cependant, Ignatieff me donne l’impression d’être un fou de l’écologie, ce qui serait nuisible à l’économie. En plus, il est centralisateur, ce qui n’est pas bon, car tout gain en pouvoir de n’importe quel palier de gouvernement est à redouter. Le NPD ne sera jamais élu. Je trouve indigeste le nationaliste qu’il provienne de n’importe ou. De ce côté, je suis émotionnellement porté à trouver le PQ indigeste. Ce parti étant fondé sur le nationaliste. Le nationaliste canadien me donne mal au coeur. Je crois que le nationaliste étant une forme d’étatisme, je suis instinctivement porté à ce qu’il me donne la nosé.

        1. Maintenant que je sais pourquoi vous détestez le PCul, dites-moi en quoi ça invalide le projet séparatiste.

          1. Ça ne l’invalide pas excepté que si le Québec se sépare, le PQ aura les plein pouvoir pas juste celui d’un palier.

            1. Le PCUL n’aura pas le pouvoir très longtemps et la coalition nationaleuse multi-idéologique s’effritera, ayant perdu toute légitimité.

              De toute façon, j’ai moins peur de ça qu’un tandem Ignatieff-Charest majoritaires.

      2. « Curieusement, le financement de la recherche scientifique n’a pas le même traitement méprisant de leur part… »

        Là vous jouez fort mon cher. Je suis pour le privé en recherche mais disons qu’entre subventionner une gang de potteux qui vont chanter (je caricature bien entendu) et un remède pour le sida, il me semble que dans le deuxième cas, j’appelle cela de l’argent un tantinet mieux investi.

        J’aimais mieux votre exemple sur les athlètes olympiques drogués. On était alors plus en mesure de comparer des pommes avec des pommes car dans les deux cas, la culture artistique et la culture physique, c’est non-essentiel à nos vies à la base (je sais que la « nécessité » est un prétexte pour étatiser mais quand même, si on parle étatiser pour étatiser puisqu’on semble être forcé de jouer dans ce paradigme).

        1. « Je suis pour le privé en recherche mais disons qu’entre subventionner une gang de potteux qui vont chanter (je caricature bien entendu) et un remède pour le sida, il me semble que dans le deuxième cas, j’appelle cela de l’argent un tantinet mieux investi. »

          Oui en effet! Mais j’aime mieux la recherche sur les vraies épidémies que sur des réactions hystériques.

          « J’aimais mieux votre exemple sur les athlètes olympiques drogués. »

          À la limite, même moi je l’aime mieux!

  5. Salut David.

    Anarcho-centriste!

    Étrange…..un peu une tentative populiste je dirais, ça n’attire personne mais ça ne choque personne…

    J’en dirait que plus grosse neutralité politique n’a jamais été aussi bien définie. J’ai l’impression qu’un si gros neutre, ça n’ira pas très loin….et puis c’est assez paradoxale centriste et anarchiste….

    Comme toi je n’aime pas ce courant « libre t’à rien ».

    Et puis définir une idéologie par une liste de choses qu’on abhorre…

    J’abhorre à peu près les mêmes choses que toi, mais mes idéaux politiques peuvent différer pas mal des tiens….

    1. Bienvenue ici, Koval! 🙂

      « Étrange…..un peu une tentative populiste je dirais, ça n’attire personne mais ça ne choque personne… »

      Si j’étais un populiste, je serais un centre-droitiste étatiste membre du Parti Soi-Disant Libéral du Culbec. Mais bon, si des étatistes veulent me lire, tant mieux!

      « J’en dirait que plus grosse neutralité politique n’a jamais été aussi bien définie. »

      Merci, mais c’est difficile de trouver moins neutre que ça en fait.

      « J’ai l’impression qu’un si gros neutre, ça n’ira pas très loin….et puis c’est assez paradoxale centriste et anarchiste… »

      Bof, tant qu’à être seul sur ma planète aussi bien se marrer!

      « Comme toi je n’aime pas ce courant “libre t’à rien”. »

      Bah, y a pire, i.e. les drouatistes étatistes!

      « Et puis définir une idéologie par une liste de choses qu’on abhorre… »

      Attention, ça fait plus d’un an que j’ai créé ce blogue, alors il y a bien d’autres choses qui me caractérisent. Et je respecte la grande majorité des idées des anarchistes et même des libertariens!

      « J’abhorre à peu près les mêmes choses que toi, mais mes idéaux politiques peuvent différer pas mal des tiens…. »

      Ça explique en partie pourquoi les étatistes ne s’intéressent pas à l’anarchisme, les positions extrémistes sont trop confuses!

      1. David

        Tous ces courants alternatifs politiques sont très présents sur le Web mais très absents dans la réalité. En fait, j’ai appris que ces mouvements existaient au Québec grâce aux blogues….

        Mouvement existants, faut le dire vite, les représentants politiques de ces mouvements sont invisibles dans la société….

        Ce n’est pas que ce n’est pas intéressant, ça me permet de situer assez vite les discours sur certains blogues….

        Moi truc à moi c’est QS,en passant, rien d’original mais c’est pas mal en conformité avec mes croyances et valeurs.

        Il y a beaucoup de ramifications chez les anarchistes, pas facile de s’y retrouver. Exemple, je vois très mal la différence entre un libertarien et un anarchiste-capitaliste…

        Il me semble que Baillargeon en fait une bonne description dans ce document pour ceux que ça interesse, le chapitre « précisions sur l’anarchisme » démêle un peu tout cela dans le contexte québécois pour les novices.

        Il ne voit pas comme toi des contradiction entre étatistes et anarchistes.

        http://classiques.uqac.ca/contemporains/baillargeon_normand/chiens_ont_soif/chiens_ont_soif.html

        1. « je vois très mal la différence entre un libertarien et un anarchiste-capitaliste… »

          En fait, l’anarcho-capitalisme est la version la plus extrême du libertarianisme, sans aucun État et avec le droit de propriété.

          La plupart des libertariens sont dits « minarchistes », ils sont en faveur d’un État n’accomplissant que des fonctions régaliennes.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9galien

          « Il ne voit pas comme toi des contradiction entre étatistes et anarchistes. »

          Dans quel sens?

          1. On peut être anarchiste et étatiste, les étatistes peuvent s’intéresser à l’anarchisme.

            1. En effet, la grande majorité de mes lecteurs sont des étatistes!

              1. En fait, je dois être moi-même un étatiste qui s’ignore ou du moins un étatiste de circonstance (je suis étatiste quand cela semble faire mon affaire, ie, rarement sauf quand il s’agit de mon pain et mon beurre et de ma subsistance primaire que je crois avoir mérité).

                En fait, je suis un étatiste joliment verni de libertarisme comme dirait l’autre ;).

  6. libre t’à rien qui appartien a ton prochain sans son consentement. Ça me va je ne me suis jamais défini comme un voleur. Les voleurs ne sont pas de bonnes personnes en passant. Avoir ce qui appartient à son prochain peut paraître séduisant à première vue. Cependant, qu’est qui se passe quand c’est le prochain qui est en position de pouvoir et donc qui peut voler tous tes biens et te dire quoi faire comme à un animal domestique bien dressé. Vive la liberté individuelle. J’abhorre le collectivisme involontaire qui nie l’individu en tant qu’individu et qui lui retire son caractère unique. Nous ne sommes pas des fourmis.

    1. Cependant, la liberté individuelle ne vaut pas grand chose si les autres ne sont pas libres.

      1. En effet, tous doivent être individuellement libre. La clef du libertarianisme se résume ainsi : la liberté des uns se termine là ou commence celle des autres.

        1. « La clef du libertarianisme se résume ainsi : la liberté des uns se termine là ou commence celle des autres. »

          Ce ne sont pas tous les libertariens et tous les anarchistes de droite qui pensent ainsi, bien au contraire!

  7. VOILÀ! BRAVO! BRAVO! J’applaudis cette nouvelle entrée.

    À bas les fédéraleux! À bas les Anarchistes Augustiniens!

  8. Finalement tu ne fais pas de discrimination. Tu abhorre tout le monde également. 😀

    1. Attention, j’abhorre toujours encore plus les étatistes, quand même! Mais sans cacher ma plus grande sympathie pour les anarchistes de gauche, surtout les individualistes, tu as bien raison concernant ce billet.

      En fait, ce billet peut être considéré comme une réponse à un billet d’Anne Archet faisant la critique du libertarianisme. Je trouvais que son genre de critique s’appliquait aussi aux anarchistes de gauche. Donc, j’étais encore plus en maudit envers les anarchistes de gauche quand je l’ai écrit, mais c’est temporaire! 😉

      http://annearchet.wordpress.com/2009/07/31/des-conservateurs-joliment-vernis/

  9. « En effet, selon la logique des bien-pensants, il est urgent de clôturer les baignoires. On pourra charger de lourdes amendes aux contrevenants et ainsi financer la fonction publique qui est largement sous-financée. Il serait aussi avantageux d’augmenter les impôts à 90% pour les riches comme Roosevelt l’a fait dans les années 30. Pour les moin riche 70% suffirait. »

    En effet, tous doivent être individuellement libre. La clef du libertarianisme se résume ainsi : la liberté des uns se termine là ou commence celle des autres.

    1. Pourrais-tu effacer ça c’est une erreur de ma part.

      1. libertarian est un pseudo que je me donnes quelques-fois sur les blogs englophones. Aux USA, les libertarians sont des libéraux qu’ils soient mininarchiste, anarcho-capitalistes ou autres.

        1. En fait, je suis même un « Left Libertarian », selon les standards blogosphériques américains.

      2. Pas grave, on s’en fout.

  10. @Tym Machine

    Bof, tu es nettement moins étatiste que la moyenne de mes lecteurs! 🙂

%d blogueurs aiment cette page :