Réponses aux questions d’un fédéraleux mou

Dans son blogue, un certain AleK47, qui se décrit comme un fédéraleux mou, pose 10 questions aux séparatistes. Alors, en tant que séparatiste, ce billet présentera mes réponses.

Mais avant de répondre, j’y vais de ce commentaire: la beauté du projet séparatiste réside justement dans son incertitude face à ce qui se passera après sa réalisation, contrairement à l’immuable statu quo fédéraleux étatiste actuel. Par conséquent, mes réponses risquent d’être très redondantes. Ne pas confondre les niaiseries nationaleuses étatistes du PCUL avec ce qui se passera réellement après la séparation. De plus, j’invite les fédéraleux mous qui souhaitent la réduction de la taille de l’État à lire mon plaidoyer anarchiste en faveur de la séparation du Québec.

1. Quel système politique prônerons nous? Présidentiel, parlementaire, monarchie etc. et pourquoi?

On ne le sait pas, car nous le saurons lors des gouvernements subséquents après la séparation. Mais le PCUL a l’intention de continuer avec la médiocrassie parlementaire pseudo-représentative actuel. De plus, ce sera la fin de l’influence de la monarchie britannique, ainsi que la fin du Sénat et du lieutenant-gouverneur.

2. Le Québec indépendant sera-t-il unitaire ou une fédération?

On ne le sait pas, car nous le saurons lors des gouvernements subséquents après la séparation. Malheureusement, le PCUL prône un État unitaire encore plus centralisé que le Cacanada! 😦 Le PCUL devra abolir cette connerie de son programme, sinon la séparation du Culbec ne se fera jamais.

3. Quelle serait la politique en matière monétaire?

On ne le sait pas, car nous le saurons lors des gouvernements subséquents après la séparation. Mais plusieurs hypothèses ont été formulées à cet effet: monnaie Culbécoise avec taux de change flottant et masse monétaire variable (avec taux de change initial selon le dollar américain ou canadian), union monétaire avec le Cacanada, union monétaire avec les États-Unis. Personnellement, je souhaiterais soit une monnaie avec contrepartie métallique, soit une monnaie à masse monétaire fixe, avec un taux de change initial selon le dollar américain. La beauté est que le choix serait possible!

4. Quelle serait la politique en matière de défense et face à l’OTAN?

On ne le sait pas, car nous le saurons lors des gouvernements subséquents après la séparation. Mais grâce à la mentalité fortement anti-militariste des Québécois, il y a de bonnes chances que le Québec cesse sa participation à la coalition terroriste occidentale.

5. Quelle serait la politique face à l’ALENA?

On ne le sait pas, car nous le saurons lors des gouvernements subséquents après la séparation. Par contre, le Québec a tout intérêt à déréglementer davantage ses échanges. Rappelez-vous que ce sont des séparatistes qui ont été les plus ardents défenseurs du soi-disant libre-échange.

6. Comment le Québec pourra tirer son épingle du jeu sur la scène internationale, quel sera son poids diplomatique?

D’un point de vue étatiste, son poids diplomatique sera certainement plus fort que la quasi-nullité actuelle. Mais en tant qu’anarchiste, je m’en crisse!

7. Quelle est la certitude que le Québec indépendant conservera la pérennité de notre culture et du modèle Québécois?

Le français sera la langue officielle du Québec et il ne sera plus nécessaire d’avoir une loi liberticide comme la loi 101 pour « protéger » le français au Québec. De plus, l’État canadian n’interviendra plus dans la culture québécoise, ce qui va assurer encore plus l’épanouissement de la culture québécoise à long terme! Par contre, le modèle Culbécois d’État-nounou sera en danger avec la séparation du Québec, ce qui est une très bonne chose.

8. Est-ce que le Québec indépendant restera dans le Commonwealth?

Il est fort peu probable que le Québec fasse partie du Commonwealth et je ne crois pas que le Québec séparé serait intéressé à faire partie d’une institution coloniale britannique. De ne pas faire partie de cette inutilité bourreaucratique étatiste qu’est le Commonwealth est un argument en faveur de la séparation du Québec.

9. Comment voyez-vous nos relations avec nos futurs plus importants voisins, le Canada et les États-Unis?

Les relations seront meilleures avec les États-Unis qu’avec le Rest Of Canada (ROC). Les États-Unis seront trop heureux d’avoir un voisin canadian affaibli pour que ça soit autrement. De plus, le ROC et le Québec ont tout intérêt à entretenir de bonnes relations commerciales. Mais en tant qu’anarchiste, je m’en crisse.

10. Est-ce que le Québec peut en ce moment ouvrir la voie vers une indépendance en douceur ou, est-ce que seule la souveraineté peut permettre tous les changements nécessaires?

Politiquement, seule la séparation du Québec peut permettre les changements nécessaires. Par contre, de sérieux changements de mentalité seront nécessaires pour réaliser la séparation du Québec. Il faudra cesser d’entretenir le culte de l’État Tout Puissant et adopter une attitude volontaire plus saine, rejetant progressivement et de plus en plus la violence étatique pour régler les problèmes. De plus, il est fort possible de changer des choses en dehors de la politique en restant dans le Cacanada, mais c’est plus difficile.

J’espère que les fédéraleux mous qui liront ce billet se laisseront convaincre un jour mais je ne me berce pas d’illusions si on n’adopte pas une mentalité moins étatiste…

Publicités

91 Réponses

  1. Super, je signe ce chèque en blanc les yeux fermés.

    Plus sérieusement, je doute qu’on puisse se retirer aussi aisément des traités militaires déjà établis qui sont souvent beaucoup plus fort que le politique et ont peu à voir ici avec la démocratie comparé à la valeur des contrats signés. Regarde, même Obama qui a promis mer et monde en ce sens avec beaucoup de pouvoir se voit coincé et ne peut qu’avouer actuellement son impuissance.

    Bien sûr le Bloc joue la carte anti-militaire à fond à des fins électoralistes. Je doute qu’il feraient mieux qu’Obama s’ils prennaient les rennes du Québec dans un Québec indépendant, les fleurs dans les canons, c’est bon pour les votes, une fois les votes dans la poche, les traités militaires prévalent et ça Gilles Duceppe le sait mieux que quiconque et s’il dit le contraire, c’est qu’il nous prend vraiment, encore une fois, pour des ignorants.

    1. Signer un chèque en blanc, on le fait à chaque élection de toute manière, les programmes des partis étant un paquet de conneries mensongères.

      1. Voilà! Alors pourquoi ça prendrait un plan pour la séparation? On verra après!

    2. Barack « Uncle Tom » Osama est un pro-terroriste occidental un tantinet moins pire que Bush. Je ne vois pas en quoi il serait un pacifiste.

  2. « J’espère que les fédéraleux mous qui liront ce billet se laisseront convaincre un jour mais je ne me berce pas d’illusions si on n’adopte pas une mentalité moins étatiste… »

    Un conseil d’ami, tu devrais éviter d’utiliser le quolibet Cacanada à connotation scatologique. Au mieux, c’est enfantin et ça ne fait rire que les attardés et au pire, ça alliène des prospects potentiels « fédéraleux mous » qui serait peut-être sensible à un tel discours à adopter une attitude plus « séparatiste ».

    1. Faut dire que je ne me gêne pas pour utiliser le terme « Culbec » et que je ne suis pas un politicien en campagne électorale.

      Et les fédéraleux ne se gênent pas d’utiliser le terme « séparatiste » pour faire peur au monde.

  3. «Plus sérieusement, je doute qu’on puisse se retirer aussi aisément des traités militaires déjà établis»

    J’en ai pt manqué un bout, mais les États-Unis doivent tjs se retirer d’Irak progressivement et la mission canadienne en Afghanistan doit prendre fin en 2011. Il ne faudrait pas minimiser la volonté politique des dirigeants.

    Pour ce qui est de cette guerre de chiffons, je m’en crisse!

    1. « J’en ai pt manqué un bout, mais les États-Unis doivent tjs se retirer d’Irak progressivement et la mission canadienne en Afghanistan doit prendre fin en 2011. Il ne faudrait pas minimiser la volonté politique des dirigeants. »

      C’est vrai mais je veux le voir avant de le croire…

      En quoi rester dans le Cacanada serait profitable pour les anarchistes?

  4. C’est vraiment bien que tu aies répondu à ce blogueur, est-ce que tu as vu le lien vers son billet sur mon blogue?

  5. Cher Anarcho-Pragmatiste

    En tant que fédéraleux mou, je dois dire que ton argumentation ne m’a pas vraiment convaincu. Peut-être que tu t’en crisse trop ou bien que tu mets trop d’amphases sur des futurs états-généraux post référendaire. Dans mon cas, c’est LE point qui m’empêche de variment adhérer au mouvement. J’ai besoin d’un plan, j’ai besoin d’une vision. Je ne crois pas en l’État spontanné.

    Alek

    PS C’est drôle de voir un anarchiste prôner la création d’un État

    1. Il semble que vous n’avez pas lu tout mon billet. De plus, le PCUL et Québec Solidaire ont des plans (en fait, ils ont trop de plans) concernant la séparation du Québec.

      Allez lire mon plaidoyer en faveur de la séparation du Québec et vous comprendrez un peu mon point.

      Ce ne sont pas des étatistes comme vous que je cherche à convaincre, mais ceux qui souhaitent la réduction de la taille de l’État. Je laisse aux séparatistes étatistes le soin de vous convaincre avec leurs plans étatistes stupides.

      Plusieurs séparatistes prônant la réduction de la taille de l’État ont quitté le navire péquiste pour joindre l’ADQ et beaucoup d’entre eux ne votent plus maintenant.

      Je ne crois pas à l’État, spontané ou pas.

      Les anarchistes ont intérêt à ce que les nations se scindent en plusieurs morceaux parce que les gouvernements locaux ressemblent plus à une anarchie. Il n’est pas question de « créer » un État culbécois quand celui-ci existe déjà dans les faits!

  6. L’etat spontané ! N’importe quoi. Comme si le lendemain d’un OUI on balancait tout par dessus le bord et qu’un etat sponatanné debarquait ! Sais-tu ce que sont les hauts fonctionnaires ? Et les fonctionnaires ? Ben ce sont les gens qui bossent tous les jours à faire marcher la machine etatique… avec ou sans politicien « au-dessus d’eux ». Quand les politiciens sont en vacances l’été, la machine marche encore non ? Et bien pendant la mise en place du nouveau systeme, en attendant, l’etat fonctionnera quand meme. C’est un nouveau systeme politique qu’on met en place, pas un nouvel etat en tant que tel.

    De toute facon, c’est bien le seul argument des federalistes : la peur ! Mon dieu qu’est-ce qu’il va se passer apres un OUI ! Mon dieu, 30 pays sont devenus souverains depuis 1990 et nous nous n’y arriverons pas. Attention ! DERRIERE TOI LE BONHOMME 7 HEURES ! GRANDIS !

    1. Quel système politique prônerons nous? Présidentiel, parlementaire, monarchie etc. et pourquoi ?
    Alors apres la liberation, il y aura une consertation de tous les mouvements politiques et les intervenants sociaux pour decider vers quelle voie nous nous dirigerons. Une constituion de base (que tu peux consulter sur le net) est mise en place, elle est modifiable et provisoire. Apres on enclenche des elections, les premieres vraies elections du pays. Alors ca sera aux partis se presentant de vendre leur soupe. Rien n’empeche un parti de defendre une monarchie qu’il essayera ensuite de faire adopter par referendum si moins de la moitié des electeurs en ont decidé ainsi. A mon avis, ca sera surement plus une republique. On a vu les limites du systeme parlementaire britannique et ses magnifiques statu quo !

    2. Le Québec indépendant sera-t-il unitaire ou une fédération ?

    Le Quebec est une unité, on pourra negocier ensuite avec les premieres nations mais c’est un autre sujet. Par contre la majorité des Quebecois aimeraient faire partie de la confederation canadienne, la vraie confederation. On le proposera au Canada, comme indiqué dans la question de 1995, et alors si le ROC accepte, c’est surement avec le plus grand plaisir que le QUebec souverain rejoindra la confederation canadienne.

    3. Quelle serait la politique en matière monétaire ?

    Au debut on garde le dollars canadien, on a vu les dangers des attaques speculatives sur les nouvelles monnaies lors de l’independance de plusieurs petits etats europeens. QUand on sera bien en place, on emettra tranquillement notre monnaie .

    4. Quelle serait la politique en matière de défense et face à l’OTAN ?

    Rejoindre l’OTAN, pourquoi pas, avec nos dix soldats et 4 jeeps, ca ne pourra pas nous faire de mal, mais je ne vois vraiment pas l’interet autre que symbolique. Personnellement, je suis pour une garde civile pour assister les missions internationnales de facon pacifique et ainsi rayonner dans le monde et montrer l’exemple. ON a vu lors des derniers conflits que le « tout militaire » ne donne pas de resultats. Il faudrait un pays neutre, accepté par tous, pour resoudre certaines crises, le canada ne peut plus jouer ce role, les conservateurs nous ont brulé cette carte de visite pacifique. En plus la garde pourrait venir aider le Quebec lors des crises environnementales.

    5. Quelle serait la politique face à l’ALENA ?

    On veut y rentrer, je vois mal comment ils pourraient refuser de faire du business avec nous, les grands patrons rappelleraient immediatement les politiques à l’ordre. Quand il y a des milliards en jeu, t’inquiete, ils s’entendent vite en haut. Au pire, le monde est grand et on est en pleine globalisation et mondialisation ! Donc pas de soucis, y aura de quoi faire pour nos 7 millions d’habitants. C’est l’avantage d’etre petit. En plus rien nous empeche de devenir un etat banquaire, une sorte de suisse de l’amerique du nord ! Nous detenons sinon deux des plus grosses richesses du futur, de l’energie « propre » et inepuisable, et une des plus grosses ressources d’eau douce au monde.

    6. Comment le Québec pourra tirer son épingle du jeu sur la scène internationale, quel sera son poids diplomatique ?

    Tirer son epingle ! Ha ha ha ! Mille fois mieux, un million de fois mieux qu’au sein du canada. Deja NOUS EXISTERONS ! Nous aurons des athletes olympiques, une equipe de hockey, d’autres dans toutes sortes de competitions internationales et pas que sportive. Enfin le monde entier verra notre drapeau flotter et seront ce que sont les quebecois. On aura un siege à l’ONU, l’UNESCO (un vrai, pas le mensonge du PCC), et si on fait partie de la confederation canadienne, on aura encore notre mot à dire au G20, G8, etc… (enfin autant que le canada a reellement d’influence aujourd’hui… donc rien). Notre poids diplomatique… est-ce reellement important ? Quand on voit le poids diplomatique de la France, membre permanent de l’ONU, on rigole. Alors le notre ! Non, on s’en fout, notre carte sera celle de la mediation et notre representation internationale ne sera pas politiquement pure, mais par les actions de notre peuple dans l’entraide, les negociations pour la paix, un joueur qui pourrait devenir incontournable sur ce terrain deserté par la plupart des pays pacifiques (on a un bon paquet de Quebecois reconnus internationalement sur ce chapitre).

    7. Quelle est la certitude que le Québec indépendant conservera la pérennité de notre culture et du modèle Québécois ?

    Aucun, mais si on perd notre culture, notre modele, notre langue, ca sera DE NOTRE FAUTE, et pas celles des autres. Ca sera NOTRE CHOIX, et pas celui des autres. C’est cela etre souverain, s’assumer et etre responsable de nos gestes. Non, on ne pourra plus chialer apres le canada ! Tu seras enfin adulte, tu pourras te regarder dans un miroir et etre fier ou non de tes actions !

    8. Est-ce que le Québec indépendant restera dans le Commonwealth ?/

    Je ne vois pas pourquoi. De toute facon c’est quoi ce truc ? Ca nous amene quoi à part l’obligation d’acheter des sous-marins rouillés hors d’etat ? RIEN ! Mais bon, rien n’empeche un parti du Quebec libre de mettre ca dans son programme si il sent une ferveur populaire en ce sens. Nous ne serons pas une dictature et tout peut changer dans un pays. Regarde, la France vient bien de rejoindre l’OTAN… meme si la majorité de ces citoyens n’apprecient pas.

    9. Comment voyez-vous nos relations avec nos futurs plus importants voisins, le Canada et les États-Unis ?

    Avec le canada, on espere qu’ils vont enfin arreter de nous hair, de nous traiter comme un sous-peuple, une sous-nation canadienne et qu’ils entendront enfin raison pour qu’on aille ensemble de l’avant comme des freres que nous aurions toujours du etre. Et ca, là grande majorité des souverainistes sont pour. Mais comme des FRERES ! Pas comme un paternel qui nous exploite et nous traite comme un gamin qui doit fermer sa gueule. Si le ROC etait plus ouvert et plus honnete, il n’y en aurait pas de separatiste ! Tu peux aller voir la discution chez Renart, j’en parle longuement.

    http://renartleveille.wordpress.com/2009/03/31/un-gouffre-representatif/#comment-12025

    Avec les etats-unis… comme maintenant, et surement mieux vu que n’aura pas les problemes du canada en plus des notres pour negocier avec eux… si nous ne faisons pas partie d’une confederation avec le canada.

    10. Est-ce que le Québec peut en ce moment ouvrir la voie vers une indépendance en douceur ou, est-ce que seule la souveraineté peut permettre tous les changements nécessaires ?

    En douceur, ca fait 60 ans qu’on essaye et que le ROC nous promet un changement, un epanouissement du Quebec en son sein. On a 60 ans d’histoire pour prouver que ca ne marche pas. Alors tu peux t’acheter des couilles et arreter de t’inquieter. Oui il y aura de la turbulence, mais tu sais, cette terrible turbulence permet aussi à de nouveau etat de remettre les choses à plat et ca lui donne une chance de mieux repartir. La turbulence, quand c’est toi qui la crée, ce n’est pas forcement negatif en tout point. Et dis toi que les 7 ans de turbulences qu’on avait prevu apres 1995 serait deja 7 ans derriere toi si les Quebecois ne s’etait pas comporté comme des laches et que de toute facon la crise que tu vis aujourd’hui est bien pire que cette turbulence… et va-t-on tous mourir ? non !
    Quand tu pars de chez tes parents, pour t’epanouir, etre maitre de ton destin et atteindre le statut social te donnant la reconnaissance des autres adultes, tu ne le fais pas etalé sur 10 ans ! Y a de la turbulence ! Au debut c’est plus dur que quand tu avais ta maman derriere toi, tu n’es surement pas plus riche, peut-etre pas plus heureux… mais bon, est-ce une raison de rester toute ta vie chez tes parents, surtout quand ceux-ci se comporte comme des connards avec toi ? NON ! GRANDIS (bis) !

    Faire un pays, c’est sur que c’est un defi, c’est sur que ca va grincer quelque part, c’est sur que ca demande un minimum de courage et qu’il y aura surement des mauvaises suprises (et des bonnes aussi), des incertitudes, des decouragements. Mais bon, regarde combien de pays l’ont eu ! Regarde comment ils vont aujourd’hui. TOUS (dans les comparables aux notres) se portent mieux que lorsqu’ils etaient sous la domination d’une autre nation. Ce sont des faits ! Allume !

    1. Bon, quand je parle d’un État spontanné, je parle d’un État qui va voir devoir tout définir d’un seul coup, sans stratégie ou plan de match. ie, que devons nous faire en premier, qu’elles sont les questions, a répondre en premier et s’il y a une feuille de route. Je fais confiance à la compétence des fonctionnaires provinciaux.

      Aussi, je te remercie, tu as la réponse la plus articulée que j’ai eu. Il reste à rationnaliser le discour et enleveé un peu d’élan nationaliste et j’y adhère. Je ne suis pas d’accord a 100%, mais j’aime bien

      Alek

      Bon, quand je parle d’un État spontanné, je parle d’un État qui va voir devoir tout définir d’un seul coup, sans stratégie ou plan de match. ie, que devons nous faire en premier, qu’elles sont les questions, a répondre en premier et s’il y a une feuille de route. Je fais confiance à la compétence des fonctionnaires provinciaux.

      Aussi, je te remercie, tu as la réponse la plus articulée que j’ai eu. Il reste à rationnaliser le discour et enleveé un peu d’élan nationaliste et j’y adhère. Je ne suis pas d’accord a 100%, mais j’aime bien 😀

      Alek

      1. Pas nationaliste l’elan, juste patriotique. Je me bats pour la liberation de mon peuple, pas pour creer une etat nationaliste… on a deja le canada pour ca.

        Le combat de la souveraineté c’est une lutte pour l’ouverture, l’epanouissement. C’est un projet inclusif et pluraliste, tout le monde y est le bienvenu. Y a bien que la propagande federaliste pour essayer de faire croire le contraire. La grande majorité des souverainistes (souvent des hommes de conviction de gauches avec ce que ca amenene d’humanisme, environnementalisme, pacifisme, altruisme, etc) sont des gens ouverts et progressistes. Les reacs, les conservateurs, les gens intransigeants et fermés, ils ne sont pas dans notre camp (ou en si petite quantité). Si les autres etaient aussi conciliant, ca ferait bien longtemps que les Canadiens et Quebecois vivraient en harmonie dans la meme confederation.

        Pour la rationalité, je t’ai jeté ca sans relire en 5mn. Si tu veux plus de profondeur, de details, d’analyses reflechies, tu me permettras de traiter chaque question dans un sujet separé.

        De toute facon le Quebec souverain ressemblera à ce que les Quebecois auront decidé de ce qu’il sera, c’est cela la souveraineté.

        Il n’y aura pas de dictature mais des elections, alors ca sera le temps d’aller voter pour la premiere fois pour l’avenir de notre nation libre de ses choix. Le resultat te satisfera peut-etre plus qu’à moi d’ailleurs. Je ne veux pas un pays pour qu’il soit comme je l’aurais revé, juste pour qu’il soit comme mon peuple l’aura decidé et non le peuple voisin aussi ami et complice fut-il ! Apres je serais libre d’y militer pour essayer d’influencer democratiquement sa course, SANS INTERFERENCE canadienne directe. Bref, comme toutes les autres nations libres de ce monde. Ce n’est pas un monde de bisounours ou il n’y aura plus de problemes, mais ce seront nos problemes, plus ceux des canadiens ! C’est cela etre fier.

        On ne fait pas cela par haine du canada, on fait cela pour nous, parce que nous sommes un peuple mature et pour AUCUNE autre raison. Ni pour devenir plus riche, ni pour etre plus fort, ni pour s’isoler. C’est ca l’epanouissement du Quebec internationalement, socialement, culturellement. Apres, il ne tiendra qu’au ROC pour que ca se fasse au sein d’un canada uni, je n’ai rien contre, mais une vraie union de deux etats independants et libre de leur choix, libre de negocier ce contrat sans etre retenu de force !

        En 1995, la majorité du peuple quebecois avait voté OUI à ce projet.

    2. ….QUand on sera bien en place, on emettra tranquillement notre monnaie…

      Qui ça « on » ???

      1. Ben la nation quebecoise. Fini le huard, voila la piastre.

        1. TU veux dire que la nation québécoise émettra elle-même les billets et ne délèguera pas la job à une banque privée ?

          1. Je veux dire que le gouvernement qu’on aura elu democratiquement appliquera la politique en ce sens tel que dans son programme et qui si il ne te convient pas, tu auras qu’à voter pour l’autre parti. Le reste c’est le peuple qui le decidera en tant et lieu. Je ne suis pas devin, je sais juste qu’on aura forcement notre monnaie si une monnaie commune nord americaine n’est pas créé. Apres ce que le peuple quebecois decidera… pas mon probleme, ca sera son choix et on assumera. Ca ne sera pas le choix des canadiens.

            On dirait que tu n’as pas bien compris les principes de la democratie ? Moi je te parle des mecaniques d’un pays, apres les voies politiques empruntées, ca c’est le gouvernement en place qui les decidera. Alors privée ou publique, la creation de la monnaie se fera de la meme facon. C’etait la question, j’y ai repondu.

            1. Lâche-moi avec tes principes idiots. La démocratie n’existe nul part au monde et ses principes sont dans les livres, jamais dans les faits.

              Je t’ai posé une question sur QUI créera l’argent. Tu veux un pays indépendant et tu ne sais même pas me répondre.

              Bô pays en perspective ton rêve !

              1. Mais je n’ai pas à repondre d’une decision qui sera prise par le peuple. Ca n’a aucun rapport avec l’independance du Quebec.

                Comme pour le choix d’avoir une armee ou non. Je peux juste donner mon avis. Ca sera aux partis en presence de nous vendre leur soupe et le peuple choisira celui qu’il prefere. C’est ca la democratie… rien d’autre.

                Tu veux mon avis ? L’etat. L’etat devrait imprimer l’argent sur la base de sa richesse. Voila. Je sais ce que je veux, mais ca ne sera peut-etre pas ce que le peuple souverain du Quebec choisira.

                Donc je repete, ta question est hors sujet, tu ne comprends rien à rien, ca n’a aucun rapport avec l’interet d’acceder à la souveraineté. Bienvenu chez les gens né pour un petit pain et qui se contente de rester dans le canada en pensant qu’un pays doit se faire avant d’etre libre. Non, ca se construit à partir d’outil que seul la souveraineté peut nous donner, pour le moment ca reste de la philosophie de comptoir, des avis personnels, de la discution theorique.

                Et ce n’est pas un reve… attache ta tuque et regarde !

              2. Pourquoi répondre à ça dans l’immédiat?

          2. Ça risque de ressembler à ce qu’on a présentement.

  7. Maintenant, voudrais-tu qu’on joue aux dix questions des souverainistes ? Tu sais dix questions qui auraient pour but de nous rassurer quant à notre avenir et notre epanouissement au sein du Canada ? Juste pour avoir dix NON ! de la part d’un bon federaliste canadien !

    Dès que les souverainistes ont voulu negocier avec le ROC et meme les assimilés et/ou les traites de federalistes quebecois, on nous a toujours envoyé promener. Il n’y a aucun avenir dans le canada pour le Quebec et les interets canadien passe avant ceux du Quebec. Bienvenu chez toi !

    =====================================================

    Vu sur le net :

    QUESTION au premier sinistre:

    2009-03-18 14:54:24

    Monsieur Charest,

    Vous dites défendre les intérêts du Québec avant tout, vous l’avez répété de toutes les façons sur toutes les plates-formes médiatiques. J’aurais une seule question :

    Si un jour les intérêts du Québec passait obligatoirement par son indépendance vis-à-vis du reste du Canada, deviendriez-vous souverainiste et défenderiez-vous cette cause ?

    Veuillez agréer mes salutations.
    P.

    REPONSE :

    De : “site_premier_ministre@mce.gouv.qc.ca”
    À : P.
    Envoyé le : Mercredi, 1 Avril 2009, 9h39mn 06s
    Objet : P. 2009-03-18 – Q (Réponse)

    Message destiné à monsieur P.

    Monsieur,

    Au nom du premier ministre, monsieur Jean Charest, j’accuse réception du courriel que vous lui faisiez parvenir le 18 mars dernier.

    Croyez bien que toute la considération requise à été portée à ce que vous soulevez. Cependant, comme vous devez le savoir, le Parti libéral du Québec prône entre autres comme valeurs l’appartenance canadienne. On peut donc être assurés qu’un gouvernement du Parti libéral du Québec, comme il l’a fait au cours de ses différents mandats, défendra toujours les intérêts du Québec dans la fédération canadienne.

    Si vous êtes intéressé à consulter davantage d’informations relativement à l’appartenance canadienne comme valeur du Parti libéral du Québec, nous vous invitons à le faire en cliquant sur ce lien : http://www.plq.org/fr/valeurs_liberales.php.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

    Karine Beaulieu
    Attachée politique

    RENVOI DE BILL ! :

    Bonjour,

    Donc vous êtes entrain de me dire que les intérêts du Québec passent après les intérêts de l’unité nationale canadienne. Et que donc les discours de Monsieur Charest sur les intérêts supérieur de la nation québécoise ne sont que des mensonges, puisqu’il n’en tient pas compte comme élément de première importance lors de ces décisions politique. C’est rassurant ! Il va donc privilégié avant tout l’unité canadienne, même si cela doit nuire aux intérêts du Québec. Çà se sont vos paroles ! J’espère que vous les assumez, elles seront publiées sur Internet.

    Que le parti libéral prône entre autres comme valeurs l’appartenance canadienne, ça ne l’empêche pas d’évoluer, de changer et de comprendre dans un futur hypothétique que si l’indépendance du Québec était essentielle à ses intérêts, il serait du devoir du Parti Libéral du Québec de choisir cette voie !

    Vous nous confirmez que vous avez les pieds et poings liés par la nation canadienne et qu’aucune autre vision n’est possible venant de votre parti qui se dit ouvert et progressiste, quelque soit les changements, vous défendrez des intérêts autre que ceux du Québec en priorité si l’unité de la nation canadienne est en jeu.

    Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mon incomprehension la plus totale devant autant de fermeture et si peu de préoccupation devant les intérêts supérieur de la nation québécoise.

    P.

    L’adresse http://www.plq.org/fr/valeurs_liberales.php. renvoie à ca :

    Désolé, la page que vous voulez afficher n’est pas ou plus disponible.
    Cliquez ici pour revenir à votre page précédente.

    TERRIBLE !

    1. Guère surprenant! 😦

  8. Maintenant que leur site est en ligne, j’ai pu voir une belle contradiction :

    Tout en étant fédéraliste, le Parti s’est nettement identifié aux attentes et aux besoins du peuple québécois. Il a surtout cherché à les traduire en des propositions constructives centrées sur l’intérêt du Québec et de sa population.

    L’unité canadienne avant tout, ca colle pas vraiment avec une politique centrées sur l’intérêt du Québec !

  9. @AP,

    « Et les fédéraleux ne se gênent pas d’utiliser le terme « séparatiste » pour faire peur au monde. »

    Ces derniers misent sur l’ignorance ou l’amalgame des définitions, c’est la combinaison nationaliste-étatiste-séparatiste qui fait peur au monde un peu comme certains éléments chimiques innofensifs mis ensemble peuvent générer de véritables bombes.

    Mais à leur décharge, les partisans du statu-quo par définition n’ont pas grand monde à convaincre. Cependant, des excès de langages de leur part peuvent être dénoncé ce qui fait que souvent la partie cherchant à convaincre se mettra forcément en mode de dénonciation et de victimisation.

    Si on veut démolir et ridiculiser, c’est une chose et c’est un choix. Cependant, dans 99% du temps, les « vendeurs » cherchant à convaincre et à attirer les gens dans un bâteau doivent vêtir leurs plus beaux atours. On n’attire pas les mouches avec du vinaigre comme dit le proverbe.

    L’autre 1%, c’est probablement cette thinking minority qui peut faire la part des choses.

    1. Bon point, dans les faits, tu as raison! 🙂

  10. Bof, AP peut bien parler comme il veut, ca ne changera pas le destin de cette nation. Si ces insultes derangent des gens, qu’ils se posent des questions, ca ne peut pas etre mauvais pour eux. Comme si on devait se preoccuper de la masse belante de la populace inculte. Une bonne cage à homards est bien plus efficace que d’essayer de les informer, les eduquer (surtout pas mon dieu, ils risqueraient de penser par eux memes), les reveiller. Le PLC-PLQ-PCC en savent quelque chose.

    1. Tout de même, il y a beaucoup d’éducation populaire à faire mais de là à avoir un plan clé en main pour la Constitution du Québec, on exagère!

      1. une constitution ca se change. Au peuple de mettre le bon parti au pouvoir. Et quand je dis une constition de base, tu peux la lire, on ne peut faire plus simple ! Je ne vois pas qui pourrait en redire quelque chose, sauf les militants revant de voir disparaitre les frontieres et les peuples sur terre.

        1. Le pire, c’est que Reblochon, dans son grand réalisme (lire pessimisme-réalistique) a peut-être un fond de vérité entre les mains.

          J’aime la nouvelle structure des réponses, c’est très…comment dire…anarchique.

          Comme dirait le Joker dans Batman, the dark knight:

          Introduce some anarchy into your life, upset the established order.

        2. Pas dans l’immédiat mais attardons-nous sur le pourquoi plutôt que sur le comment.

  11. versionscelestes

    Bonjour Anarcho,

    Ne connaissant pas très bien la situation du Québec, je vais essayer de donner mes points de vue d’une manière assez général, pour tout état ou pays.

    1. Quel système politique prônerons nous? Présidentiel, parlementaire, monarchie etc. et pourquoi?
    Aucun système politique!!
    Pas de verticalité!

  12. versionscelestes

    2. Le Québec indépendant sera-t-il unitaire ou une fédération?

    Des mini-communautés, si les gens le souhaitent,tout en pouvant se déplacer et fixer résidence où ils le souhaitent.

    1. Ce serait drôle qu’il devienne une fédération parce qu’inévitablement, certaines des nouvelles « provinces » du pays Québec ne seraient pas contentes et menaceraient de se séparer.

      Répéter ce modus operandis ad infinitum et vous obtenez ce que tout bon anarchiste-libertarien souhaite ou devrait logiquement souhaiter, une souveraineté de l’individu.

      1. versionscelestes

        Ce sera comme les gens le souhaitent, comme nous on le souhaite…

        Concernant la souveraineté de l’individu : Pour l’obtenir, une grande partie de nos efforts doit être concentré sur le travail et la dissolution de la propriété…

        Cordialement

        1. mais pas de la possession.

        2. De plus, au Québec, la séparation est une étape nécessaire avant d’en arriver là.

      2. Là où la partition est loin d’être idiote!

  13. versionscelestes

    3. Quelle serait la politique en matière monétaire?

    Pas de monnaie. Même pas avec une contrepartie métallique.

    Capitalisme 1: monnaie avec contrepartie métallique.
    Capitalisme 2: Monnaie sans contrepartie métallique.

  14. versionscelestes

    4. Quelle serait la politique en matière de défense et face à l’OTAN?

    On n’accepte aucune force répressive.

    1. D’accord avec 1-2-4, mais à court terme ce sera difficile à faire accepter aux gens. Pour la monnaie, ce ne serait pas obligatoire (on encouragerait le troc) et pas dans un système capitaliste.

      Mais mon billet visait une réponse plus politique à ses questions.

      1. versionscelestes

        Bonsoir Anarcho.

        Oui, je sais que tes réponses visaient une réponse politique à tout cela 😉

        Versions Célestes.

      2. versionscelestes

        Et encore la réponse du troc! Je souhaiterais que tu m’indiques ton article où tu parles de la question…

        Cordialement,

        Versions Célestes

        Ps:Merci d’être passé chez moi.

        1. Je devrais passer plus souvent chez toi, surtout que tu sembles bien apprécier MFL et le Bloguavre Exquis 🙂

          Pour le reste, ma réponse sera incomplète mais je te suggère de lire ceci:

          https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2009/01/07/capitalisme-marche/

          J’admets que des explications supplémentaires sont nécessaires, mais c’est un début.

      3. versionscelestes

        Le troc c’est déjà le début du capitalisme.

        Cordialement,

        Versions Célestes

        1. Le troc est le début d’un marché! Le capitalisme est un système étatiste.

          1. versionscelestes

            Très rapidement (Il faut compléter):Marché: où il y a échange de marchandise.

            « La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste s’annonce comme une immense accumulation de marchandises… »

  15. Et si on parlait de projets realisables dans les … disons 50 prochaines annees ?

  16. @Versions Célestes

    « Très rapidement (Il faut compléter): Marché: où il y a échange de marchandise. »

    Pas seulement de marchandises mais de services surtout. Y a rien de mal à ça!

    “La richesse des sociétés dans lesquelles règne le mode de production capitaliste s’annonce comme une immense accumulation de marchandises…”

    Et j’appuie cette affirmation marxiste. Marx parle bel et bien du système capitaliste que j’aimerais abolir!

    1. versionscelestes

      Bonsoir,

      Quand je parle des marchandises: les services sont aussi des marchandises.

      Le système de constitution d’un marché (où il y a échange de marchandises) amène, conduit à un mode de production capitaliste…

      Cordialement.

      1. J’accepte ta définition de « marchandise », mais selon la définition usuelle du capitalisme, il ne peut pas y avoir de capitalisme sans État. Ceci dit, tu peux très bien me dire que tu es contre tous les marchés. Mais ce n’est pas ma position.

  17. Holà David!

    Je viens de voir le film Ressources Humaines aujourd’hui. L’as-tu déjà vu? Si non, je te recommende de le louer à la première occasion!

    Wow. C’est maintenant ma position #1 pour films de fiction à teneur anarchiste, devant V For Vendetta et Tout Va Bien.

  18. Je prends note surtout de Ressources Humaines et Tout Va Bien. J’avais entendu parler de V For Vendetta. Merci! 🙂

  19. Oui, je regarde beaucoup de films anarchistes, surtout des documentaires mais aussi des fictions, avec l’intention de faire une liste des top 10…

  20. Bonne idée!

    François, je suis en train de débattre avec Alderson Warm-Fork de Directionless Bones et ça dérape joliment. Je te suggère d’y jeter un coup d’oeil.

    http://directionlessbones.wordpress.com/whats-feminism/

    http://directionlessbones.wordpress.com/whats-animal-rights/

  21. Au fait, je crois être devenu extinctionniste! 🙂

  22. Ah oui, pourquoi? Qu’est-ce qui t’a convaincu?

  23. J’ai de la misère à te répondre précisément, mais à force de te lire et de lire le site vhemt.com, j’ai compris que le but est simplement de cesser de procréer et qu’il est dans l’intérêt des anarchistes et des écologistes d’agir ainsi.

    Ceci dit, je ne chercherai pas à convaincre les autres étatistes de ne pas procréer.

    1. Tu devrais te documenter sur le plan Hopson. 🙂

      http://www.sden.org/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=13

      Sinon on avait eu une discution qui se rapprochait de ca chez lutopium

      http://lutopium.wordpress.com/2009/02/04/le-temps-dy-penser/

      1. Merci pour les deux liens! Dicussions intéressantes!

  24. Cependant, je ne dis pas que je ne changerai pas d’avis (sait-on jamais, peut-être qu’une dame RICHE pourrait me convaincre de l’engrosser) mais je ne vois pas en quoi il est dans l’intérêt des anarchistes et des écologistes de procréer.

  25. Gabriel Bisson

    Anarcho,
    Salutation!
    En quoi est-il dans l’intérêt des anarchistes et des écologistes de cesser la procréation?

  26. J’écrirai un billet là-dessus plus tard. Je ne crois pas que la conception étatiste du parentage soit cohérente avec la pensée anarchiste. Du côté des écologistes, la biomasse planétaire a intérêt à ce que la population humaine cesse de croître pour qu’elle puisse survivre. Ceci dit, l’angle écologiste est un argument très peu important pour moi.

    En attendant plus d’explications, allez voir ces liens:

    http://francoistremblay.wordpress.com/2008/12/22/why-parenting-is-invalid/

    http://francoistremblay.wordpress.com/2009/02/17/mankind-must-perpetuate/

    http://www.vhemt.org/

    En passant, la contraception et le fait de procréer sont deux moyens très efficaces pour combattre les avortements, sauf lors de viols ou de malencontreux accidents!

  27. Gabriel Bisson

    Intéressant.

    Par contre, j’y vois surtout qu’une farouche opposition à l’élément hiérarchique est élevé au rang de dogme sans restriction aucune.

    Ce que l’on voudrait réellement, c’est éradiquer tout commerce d’influence fréquent, très fréquent, dans une société, une famille. Ce dernier point est à l’extrème vu comme une violence sur la personne. Me trompe-je?

    Mais il serait de mauvais ton de commenter plus loin les éléments de blogue de votre confrère François Tremblay. Mon manque d’éloquence dans la langue de Shakespeare m’empêche d’y vagabonder régulièrement ou d’y laisser mon point de vue. J’attendrai une autre occasion.

    1. Du point de vue anarchiste, il faut limiter les hiérarchies le plus possible. Mais c’est plus que ça, concernant le parentage.

      « Ce que l’on voudrait réellement, c’est éradiquer tout commerce d’influence fréquent, très fréquent, dans une société, une famille. Ce dernier point est à l’extrème vu comme une violence sur la personne. »

      De la manière dont est conçu le concept étatiste de parentage, la famille nucléaire est une forme indirecte de violence, en effet.

      En ce qui concerne le blogue de François, je comprends si vous avez de la difficulté à lire l’anglais. Par contre, pour le reste, vous pouvez très bien commenter en français chez lui.

      Ou au pire, commentez en français ici et François pourra aussi vous répondre.

  28. Oui, le but est simplement de cesser de procréer, dans l’intérêt non seulement de l’individu (qui subit un large fardeau entravant à l’expression de ses valeurs), mais dans l’intérêt de l’enfant (qui est opprimé dans le système parental monogame) et de la société en général (qui voue des masses incroyables de ressources à nourrir les enfants et équipper les parents, qui sont incompétents pour la plupart, d’outils plus ou moins kosher).

    Et l’adoption est toujours une option meilleure que de créer une nouvelle vie, ce qui est dément à mon avis.

    1. Tout à fait d’accord!

      C’est vrai, il ne faut pas oublier l’adoption. Je suis en faveur de l’adoption.

      1. Ah oui, l’adoption… avec tout le bordel que ca fout à cause de nos lois favorisant les parents naturels. On ne parlera pas des gamins à probleme qu’on recolte. Ils ne sont pas forcement plus heureux une fois adopté !

        1. C’est vrai que la situation est bordélique présentement. Mais c’est justement à cause du fait que l’État favorise la famille.

  29. Mon français, malheureusement, n’est pas ce qu’il était, mais je peux répondre à toute question, soit sur ce blogue ou sur le mien.

    1. Peu importe, ton français est suffisamment bon. En tout cas, beaucoup mieux que mon anglais! 😉

  30. Gabriel Bisson

    Mr Tremblay, vos textes sont assez étoffés pour que je craigne de poser une argumentation qui ait déjà été réfutée au paragraphe untel. Je vous demanderais bien en quoi une structure hiérarchique ou, si on utilise d’autres cadres de pensées, une structure tout court ne serait pas justement favorable au développement dudit enfant; sujet qui, on le sait, n’a pas atteint maturité. En quoi donc dans cette perspective le commerce d’influence est-il nuisible? J’entends l’éducation.
    Le fait est par contre que je ne connais pas la valeur de cette question et ne veut vous faire répéter inutilement.
    Mon anglais, lui, n’est pas assez bon pour que je ne comprenne les subtilités d’un texte argumentatif.

  31. Gabriel Bisson

    Je ne comprend pas, non plus, en quoi l’égoisme peut être un bienfait; l’individualisme une base fiable à la purification des moeurs.

    Peut-être qu’au lieu de se désintéresser à tout concept de « base fiable », les anarchistes n’agissent finalement qu’en vue de la saper dans son concept même? Cas dans lequel c’est à mon tour de me désintéresser de l’anarchisme.

  32. « Je vous demanderais bien en quoi une structure hiérarchique ou, si on utilise d’autres cadres de pensées, une structure tout court ne serait pas justement favorable au développement dudit enfant; sujet qui, on le sait, n’a pas atteint maturité. »

    Oui bon, vous n’êtes pas obligé d’écrire comme un livre de théorie politique, on comprends la teneur d’une façon ou d’une autre… non?

    Ceci étant dit, je ne suis pas qualifié pour parler du développement de l’enfant, alors je ne peux pas vraiment vous répondre. Ma perspective n’est pas axée sur le développement de l’enfant mais bien sur le développement de la société libre et de la pensée libre. La structure hiérarchique n’est évidemment pas du tout compatible avec ces buts.

    « En quoi donc dans cette perspective le commerce d’influence est-il nuisible? J’entends l’éducation. »

    Je ne comprends pas ce que vous voulez dire par « commerce d’influence. »

    « Je ne comprend pas, non plus, en quoi l’égoisme peut être un bienfait; l’individualisme une base fiable à la purification des moeurs. »

    Les mots égoisme et individualisme, à mon avis, sont trop mal utilisés et trop vaguement définis pour les utiliser dans une discussion philosophique. Pourriez-vous en utiliser d’autres?

    1. Il semble considérer l’éducation comme un commerce d’influence.

  33. Gabriel Bisson

    « La structure hiérarchique n’est évidemment pas du tout compatible avec ces buts. »

    D’accord pour la société plus libre.

    Je ne sais pas par contre s’il faudrait toujours faire l’équation : autorité parentale = despotisme. Il y a certaines formes d’autorité qui ne sont pas basés sur la force mais sur le respect. Il me semble que dans une situation enfant-parent, la position de celui qui a engendré le met dans une position d’autorité naturelle, à cause même de l’amour qu’il a pour lui. Je comprend que comme vous dites les termes « société libre » ou « pensée libre » sont incompatible avec la structure hiérarchique en tant que telle. Mais la hiérarchie dans la famille me semble différente de la hiérarchie partout ailleurs. Elle vise (ou doit viser) d’abord à l’éducation et à la formation d’êtres équilibrés. Ces buts ne sont pas ceux de l’État par exemple ou de je ne sais quelle autre forme de hiérarchie. De plus elle est basée normalement sur l’amour et elle est maintenue par des individus qui cohabitent continuellement ensemble, situation bien différente des autres formes de domination. Par commerce d’influence, je parle de l’éducation d’un enfant, qui ne sera jamais totalement objective, neutre… mais qui voudrait qu’elle le soit réellement? On aurait une société aseptisée, blanche comme Javel.

    Les jeux d’influences me semblent une inclination parfaitement naturelle chez l’être humain et pas toujours nuisible. Toute éducation n’est pas comparable à la main-mise d’un Amish ou de n’importe quel Témoin de Jéhovah sur la pensée de leur progéniture. Je ne ferais pas automatiquement la relation autorité = main-mise totale.

    Évidemment, si on prend le pire des cas, ça peut faire peur. On ne pourra jamais éviter le fait que là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. Mais je parle de principes.

  34. « Il y a certaines formes d’autorité qui ne sont pas basés sur la force mais sur le respect. »

    Le bébé n’a pas de respect à donner, et l’enfant est déjà trop dépendant pour se plaindre…

    « Mais la hiérarchie dans la famille me semble différente de la hiérarchie partout ailleurs. Elle vise (ou doit viser) d’abord à l’éducation et à la formation d’êtres équilibrés. »

    Quelles caractéristiques du système hiérarchique parent-enfant vous donne à croire qu’il « vise d’abord à l’éducation et à la formation d’êtres équilibrés »?

  35. Très intéressante discussion. Je me tais pour le moment. J’y reviendrai!

  36. Gabriel Bisson

    Je vois l’autorité parentale comme un élément stabilisateur. Vous le dites : l’enfant est trop dépendant pour se plaindre. Voilà justement la nature de l’enfant: un être dépendant. Lui demander de s’émanciper avant l’âge de la maturité, notion fort arbitraire et variable tout de même, me semble irréaliste. C’est le mettre face à un abime qui ne présente pas de solution pour lui, une énigme angoissante qui peut être déstabilisatrice. Je crois que la marche de l’homme vers la liberté s’effectue à une vitesse inférieure à ce que l’on peut ambitionner parfois. Même à l’age adulte, combien de gens se réfugient, se couchent dans la confortable ouate de la servilité intellectuelle. Une existence purement indépendante et libre me semble accessible qu’à un nombre restreint d’esprits forts. Particulièrement forts. Très souvent nos convictions ne prennent le pas de la masse ou ne se confondent à celles d’un quelconque guru intellectuel que par paresse. Comment alors exiger qu’à douze ans, par exemple, l’indépendance soit une valeur fondamentale. Ce serait selon moi sauter les étapes, exiger du peintre qu’il mette la couche épaisse avant la couche claire, et s’étonner ensuite que ça craque…

    L’être humain, de quelle façon acquiert-il son individualisation? Là est toute la question je crois.

  37. Étant enseignant de formation, je conviens que c’est une job de fascisme avant tout: fais ce que je te dis et ne discute pas semble la règle de base plutôt que l’exception. Le piège est d’embarquer dans l’argumentation avec l’enfant car c’est à peu près là qu’il gagne tout le temps.

    Comme je suis du type rationnel plutôt que fascisant ou maternant, je me fais souvent prendre au jeu. Je ne dois pas être si bon enseignant que cela finalement.

    Tout cela pour dire que quand on est enfant on se dit toujours, si j’ai des enfants, je ne les éleverai (j’aime ce terme, ça sonne bétail) pas comme mes parents m’ont élevé. On se rend compte trop souvent que c’est exactement le contraire qui se produit. On répète constamment les mêmes cercles vicieux fascisants.

    L’autorité parentale est le début de toutes les formes d’autorités dans la vie dont la plus englobante et fascisante est celle de l’état. Même si cela constituera 90% de tous les désagréments autoritaires de notre vie, les gens applaudissent et même (et souvent pathétiquement surtout) chez les anars (ou so-called anarchistes), on en redemande encore et toujours plus probablement par manque d’information ou de conscientisation.

  38. Tym Machine parle pour moi, je suis d’accord avec tout ce qu’il a dit…

      1. Pas moi. Trop simple comme raisonement.

        Bouh education facho, pas bien, mal, mal, mechant.

        On a qu’à eduquer nos enfants à ne pas etre des moutons, ce qui n’empeche que pour la periode sous notre responsabilité, ils auront l’obligeance de fermer leur gueule et d’obeir ! Ils s’assumeront apres et seront maitre de leur vie dans les limites du possible. En attendant, bouffe et ecoute.

        Les gamins qui n’ont pas ete eduqué sont souvent les futurs adultes les plus soumis de la société, parce qu’ils n’ont justement pas eu les bagages et les armes pour se defendre et se demarquer des autres. Que ca soit les enfants-rois jamais content, toujours entrain de chialer apres leur patron et leurs profs comme si c’etait leur parent… et qu’on retrouve souvent avec des diplomes de merde, des boulots de merde. Que ca soit le pauvre gamin qui n’a jamais eu de parent derriere lui, qu’on a laissé trainer dans les rues, qui faisait ce qu’il voulait à l’ecole, et qui aujourd’hui sans diplome, vit dans des taudis avec des jobs de manards !

        Vu les engueulades que je commence à me taper avec mes plus vieux enfants, je peux vous dire qu’une education martiale et autoritaire ne fait pas forcement des moutons, surtout si vous leur avez appris à se tenir debout et de tenir leurs convictions à bout de bras, malgré une opposition forte en face. Putain de tete de lard, ils sont largement aussi cons que leur pere ! … et souverainistes et athées ! YEAAAAH ! Sans que je leur impose. En ne repetant pas mes discours, mais bien leurs analyses, leurs points de vue. Ils se sont fait dans l’adversité, ils seront surement plus aptes à tenir leurs convictions devant un etat ou un patron oppresseur.

        Je precise, que je n’ai pas fait expres d’arriver à ce resultat. Je constate aujourd’hui, c’est tout. J’aurais voulu y arriver, je n’aurais peut-etre pas fait comme ca. Coup de bol et c’est tant mieux.

  39. Gabriel Bisson

    Tym machine

    Merci pour votre généreuse intervention. Je monte de bon coeur dans votre chaloupe.

    La question qui suit logiquement est donc la suivante : de quelle sacrontine de manière parviendra-t-on à se libérer de l’autorité fascisante et englobante qui « nous est si chère », au final? Est-il possible vraiment de délaisser cette assiette qui nous est fournie chaque jour par la même main qui nous vole notre pain?

    Tout d’abord, je crois que pour bien comprendre les comportements et moeurs d’aujourd’hui il faille tenir compte de la taille de nos communautés. Nos villes sont énormes; peut-on faire confiance aux hurluberlus qui nous entourent? Est-il permis d’entrer en relation avec eux… et surtout, vaut-il la peine de sacrifier de son temps et de son énergie pour comprendre l’autre et le conseiller? Quand on vit entourés d’inconnus, reconnaissons que le goût du dialogue est une notion bien souvent larguée faute d’intérêt et d’empathie. Je crois que le gigantisme est bien souvent le terreau fertile de la méfiance, de l’égoisme, de la prudence, ensuite de la fuite vers un système rigide et réconfortant, à la fin moteur de la division de la société en classes sociales et en hiérarchies serrées. L’inverse de la méfiance étant logiquement la confiance, est-ce qu’on ne pourrait pas croire que la cellule familliale soit, dans ce monde immense et impersonnel, vecteur de stabilité, de dialogue mais aussi de confiance? On répète certainement les schémas qui nous sont présentés et auxquels nous sommes familiers. L’oeuvre du noyau famillial pourrait être d’attiser ce sentiment de confiance et d’étouffer le sentiment de méfiance dès qu’il se manifeste. Par ce seul tandem d’actions sera possible l’éradication de l’attitude fascisante et du contrôle étatique inévitable dans l’épiderme de nos vies. Je ne vois pas d’autre voie. Le fascisme, il serait peut-être plus juste de parler ici d’attitude maternante, existe et ne se maintient que parce qu’une demande inconsciente persiste. On en redemande comme si on avait soif de cette soupe tiède. Luttons à la racine contre cette demande inconsciente et par lui-même le fascisme tombera. Établissons la confiance et laissons ensuite aux casseurs le soin de lutter contre l’emprise policière et l’état maternant, lutte qui sinon se fait à l’envers. On doit inverser le mouvement. On doit fractionner. On doit ramener nos communautés à des dimensions humaines. Le reste se fera naturellement.

    L’envergure est… de mauvais augure, c’est ce que je pense.

  40. Alors là, vous avez répondu à votre propre question…

  41. On dirait bien en effet! 🙂

%d blogueurs aiment cette page :