À propos de l’anonymat…

Je réagis un peu tard, certes, mais j’ai apprécié ce moyen habile utilisé par Le Mouton Marron pour ne plus être anonyme! J’ai bien aimé son anecdote exposant le mensonge de certains journaleux, mais j’ai surtout adoré ce passage illustrant le caractère liberticide du système capitaliste tel qu’on le connaît présentement:

Mais comme tout être humain, il m’arrive d’avoir faim. Et comme je travaille surtout par contrats non-renouvelables, des boss, je dois en rencontrer beaucoup pour avoir de quoi m’acheter des macaronis.

Or, les patrons googuelisent maintenant tout le monde pour les « connaître » avant de les passer en entrevue. Mettez-vous à la place d’un patron ou d’une patronne étudiant mon cas. « Tiens, ce candidat diplômé, distingué et expérimenté tient aussi un petit blogue. Allons voir… … …? …! COMMENT ÇA, IL FERAIT TOUT POUR DE L’ARGENT SAUF TRAVAILLER? VOYONS DONC! LUCIEN BOUCHARD A DIT QU’IL FALLAIT AIMER LE TRAVAIL! QUOI? EN PLUS IL PISSE SUR LE SENS DU DEVOIR? MAIS QUE CETTE PERSONNE EST DONC MÉPRISABLE ET PARESSEUSE!« 

Ça ressemble beaucoup à ce que j’en pense! En fait, une des raisons (mais pas la principale: une amie m’a convaincu avec des arguments solides) qui m’a incité a sortir de mon anonymat est que mon nom était brûlé dans le marché du travail de toute façon avant même la création de ce blogue, ce qui fait en sorte que je n’ai rien à perdre à agir ainsi. Et à ce que je sache, ils ne sont pas anonymes au Québécois Libre!

En terminant, je remercie Cécile Gladel pour cette plogue. Et ce n’est pas une première dans son cas, malgré que je l’ai déjà critiquée auparavant! 🙂

Publicités

35 Réponses

  1. Pire que les blogues, ce sont les petites videos marrantes que tu fous sur le Net et qui se retrouve chez ton patron (ou futur patron) parce qu’un malfaisant veut te nuir. Un vrai danger. C’est bien pour cela que j’en ai fait une, des fois que ma patronne tomberait dessus.

    1. Sans oublier que le patronnat règle général conspue la souveraineté. Pensons à Bombardier par exemple, défendu par le Bloc et vivant à cause des subventions fédérales.

      Par contre, il y a Desjardins et les syndicats très pro-souveraineté, quand même des bonnes nouvelles après tout. Il ne manque plus qu’un gouvernemaman péquiste.

      1. En effet, Desjardins est une exception.

        « Pensons à Bombardier par exemple, défendu par le Bloc et vivant à cause des subventions fédérales. »

        Une autre grande contradiction du Bloc, bleah! 😦

    2. hahaha! En effet, les vidéos sont plus dangereux!

  2. David: j’ai jamais compris pourquoi ton nom était brûlé avant. Tu as fait des conneries dans un secteur d’emploi très restreint et dans lequel tout le monde se connaît?

    Les gens de QL ont pas le même problème, ils représentent un courant bien plus « mainstream », et leurs opinions (comme sans doute leur CV) sont à mon sens bien plus conformes à ce que le marché de l’emploi attend d’eux.

    Martin Masse était par exemple, il y a quelques années, militant (conseiller?) pour le Reform Party. Il a publié chez VLB et a obtenu des bourses. Je pense qu’à cause de ça les patron-ne-s l’aiment bien. À la limite, peut-être que son passé le désavantagerait s’il voulait travailler dans un centre communautaire.

    1. Le passé de Martin Matte le condamne à travailler pour l’entreprise privée ou les politiciens pro-entreprise privée.

      JAMAIS il ne serait toléré au gouvernement comme fonctionnaire ou dans les boites menés par les syndicats.

      1. Hahaha! J’en doute. Je pense que Masse (et pas Matte, tu as fait une petite erreur rigolote) pourrait facilement devenir fonctionnaire s’il le voulait. Je suis même certain que plusieurs personnes du PCC ou du PLQ pourraient l’aider à trouver un poste s’il décidait de leur faire un peu les yeux doux. Masse n’est condamné par rien, sauf par son propre orgueil. Il est du côté des puissants. Et de toute façon, être « limité-e » au secteur privé (surtout quand on est assez renommé-e pour avoir un poste dans la gestion ou les ressources humaines), c’est pas vraiment être limité-e. Or, un-e anarchiste libertaire parfaitement cohérent-e qui s’afficherait jusque dans son C.V. (ce n’est pas toujours mon cas, et surtout pas celui de Normand B.) aurait de la misère à se trouver un emploi ET dans le secteur privé, ET dans le secteur public.

        1. « Or, un-e anarchiste libertaire parfaitement cohérent-e qui s’afficherait jusque dans son C.V. (ce n’est pas toujours mon cas, et surtout pas celui de Normand B.) aurait de la misère à se trouver un emploi ET dans le secteur privé, ET dans le secteur public. »

          Je n’irai pas jusque là de mon côté!

      2. Martin Masse a travaillé comme conseiller de Maxime Bernier quand il est Sinistre de L’Industrie (où il n’a pas fait un si mauvais boulot)…faut dire que celui-ci est un minarchiste par conviction…mais il a dû « oublier » sa conviction quand il était le Sinistre des Jos Louis!

    2. « Tu as fait des conneries dans un secteur d’emploi très restreint et dans lequel tout le monde se connaît? »

      Selon les standards académiques universitaires, oui!

      1. @David,

        Off the record, je vous dirais que moi aussi j’ai été assez malmené au niveau de ces pseudo-standards académiques universitaires.

        On ne me le dira jamais en pleine face tout se faisant en hypocrite cachotier dans ce système étatiste mais moi aussi je suis pas mal brûlé partout (sauf peut-être dans l’enseignement ou il reste peut-être 2-3 portes d’entre-ouvertes mais ça ne saurait tarder).

        Leurs so-called standards académiques se résument à dire que quand tu ne liches pas l’establishment en place, tu te fais barrer assez vite merci et peu importe d’où vient cet establishment de péteuterie et de parvenus opportunistes carriéristes, qu’elle soit syndicaleuse ou venant des différents lobbies ou groupes de pression qui conspirent et manigancent en coulisses et en arrière-scène.

        1. Si seulement il me restait ne serait-ce qu’une porte de sortie dans l’ensignement…

          « Leurs so-called standards académiques se résument à dire que quand tu ne liches pas l’establishment en place, tu te fais barrer assez vite merci et peu importe d’où vient cet establishment de péteuterie et de parvenus opportunistes carriéristes, qu’elle soit syndicaleuse ou venant des différents lobbies ou groupes de pression qui conspirent et manigancent en coulisses et en arrière-scène. »

          Et ce, même si ce sont eux qui sont malhonnêtes!

          1. Ça ils le savent trop bien mais ils essaient tout de même de se convaincre du contraire et du bien fondé de leur démarche, gros chèque de corruption à l’appui.

            Parce que comme disait George Costanza dans Seinfeld: « It’s not a lie if you believe it. »

            Donc, si on met assez d’énergie pour s’auto-convaincre du bien fondé de notre démarche, on peut finir par s’auto faire croire qu’on est sur la bonne voie alors qu’on est rien d’autre qu’un magouilleur de bas étages.

            1. Dans mon cas, il n’y a même pas eu besoin d’un chèque!

  3. Félicitations pour ton courage.

    Le jour où je déciderai de me lancer en politique active et d’en faire une carrière à la vie à la mort, je sortirai pour toujours de l’anonymat et j’assumerai entièrement tout ce qui a été dit sur mon blogue et ailleurs.

    Il se peut par contre que ça ne se produise jamais so je veux juste pas trop nuire à ma carrière, je le fais assez bien moi-même sans toute ces opinions qui seraient contradictoire au mode de pensée actuel de la société.

    De toute façon, mon nick, c’est un running gag mais à date les gens respectent très bien ce fait et comprennent la grande utilité de l’anonymat sur le web comme ailleurs.

    1. Merci! 🙂 Mais je comprends ton point!

  4. En théorie, les personnes doivent être évalués selon leurs compétences et leur expérience et non pas leurs allégeances politiques.

    Dans la réalité, c’est parfois tout autre.

    1. Dans tous les systèmes étatistes, c’est comme ça! 😦

  5. Vous avez rien qu’à vous présenter comme candidat indépendant.

    Votre seul est vous même.

    Pour Mouton Marron

    masse serait facilement un fonctionnaire. il est assez tordu pour ça. il dirait à ses lecteurs que c’est pour avancer la cause bla bla bala . À vrai dire il a déjà conseilé du guignol à Maxime Bernier.

  6. Salut David

    Tu as raison

    Toute personne ayant des des opinions sur des sujets épineux devrait utiliser l’anonymat.

    Y’a plus de gens qui utilisent internet et oublions pas le disons: les paroles s’envolent mais les écrits restent.

    1. Mais je n’ai tellement rien à perdre que je m’identifie maintenant.

      1. Si vous devenez candidat indépendant de parti et que vous vous affichez comme tel sur la place publique, vous auriez mon vote si j’étais dans votre côté et cela sans regard sur vos allégeances politiques.

        Vous auriez ma parole là-dessus, je vous en passe un papier.

        1. Merci 🙂 mais la seule façon que ça pourrait fonctionner pour moi en politique, c’est que je devienne un député d’arrière-banc péquiste, sans obligation de ligne de parti, à la Ron Paul.

          Et encore là, il y a d’autres choses plus utiles à faire en dehors de la politique.

          1. Ou comme André Arthur avec le parti CONservateur, il vote quasiment toujours avec eux. Sauf peut-être dans la question du bilinguisme des juges de la cour Suprême ce qui à son avis (et au mien) devrait être un no-brainer pour des gens qui croient au bilinguisme du Canada.

            1. Je ne suis pas connu et je n’ai pas René Arthur comme père, alors je ne peux pas faire comme André Arthur et me présenter comme indépendant.

              « Sauf peut-être dans la question du bilinguisme des juges de la cour Suprême ce qui à son avis (et au mien) devrait être un no-brainer pour des gens qui croient au bilinguisme du Canada. »

              Normalement oui, mais tant qu’à moi, les juges peuvent être tous anglophones, le problème n’est pas là!

          2. J’ai connu pas mal de monde qui se sont lancés en politique et qui étaient très compétents, entre autres au PQ. Ils n’ont jamais pu se présenter aux élections. La direction choisit les candidats de manière très stratégique; il faut soit être (assez) vieux, soit être une star. Tu peux donner ta fidélité pour le parti, trahir tout le monde et mentir pour lui, et après, il te jette comme une vieille guenille. Tu peux monter plus rapidement en écrasant les autres, pis en les noyant. C’est un milieu très ingrat. Je ne suis pas resté assez longtemps là-dedans pour souffrir vraiment, mais maudit que j’aurais pu.

            Je ne doute pas une seconde du fait que ce soit encore pire dans les autres partis, sauf peut-être QS, qui a encore de la misère à présenter des candidat-e-s dans tous les comtés.

            1. Voilà pourquoi je n’ai à foutre dans un parti politique.

  7. @Gohyo,

    Pour cela, j’aime toujours citer un de mes bands préféré de l’adolescence, Suicidal Tendencies qui disait dans la chanson « Revolution » la chose suivante:

    « You can put a bullet in my head but you can’t kill a word I’ve said. »

    Heureux les gens lettrés qui contribuent à ces morceaux d’histoire (sans rien enlever aux illettrés par contre, certains sont bien plus vaillants que les plus gros cerveaux de ce monde).

  8. Hey David, comment as-tu fait pour savoir que tu étais «brulé du marché du travail» ?

    Merci !

    Arwen

  9. Je sais que David est très cohérent et je veux pas qu’il finisse comme la nain obèse mégalomane nommé Jean-François Plante. Vous savez le phoney qui se fait vivre par sa conjointe et qui anime de son ordi.

    David, fais-toi en aps, tu est pas un lâche. Tout le monde sais que d’innombrables grands auteurs ont écrits sous des faux noms alors je vois aps pourquoi tu devrais t’en empêcher car après tout il faut tous se payer le macaroni et la sauce tomate qui va avec.

    1. « qu’il finisse comme la nain obèse mégalomane nommé Jean-François Plante. »

      En tout cas, je ne me présenterai pas pour l’ADQ.

      « Vous savez le phoney qui se fait vivre par sa conjointe »

      Ah oui? D’où ça vient? Si c’est vrai, sa balloune masculiniste va lui péter au visage!

      J’ai décidé de prendre une chance puisque je n’ai presque rien à perdre.

  10. « En tout cas, je ne me présenterai pas pour l’ADQ. »

    Curieusement moi-non plus, je suis pas mal barré dans l’establishment du « parti libéral junior fana des conservato-libéralo-socialistes de garde-robe à la Harper » venu travestir les fondements du parti et du rapport Allaire et venus trahir ouvertement 1995 et cela dans le but de faire carrière et faire du millage dans un parti où tous ou presque rêvent de dégoter un poste de ministre chez les conservateurs un jour.

    Je commence à flairer la conspiration pour kicker Dumont hors du parti pour venir changer le nom ADQ pour parti conservateur du Québec (petit problème avec l’accronyme qui serait le même que celui du parti communiste du Québec).

    1. L’ADCul s’enterre dans ses contradictions…

  11. Je commente ici parce qu’à la bonne place, il reste tellement peu de place que c’est rendu complètement illisible à lire sur le blogue comme tel. On est rendu au stade qu’on ne peut même pas aligner une lettre par rangée…

    Tout ce que je voulais dire c’est qu’André Arthur a un fils qui s’appelle René mais j’ignorais que son père s’appelait également René.

    Je trouve ça personnellement assez nia nia appeler ton fils le nom de ton père mais peut-être pas autant que d’appeler son fils junior, ça, ça fait égo-maniaque pas à peu près.

%d blogueurs aiment cette page :