J’insiste: pour les anarchistes, le travail ne doit pas être lié à la survie, mais…

Si vous n’avez pas répondu à mon questionnaire sur la propriété, je vous suggère de le faire. De toute façon, j’en reparlerai souvent au cours des prochaines semaines. Vous pouvez aussi consulter l’onglet QUESTIONNAIRE SUR LA PROPRIÉTÉ si vous voulez me faire parvenir vos réponses à mon questionnaire. En particulier, j’aimerais avoir des réponses de la part d’anarchistes libertaires sur ces questions.

Ce billet porte sur la question Q4 et ma réponse à cette question est en caractères gras.

Q4: Votre opinion sur le travail.

A-0 pt-Personne ne doit travailler.
B-2.5 pts-Rien contre le travail, mais celui-ci ne doit pas être lié à la survie.
C-4 pts-Le travail est essentiel à la survie, mais il n’est pas une vertu absolue.
D-5 pts-Le travail est jouissif et est essentiel à la survie.

Justification de ma réponse

Voilà une question dont je suis absolument certain de ma réponse. En fait, il s’agit de la seule réponse anarchiste valide, à moins vous ayez répondu autre chose parce que votre travail est essentiel à votre santé mentale personnelle ou que vous avez la chance d’accomplir un travail passionnant (particulièrement le cas chez les artistes), ce qui est tant mieux pour vous et je n’ai absolument rien contre ça! Mais ce n’est pas ce que je veux savoir, je veux seulement connaître votre opinion sur le travail en général, pas ce que vous pensez de votre propre travail.

Certains anarchistes libertaires vont répondre que personne ne doit travailler. En effet, selon l’anarchiste libertaire Bob Black (merci à Martin Masse pour cette citation): « Personne ne devrait jamais travailler. Le travail est la cause de la plupart des maux de ce monde. Cela ne signifie pas qu’on cessera de faire des choses: simplement qu’on inventera une nouvelle manière de vivre, fondée sur le jeu.»

Sans vouloir sombrer dans l’apologie du travail à tout prix ni discréditer les raisons, souvent légitimes, qui poussent certains anarchistes à adopter un tel point de vue, je ne vois pas comment abolir le travail peut être possible sans coercition étatique. Priver les gens du droit de travailler est une entorse à la liberté qui n’a rien d’anarchiste et qui est digne des régimes gau-gauchistes étatistes les plus répressifs. Dans une anarchie, ceux qui veulent travailler pourront le faire et ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas travailler (ben oui, ça existe des gens qui sont incapables de travailler, malgré ce que les drouatistes étatistes, les libertariens et les anarcho-capitalistes essaient de nous faire croire! 😉 ) pourront ne pas travailler, tout simplement! Malheureusement, de nombreux soi-disants anarchistes épousent ce point de vue ridicule sur la question, qui n’a rien à voir avec l’anarchisme.

Par contre, pour les anarchistes, le travail ne doit pas être lié à la survie, car si tel était le cas, votre patron aurait le droit de vie ou de mort sur vous, ce qui constitue une forme de domination hiérarchique violente, donc invalide pour un anarchiste.

Ma réponse à Coeus

Il semble que Coeus, de l’intéressant blogue Singularité Textuelle, ait mal compris ma réponse à cette question. Voici mes commentaires sur plusieurs extraits de ce torchon, qui ferait bander la bite de Michel Kelly-Gagnon (qui a tout de même écrit ce texte fort intéressant sur George W. Bush, malgré l’emploi inapproprié du terme « socialiste ») et mouiller les petites culottes de Nathalie Elgrabite.

Est-ce que ce gars-là vient de dire que la vie de rêve pour lui c’est de quêter?

Je n’ai jamais dit ça. Et non, ma vie de rêve n’est surtout pas de quêter mais c’est l’État capitaliste qui crée artificiellement une rareté d’emploi, en concentrant la richesse de cette façon, et qui est le principal créateur de ce genre de quête. D’ailleurs, si rien ne change dans 5 ans, il est possible que je commence à quêter et ce sera tant mieux pour les étatistes pro-capitalistes! Tant mieux si un crisse de parasite anarchiste (séparatiste de surcroît!) croupit dans la rue, hein, hostie de Coeus à marde?

le travail dans la société moderne ne sera peut-être pas absolument nécessaire à ta SURVIE, mais il va te donner une maudite belle VIE par exemple!

Putain, je suis entièrement d’accord! Que ce connard devienne anarchiste comme moi afin de faire en sorte que plus de gens aient accès au travail au lieu de me dénigrer comme ça!

Désolé mais survivre sans travailler, pour moi ça implique une des choses suivantes : quêter, ou voler.

Premièrement, je n’ai aucun problème avec la quête volontairement consentie. Deuxièmement, le vol est légitime lorsque la survie d’un individu est menacée, car il s’agit là d’une légitime défense. Troisièmement, au Culbec, de nombreux entreprises et lobbys quêtent de l’argent à l’État et l’État vole de l’argent pour assurer son fonctionnement. Voilà un genre de quête et un genre de vol que je combattrai toujours.

Alors, si ce blogueur souhaite diminuer la prévalence de la quête et du vol au Québec, il n’a qu’à devenir anarchiste comme moi au lieu de vomir de telles conneries!

Justement. Vivre sur le dos des autres. Maudite belle philosophie. Désolé pour ceux que ça choquera, mais il existe selon moi des gens qui ne méritent pas de vivre, et ceux qui ont pour ambition de vivre sur le dos d’un autre, y compris le mien, en font partie.

Pour les anarchistes, le droit de vivre est un droit fondamental. Je ne peux donc pas approuver cet appel haineux à la violence de la part de ce blogueur.

Mais supposons pour un instant qu’il ait raison. Cela veut dire qu’il n’aurait aucune objection à ce que j’utilise mon AK-47 (tous les anarchistes sont armés jusqu’au dents, c’est bien connu! Une chance que l’État réglemente le port d’armes pour protéger ses esclaves! 😉 ) pour tuer ceux qui vivent sur le dos des autres! J’imagine donc qu’il n’aurait aucune objection, selon son propre standard violemment haineux, à ce que je tue ces personnes, entre autres:

1-Tous les politiciens et tous les travailleurs dans l’entourage des politiciens.
2-Tous les dirigeants de corporations et tous les travailleurs qui sont actionnaires d’une corporation ou qui jouissent d’un fond de retraite utilisant des actions de corporations.
3-Tous les membres et tous les dirigeants d’un syndicat dans le secteur public, qui prône les monopoles syndicaleux et qui empêche les gens les plus compétents d’y travailler en priorisant l’ancienneté.
4-Tous les travailleurs qui sont membres d’un parti politique.
5-Tous les soldats et tous les dirigeants de toutes les armées et 75% (et je me sens compatissant, ça devrait être plus que ça!) de tous les policiers, avocats, juges et journaleux judiciaires.
6-Tous les bourreaucrates du secteur public.
7-Tous les détenteurs de brevets.

Méchant carnage! 😉Et je rappelle à Coeus que tous ces gens sont considérés comme des travailleurs honnêtes au Québec! Ce ne sont pas des sans emploi! Pourtant, j’ai beaucoup moins de problèmes avec les sans-emploi (dont la majorité de ceux-ci est malheureuse de se retrouver dans cette situation) qu’avec les étatistes et les capitalistes qui vivent sur le dos des autres! Au fond, si je suis sa logique, je devrais même tuer tous ceux qui ne sont pas anarchistes, puisqu’ils épousent une idéologie étatiste qui fait en sorte qu’il y ait encore plus de gens qui vivent sur le dos des autres!

Sauf qu’en tant qu’anarchiste, je suis contre la violence. Alors, si ce blogueur souhaite qu’il y ait moins de gens possibles qui vivent sur le dos des autres, qu’il devienne anarchiste comme moi au lieu d’écrire de telles idioties!

Quelqu’un qui se permet de revendiquer quelque chose comme ça sans rien offrir en retour, ce n’est pas défendable. Ni pour un kantien, ni pour un utilitariste.

L’art de rationaliser la violence capitalo-étatiste avec des arguments d’autorité. Il est une honte pour Kant et les utilitaristes!

Récemment, un ami (que je laisserai anonyme) m’a avoué ne pas savoir où il en était, être tanné de ses études, désirer avoir un minimum de moyens financiers. Il m’a dit, textuellement : « Tu avais raison tout ce temps ! » Dans le sens où j’avais raison d’avoir été un peu matérialiste dans l’optique de m’offrir plus qu’une survie, donc un niveau de vie même plus qu’acceptable, disons agréable.

Vive l’embrigadement de la nonocrassie capitalo-étatiste! YES SIR! 😉

Pour tuer un homme, empêchez-le de travailler.

L’État capitaliste réussit très bien à empêcher des gens de travailler. Si ce blogueur souhaite qu’on n’empêche pas les gens de travailler, qu’il devienne anarchiste comme moi au lieu de délirer comme ça!

Le monde ne te doit rien, il était là avant toi!

Bien sûr, les individus naissent d’eux-mêmes, sans l’intervention de qui que ce soit! 😉

Je pense que ça résume ma pensée.

C’est une pensée ça? J’ignorais… 😉

Je voudrais remercier mon père pour m’avoir transmis un certain sens du devoir et un respect du travail et de l’effort, et ma mère pour avoir fait en sorte que mon père le soit.

Effectivement, il a bien raison de remercier ses parents de l’avoir mal éduqué comme ça!

Publicités

65 Réponses

  1. J’espère que dans ce questionnaire, on ne finira pas comme dans l’autre à parler d’orientation sexuelle et de conviction religieuse.

    Quoi que comme disait le politicien des Têtes à claques, tout est linké dans la vie.

  2. Ce n’est pas un nouveau questionnaire.

  3. Bon je sens la tension monter ici. Puisque l’auteur de ce blogue a préféré écrire sur son espace personnel en réponse à mon article, je ferai simple et je centraliserai ici la continuité du débat au lieu de le relancer incessamment d’un blogue à l’autre, parce que je ne cherche pas à faire de la publicité pour mon espace personnel.

    Premièrement, je me permets de trouver rude de la part du blogueur maître ici (je m’adresserai à lui à la troisième personne, comme si nous étions en conférence avec des centaines de gens et non comme si nous étions dans un talk-show à nous lancer des niaiseries), je trouve rude de sa part donc, de me traiter de connard, de Coeus à marde et d’autres choses. Là il va peut-être me lancer que j’ai été bête en premier sur mon propre blog. Il as le droit de le penser, et j’admettrai que j’ai été direct en une ou deux occasions, mais je me suis relu et je ne l’ai jamais traité de quoi que ce soit. Je demande dorénavant que la même règle s’applique à mon compte, sinon on n’en finira pas de se perdre en insultes qui ne font aucunement avancer le débat. Et puisque j’ai proposé sur mon blogue (que je ne mettrai PAS en hyperlien) à Anarcho-pragmatiste (que j’appellerai dorénavant AP parce que son nom est long) d’expliquer sa pensée (ce qu’il n’a pas fait sur place, mais ce n’est pas grave), je considère avoir offert l’opportunité d’une argumentation civilisée. Je réitère ici ma proposition ; montrons dorénavant que nous en sommes capables.

    « Certains gens n’ont pas droit à la vie » and stuff. Je réponds : je n’ai pas plus le droit de les tuer pour autant. La théorie du AK-47 de AP est erronnée du tout au tout. Ai-je suggéré qu’on aille battre qui que ce soit ? Je suis tout autant que lui contre la violence. Ce que je clâme, c’est que quelqu’un qui ne veut pas s’aider lui-même n’a pas le droit fondamental de se faire aider par les autres. Si quelqu’un aime mieux se laisser crever de faim plutôt que de travailler pour manger, ainsi soit-il, je n’irai pas porter de nourriture sur son palier.

    L’histoire des sans-emplois. Ici je fais une distinction entre ceux qui ne PEUVENT pas travailler et ceux qui en sont capables mais ne VEULENT pas. Je sais pertinemment que plusieurs personnes n’ont pas le choix d’être sur le chômage ou le B.S., soit par des crosses administratives, soit par un handicap malheureux, ou mille autres raisons, et je trouve ça tout aussi honteux qu’on ne leur laisse souvent pas leur juste chance. Mais j’ai connu personnellement des gens qui étaient très bien à abuser du système de cette manière, et c’est ceux-là qui me causent problème. Pour moi c’est comme si quelqu’un venait chez moi me disant : « Hey, ton voisin a décidé de ne pas aller à sa job aujourd’hui, alors toute la rue se cottise pour lui payer son salaire. »

    Pareil pour le vol et la quête. La quête volontaire, c’est correct. Ce qui me fait drôle, ce sont les gens qui ont choisi cette voie et qui chiâlent de ne pas avoir une vraie vie (les mots de l’un d’entre eux, pas les miens) et de ne pas savoir où ils seront demain. Pour moi, choisir cette voie c’est l’assumer du début à la fin, avec ses avantages et ses inconvénients. Re-notez tous ici que je reconnais que plusieurs n’ont pas eu le choix, et ceux-là méritent de l’aide.

    Pour suivre, que AP arrête donc de me proposer de devenir anarchiste, d’accord ? Désolé mais je trouve que son discours frôle un tantinet l’endoctrinement là. Surtout pour des répliques comme « Si ce blogueur souhaite qu’on n’empêche pas les gens de travailler, qu’il devienne anarchiste comme moi… » Parce que moi aussi j’en ai une bonne : « Si Anarcho-pragmatiste souhaite qu’on n’empêche pas les gens de travailler, qu’il croie en Azoulou, le dragon théérique omnivite qui contre l’entropsurdité ! »
    Il a le droit de vanter son mouvement, c’est justifié et je l’encourage dans un sens, mais qu’il me laisse en-dehors de ça, por favor.

    Ensuite, dans plusieurs des arguments de AP, la logique me semble être « N’oublions pas que l’État aussi… » Point primordial : je n’ai jamais dit que l’État, les multinationales et what-have-you n’ont pas leur part de tort. Seulement, je ne les considérais pas comme sujets valables dans le présent débat. Et sur mon blogue, j’ai réussi avec des amis à conduire une discussion fort pertinente qui ne traitait en aucun cas de ces autres éléments. Tout ça c’est un autre débat, si AP désire ouvrir un autre billet pour en discuter, je me ferai (peut-être) un plaisir de poster mon avis, qui, de toute façon, doit être devenu franchement indésirable ici.

    Coeus : Le monde ne te doit rien, il était là avant toi!
    AP : Bien sûr, les individus naissent d’eux-mêmes, sans l’intervention de qui que ce soit! 😉

    Je ne saisis pas la teneur de cet argument, désolé. Au contraire, si on argumente comme ça, je dirais : quelqu’un t’a fait naître, donc tu lui dois la vie, en plus que lui ne te doive rien à toi. Non ?

    Je terminerai par un jugement de valeur, puisque AP ne s’est pas empêché d’en émettre plusieurs. Je trouve dommage qu’une réponse si agressive me soit parvenue. J’ai un ami, le notable Steffen qui a bien répondu sur mon blogue, qui ne se prétend pas nécessairement anarchiste mais respecte certains de leurs principes de base. Et il a réussi, lui, à me faire apprécier ce courant de pensée, et à me faire vouloir me renseigner sur le sujet. Et il a lu la même chose que AP sur mon blogue, sans s’en offusquer ni me lancer des bêtises. Mais AP n’est pas le premier qui se dit anarchiste ou quelconquement adhérent du mouvement, et qui me lance sa « doctrine » de manière violente et vindicatrice. Tellement qu’à un point, je trouve qu’il devient malaisé de faire la distinction entre les vrais anarchistes remplis de bonnes intentions pour l’humanité, et les incultes qui utilisent bien des grands mots et ne veulent que chiâler. Notez que je ne classe AP ici dans aucune catégorie. Mais j’espère que dans nos réponses mutuelles, nous aurons dorénavant la chance de faire honneur chacun à notre parti, lui à l’anarchisme, moi à aucun en particulier.

  4. @Coeus

    Encore une fois, vous n’essayez pas de comprendre le fond de mon propos!

    « Puisque l’auteur de ce blogue a préféré écrire sur son espace personnel en réponse à mon article, je ferai simple et je centraliserai ici la continuité du débat au lieu de le relancer incessamment d’un blogue à l’autre, parce que je ne cherche pas à faire de la publicité pour mon espace personnel. »

    Bof, vous pouvez très bien publiciser votre blogue. Vous pouvez même répondre dans votre blogue si vous voulez!

     » je trouve rude de sa part donc, de me traiter de connard, de Coeus à marde et d’autres choses. »

    Je trouve rude de votre part de vous attaquer aux sans-emploi et aux anarchistes, sachant fort bien que c’est l’État capitaliste qui est à l’origine de tout ça!

    « Là il va peut-être me lancer que j’ai été bête en premier sur mon propre blog. Il as le droit de le penser, et j’admettrai que j’ai été direct en une ou deux occasions, mais je me suis relu et je ne l’ai jamais traité de quoi que ce soit. »

    Je regrette mais vous avez proféré plusieurs insultes à l’endroit des sans-emploi. De plus, vous ne cherchez pas à comprendre le fond de mon propos.

    Quand vous dites ceci: « Est-ce que ce gars-là vient de dire que la vie de rêve pour lui c’est de quêter? » vous sombrez dans une attaque personnelle sans fondement.

    « Je demande dorénavant que la même règle s’applique à mon compte, sinon on n’en finira pas de se perdre en insultes qui ne font aucunement avancer le débat. »

    Je vais continuer à être dur envers vous tant que vous adopterez une telle attitude hostile envers les anarchistes et les sans-emploi, et tant que vous ne questionnerez pas le rôle de l’État capitaliste dans cette problématique.

    « je considère avoir offert l’opportunité d’une argumentation civilisée. »

    Faudra d’abord que vous soyez vous-même civilisé, ce n’est clairement pas le cas présentement.

    « Je réponds : je n’ai pas plus le droit de les tuer pour autant. »

    Si on n’a pas le droit de tuer qui que ce soit, pourquoi dites-vous qu’il y a des personnes qui ne méritent pas de vivre? Pourquoi vous êtes prêt à tuer certains sans-emploi? Hostie d’argumentaire de morveux libertarien vulgaire à la con!

    « La théorie du AK-47 de AP est erronnée du tout au tout. Ai-je suggéré qu’on aille battre qui que ce soit? »

    Non mais vous avez suggéré de tuer des gens!

    « Je suis tout autant que lui contre la violence. »

    Foutaise! Vous prônez la violence de l’État capitaliste pour appauvrir encore plus les moins nantis, alors que je prône la non-violence anarchiste.

     » Ce que je clâme, c’est que quelqu’un qui ne veut pas s’aider lui-même n’a pas le droit fondamental de se faire aider par les autres. Si quelqu’un aime mieux se laisser crever de faim plutôt que de travailler pour manger, ainsi soit-il, je n’irai pas porter de nourriture sur son palier. »

    Comme si les gens aimaient ça se faire vivre par les autres. Pendant ce temps, des travailleurs, des politiciens et des dirigeants d’entreprises vivent au crochet des autres, vous ne dites rien contre ça et vous préférez cracher sur les sans-emploi! Belle mentalité!

    « Ici je fais une distinction entre ceux qui ne PEUVENT pas travailler et ceux qui en sont capables mais ne VEULENT pas. »

    Il doit y en avoir une tonne de gens qui ne veulent pas travailler. BIEN SÛR! 😉 Êtes-vous un clone de Jeff Fillion, ciboire?

    Mais espèce de sale trou-de-cul, il y a encore plus de personnes qui sont privés du droit de travailler à cause de l’État capitaliste.

    « Je sais pertinemment que plusieurs personnes n’ont pas le choix d’être sur le chômage ou le B.S., soit par des crosses administratives, soit par un handicap malheureux, ou mille autres raisons, et je trouve ça tout aussi honteux qu’on ne leur laisse souvent pas leur juste chance. »

    On s’entend là-dessus. Si vous voulez que cette situation change, devenez anarchiste comme moi et l’État capitaliste cessera de priver des gens du droit de travailler!

    « Mais j’ai connu personnellement des gens qui étaient très bien à abuser du système de cette manière, et c’est ceux-là qui me causent problème. Pour moi c’est comme si quelqu’un venait chez moi me disant : “Hey, ton voisin a décidé de ne pas aller à sa job aujourd’hui, alors toute la rue se cottise pour lui payer son salaire.” »

    Avec la maigre pitance que reçoivent les BS, j’aurais honte à votre place de proférer de telles vomissures! Comme si ça arrivait si souvent que ça!

    « Ce qui me fait drôle, ce sont les gens qui ont choisi cette voie et qui chiâlent de ne pas avoir une vraie vie (les mots de l’un d’entre eux, pas les miens) et de ne pas savoir où ils seront demain. »

    La grande majorité d’entre eux ne PEUVENT pas travailler nulle part. Aucune entreprise ne peut les embaucher et vous le savez fort bien!

    « Pour moi, choisir cette voie c’est l’assumer du début à la fin, avec ses avantages et ses inconvénients. »

    La quasi-totalité des itinérants ne choisissent pas leur situation. Ceux qui semblent le choisir sont souvent de cas psychatriques lourds non-traités.

    « Désolé mais je trouve que son discours frôle un tantinet l’endoctrinement là. »

    Votre discours traduit votre endoctrinement capitaliste, imposé aux autres par la violence. La pensée anarchiste ne s’impose pas par la violence.

    « Surtout pour des répliques comme “Si ce blogueur souhaite qu’on n’empêche pas les gens de travailler, qu’il devienne anarchiste comme moi…” »

    Alors, avez-vous une autre proposition?

    « Parce que moi aussi j’en ai une bonne : “Si Anarcho-pragmatiste souhaite qu’on n’empêche pas les gens de travailler, qu’il croie en Azoulou, le dragon théérique omnivite qui contre l’entropsurdité !” »

    Bien écrit et imaginé! 🙂 Ce serait déjà un pas dans la bonne direction, au lieu croire au Dieu Capitalo-Étatiste!

    « Il a le droit de vanter son mouvement, c’est justifié et je l’encourage dans un sens, mais qu’il me laisse en-dehors de ça, por favor. »

    Je ne suis pas du style à abandonner!

    « Seulement, je ne les considérais pas comme sujets valables dans le présent débat. »

    Alors, vous évacuez l’essentiel du débat!

    « Et sur mon blogue, j’ai réussi avec des amis à conduire une discussion fort pertinente qui ne traitait en aucun cas de ces autres éléments. »

    Ça ne peut pas être pertinent si vous ne remettez pas en question les dogmes capitalistes.

    « Tout ça c’est un autre débat, si AP désire ouvrir un autre billet pour en discuter, je me ferai (peut-être) un plaisir de poster mon avis, qui, de toute façon, doit être devenu franchement indésirable ici. »

    Votre avis sera toujours le bienvenu ici. Mais je peux mordre! 😉

    « Au contraire, si on argumente comme ça, je dirais : quelqu’un t’a fait naître, donc tu lui dois la vie, en plus que lui ne te doive rien à toi. »

    Donc, les parents peuvent laisser mourir les enfants?

    « Je trouve dommage qu’une réponse si agressive me soit parvenue. »

    Vous avez répondu violemment sur votre blogue et j’ai répondu en conséquence.

    « Et il a réussi, lui, à me faire apprécier ce courant de pensée, et à me faire vouloir me renseigner sur le sujet. »

    Tant mieux! Mais il semble que vous n’ayez pas encore compris.

    « Mais AP n’est pas le premier qui se dit anarchiste ou quelconquement adhérent du mouvement, et qui me lance sa “doctrine” de manière violente et vindicatrice »

    Mais Coeus n’est pas le premier pro-capitaliste qui me lance sa doctrine de manière violence et vindicatrice.

    Sauf que ma pensée anarchiste ne s’impose pas par la violence, contrairement à votre doctrine capitaliste.

    « Mais j’espère que dans nos réponses mutuelles, nous aurons dorénavant la chance de faire honneur chacun à notre parti, lui à l’anarchisme, moi à aucun en particulier. »

    Si vous cessez de colporter vos merdes pro-capitalistes, on va mieux s’entendre!

  5. Tout de même, merci d’avoir répondu ici!

  6. Hahahaha !

    Ok j’imagine que le débat va toucher à sa fin bientôt.

    Les insultes continuent de fuser et de la part de quelqu’un qui se prétend non-violent, je trouve ça peu crédible.
    En plus que vous continuez votre « Devenez anarchiste comme moi… » Oui, j’ai une autre proposition, et c’est une simple question de formulation. Pourquoi ne pas dire « Le mouvement anarchiste prône que… » ? Ça mène à des discussions pertinentes parce que ça donne envie d’argumenter, ça sent moins la doctrine, et surtout, ç’a l’air moins con.

    Le système capitaliste a ses failles, comme tout système, y compris l’anarchisme. Mais en théorie, tout est possible et tout marche ! Ce qui fait qu’un système fonctionne ou non, ce sont les gens qui l’appliquent. Et si tous les capitalistes du monde étaient honnêtes et intègres, on n’aurait que peu de raison de les remettre en question. Mettez les mêmes gens dans un système anarchiste, et on va obtenir le même nombre de crosses et d’injustices. Oui l’anarchisme en papier vaut probablement mieux que le capitalisme en pratique, mais si c’est le cas j’ose affirmer aussi l’opposé : le capitalisme sur papier vaut mieux que n’importe quelle forme d’anarchisme en pratique.

    Votre système ne vaut pas mieux que le mien. Et le mien n’est pas capitaliste par définition, ne vous en déplaise. Pour moi c’est une question d’organisation sociale, avec à la base des valeurs très primaires comme l’honnêteté et l’entraide, et des pratiques très simples comme s’occuper chacun de son bout de trottoir, ramasser les déchets de son chien et donner une chance artificielle à ceux qui n’ont pas de chance naturelle. Pour moi peu importe le système dans lequel on vit, si les gens sont bien, ça va marcher. Le nom qu’on donne à tout ça, je m’en contrefous un peu beaucoup.

    Quelques réponses en vrac :

    « Donc, les parents peuvent laisser mourir les enfants ? »
    Non, j’aime bien l’idée que les enfants soient protégés jusqu’à un certain âge. Mais une fois cette étape de protection terminée, il appartient à chacun de prendre sa destinée en main dans la juste mesure de ses capacités, et de mener une vie qui contribuera à rendre à la collectivité ce qu’elle a dépensé pour le protéger. Ça peut prendre une infinité de formes, selon ce que le jeune adulte veut adopter comme vie. Tant qu’il reste utile, encore une fois, dans la mesure de sa capacité.

    « Votre discours traduit votre endoctrinement capitaliste, imposé aux autres par la violence. La pensée anarchiste ne s’impose pas par la violence. »
    Je n’ai jamais dit que le capitalisme était mieux qu’autre chose, en fait je pense qu’il est à peu près égal aux autres choses. La pensée anarchiste ne s’impose pas par la violence ? Alors vous êtes très mauvais vendeur.

    « Tant mieux! Mais il semble que vous n’ayez pas encore compris. »
    Compris quoi ? Que votre idée est objectivement meilleure que la mienne ?

    « Je ne suis pas du style à abandonner! »
    Dommage, ça ferait du bien.

    La discussion pacifique avec vous est impossible, car dès que je montre les dents, les vôtres deviennent des lames de rasoir. Ça ne m’intéresse tout simplement pas d’argumenter avec une personne qui affiche effectivement une telle violence. J’espère avoir remis les pendules à l’heure en ce qui me concerne, mon but ultimement étant de montrer que je reconnais que moi et AP n’avons clairement pas les mêmes idées mais qu’il est inutile de se chier dessus de cette façon. Ça aurait pu être un débat très intéressant, j’aurais pu en apprendre sur l’anarchisme, mais je n’ai pas envie d’écouter les déblatérations de quelqu’un qui me semble presque incapable de relativiser. Ainsi, bien que j’aie beaucoup écrit, ici je m’arrête définitivement et je laisse la parole à AP et à ses lecteurs assidus.

    Pour résumer, AP, désolé pour la seule insulte que je t’aie balancée sur mon blogue, va chier big time pour toutes celles que tu m’as répondues, toutes sans raison (appart la première que j’aurais pu à la limite considérer comme une juste rétribution), et on se reverra peut-être dans une autre vie. Que Azoulou soit avec toi.

  7. @Coeus

    « Ok j’imagine que le débat va toucher à sa fin bientôt. »

    Si vous quittez ce débat, bien sûr!

    « Les insultes continuent de fuser et de la part de quelqu’un qui se prétend non-violent, je trouve ça peu crédible. »

    Ben oui, mes insultes sont nettement plus graves que votre apologie de la violence capitalo-étatiste! 😉

    « En plus que vous continuez votre “Devenez anarchiste comme moi…” Oui, j’ai une autre proposition, et c’est une simple question de formulation. Pourquoi ne pas dire “Le mouvement anarchiste prône que…” ? Ça mène à des discussions pertinentes parce que ça donne envie d’argumenter, ça sent moins la doctrine, et surtout, ç’a l’air moins con. »

    D’accord avec vous sur ce point.

    « Le système capitaliste a ses failles, comme tout système, y compris l’anarchisme. Mais en théorie, tout est possible et tout marche ! »

    Je n’ai jamais prétendu que l’anarchisme engendrerait la perfection. Les capitalistes sont bien bons là-dedans!

    « Ce qui fait qu’un système fonctionne ou non, ce sont les gens qui l’appliquent. »

    Entre autres, mais il y a aussi les valeurs qui sous-tendent un système. L’anarchie repose sur la non-agression et le capitalisme repose sur un système de contrôle hiérarchique.

    « Et si tous les capitalistes du monde étaient honnêtes et intègres, on n’aurait que peu de raison de les remettre en question. »

    Ce qui est systématiquement impossible.

     » Oui l’anarchisme en papier vaut probablement mieux que le capitalisme en pratique, mais si c’est le cas j’ose affirmer aussi l’opposé : le capitalisme sur papier vaut mieux que n’importe quelle forme d’anarchisme en pratique. »

    Au moins, vous avouez votre sectarisme pro-capitaliste. On avance!

    « Votre système ne vaut pas mieux que le mien. »

    L’anarchisme est meilleur parce qu’elle ne repose pas sur la violence pour fonctionner.

    « Pour moi c’est une question d’organisation sociale, avec à la base des valeurs très primaires comme l’honnêteté et l’entraide, et des pratiques très simples comme s’occuper chacun de son bout de trottoir, ramasser les déchets de son chien et donner une chance artificielle à ceux qui n’ont pas de chance naturelle »

    Je vois une contradiction avec ce que vous dites depuis le début. Mais bon, tant mieux si vous évoluez!

    « Pour moi peu importe le système dans lequel on vit, si les gens sont bien, ça va marcher. Le nom qu’on donne à tout ça, je m’en contrefous un peu beaucoup. »

    Si les gens sont biens et si le système ne se base pas sur la violence.

    « Non, j’aime bien l’idée que les enfants soient protégés jusqu’à un certain âge. Mais une fois cette étape de protection terminée, il appartient à chacun de prendre sa destinée en main dans la juste mesure de ses capacités, et de mener une vie qui contribuera à rendre à la collectivité ce qu’elle a dépensé pour le protéger. Ça peut prendre une infinité de formes, selon ce que le jeune adulte veut adopter comme vie. Tant qu’il reste utile, encore une fois, dans la mesure de sa capacité. »

    Je comprends mieux. Une question: croyez-vous que les parents sont les propriétaires de leurs enfants?

    « La pensée anarchiste ne s’impose pas par la violence ? Alors vous êtes très mauvais vendeur. »

    Possible mais votre doctrine se base réellement sur la violence pour fonctionner.

    « La discussion pacifique avec vous est impossible, car dès que je montre les dents, les vôtres deviennent des lames de rasoir. Ça ne m’intéresse tout simplement pas d’argumenter avec une personne qui affiche effectivement une telle violence. »

    Une violence microscopique en comparaison avec les vomissures pro-capitalistes que vous proférez jusqu’à présent!

    « J’espère avoir remis les pendules à l’heure en ce qui me concerne, mon but ultimement étant de montrer que je reconnais que moi et AP n’avons clairement pas les mêmes idées »

    On s’entend là-dessus!

    « Ça aurait pu être un débat très intéressant, j’aurais pu en apprendre sur l’anarchisme, mais je n’ai pas envie d’écouter les déblatérations de quelqu’un qui me semble presque incapable de relativiser. »

    C’est vous qui n’avez pas relativisé dans votre billet-torchon en question!

    « Pour résumer, AP, désolé pour la seule insulte que je t’aie balancée sur mon blogue, va chier big time pour toutes celles que tu m’as répondues, toutes sans raison (appart la première que j’aurais pu à la limite considérer comme une juste rétribution), et on se reverra peut-être dans une autre vie. »

    Ce n’était pas sans raison. Quand on chie sur les pauvres, je mords! 😉

    « Que Azoulou soit avec toi. »

    Que le Dieu du Capital soit avec vous!

  8. En lisant ton article, Anarcho, je suis d’accord que ce Coeus est un vrai fraichier, un Normal à 100%. Il doit avoir au moins 30 ans, ou il est un « jeune conservateur. » Il est clairement le propriétaire d’un cerveau sous-usé.

    Je ne lirai pas ses commentaires parce qu’ils sont trop longs. Écrit dont un livre, maudit étatiste.

  9. @ anarcho-pragmatiste,

    Cette critique vise à la fois votre réaction au billet «Valeur du travail» et votre insubstance quoditidenne. Sachez tout de suite que bien que mes opinions en matière de travail soient très différentes que celles de Coeus, je prend ici sa défense pour quelques raisons, qui par souci d’honnêteté méritent d’être mentionnée. D’abord, Coeus est un excellent ami, qui, malgré nos divergences d’opinion, a toujours su alimenter mes réflexions positivement. Ensuite, bien que j’adopte en bonne partie votre ligne argumentaire, je désavoue totalement votre attitude imbécile et vos critiques vides. Enfin, mon présent commentaire n’est peut-être que dû à mon endoctrinement par les puissances hiérarchiques et capitalistes (État, Église et Le Marché), mais j’ose (encore) croire en la décence humaine. C’est pourquoi je m’excuse d’office pour toute attaque que vous jugerez trop personnelle; ce que j’essaie de critiquer, ce sont vos idées.

    Vous attaquez Coeus personnellement et modifiez le débat en élargissant une réaction concernant le travail à une critique contre le capitalisme. Vos vues m’apparaissent très légitimes. En effet, une certaine définition du travail, dénoncée par les milieux anarchistes et communistes, s’inscrit dans la grande logique capitaliste. Mais dans le billet de Coeus, j’ai plutôt eu l’impression qu’il s’attardait à une vision individuelle du travail, et non à son rattachement à une plus grande machine. Lui donner vos impressions là-dessus, en insistant sur les inégalités générées par le système capitaliste, n’est pas ce que je critique ici.

    Je considère que balancer des grands «ismes» à gauche comme à droite, de reprendre les sempiternelles critiques contre l’État et le capitalisme, n’apporte rien d’autre qu’une critique sans substance. Sur votre blogue, tout n’est que démagogie. Chacune de vos réactions, celles que j’ai lues du moins, partent d’une situation concrète et ramènent aussitôt à une ‘critique générale’.
    C’est alors que vous prenez vos habits noir et bleu et qu’en véritable police de l’anarchisme vous attaquez (les mots seulement, et non la substance de chacun) «capitalisme» avec «anarchisme» , «socialisme» avec «anarchisme», «Québec solidaire» avec «anarchisme», etc. Le drapeau noir est votre fusil de chasse et sur chacune de vos balles est écrit «je suis anarchiste, rappelez-vous en !».
    Vous êtes un prêtre noir, un dogmatique d’un courant idéologique pourtant anti-dogmatique. J’admets que ce qu’il y a de complexe dans l’anarchisme est précisément qu’il s’agit d’une idéologie opposée à plusieurs effets rattachés aux idéologies. L’anarchisme est une critique constante, certes, mais elle doit se critiquer elle-même, sinon elle devient son adversaire; elle devient un dogme.
    Si votre plus simple expression se résume à être anarcho-pragmatiste, alors soit. Mais j’ose encore croire que les êtres humains sont davantage qu’un drapeau ou qu’une idée. Depuis des décennies, voire même des siècles, des gens s’efforcent de critiquer le système capitaliste et d’en faire remarquer les inhumanités à leurs frères et soeurs. L’hégémonie mondiale d’un tel système rend la tâche de s’en débarrasser de plus en plus difficile à chaque jour. Je ne crois pas que c’est en se contentant de définir les facettes d’un dogme anarchiste que l’on arrivera à cette fin. Je ne crois pas non plus qu’en attaquant sans cesse les différences d’opinions et d’action que l’on y arrivera. Le système capitaliste est omniprésent, ses sbires sont partout. S’en défaire est un effort considérable et s’ouvrir les yeux sur nos propres incohérences est un défi en soi. Vous qui semblez si parfait et fin prêt à guider les masses anarchisées, je vous demande : vous est-il possible de réfléchir avant de parler ?

    Avant de chercher à savoir ce qu’un anarchiste penserait dans une situation donnée, comment il agirait dans une autre, demandez-vous plutôt : pourquoi un tel courant idéologique existe-il ? La fin voulue ne légitime pas les moyens pris. Quelle est votre fin ? L’«Anarchisme» ou ce que l’idée met de l’avant ?

  10. François, tu as réussi à être encore plus dur que moi envers lui en très peu de mots! Ouch! 😉

    Mais bon, je suis prêt à lire son opinion.

    « Il est clairement le propriétaire d’un cerveau sous-usé. »

    Peut-être pas sous-usé, mais j’ai des doutes concernant son sens critique. Mais son principal problème est la mauvaise interprétation de mes propos. En plus, je n’aime pas qu’il critique que les sans-emplois comme ça. De nombreux non-chômeurs sont beaucoup plus criminels que ces sans-emploi et méritent bien plus qu’on les dénonce!

    « Écrit donc un livre, maudit étatiste. »

    Il est un écrivain, alors c’est normal. D’ailleurs même mon propre présent billet est un peu trop long, je l’admets. Alors il peut très bien écrire des livres…et des commentaires ici aussi. Après tout, j’ai été très dur envers lui, et il peut se défendre.

    « Il doit avoir au moins 30 ans, ou il est un “jeune conservateur. »

    Mais attention, j’ai 32 ans de mon côté! 😉

  11. « Mais attention, j’ai 32 ans de mon côté! »

    Personne n’est parfait!

    Plus sérieusement, je pense que le problème principal réside dans le fait qu’il n’a absolument aucune compréhension de l’histoire de la création d’une classe vagabonde par l’expropriation systématique des terres en commun, qui a constituée la « classe ouvrière » ayant permise la Contre-Révolution Industrielle, mouvement qui était opposé et attaqué par la majorité dans son temps.

  12. @François Tremblay

    « Personne n’est parfait! »

    HAHAHA! 😉

    « je pense que le problème principal réside dans le fait qu’il n’a absolument aucune compréhension de l’histoire de la création d’une classe vagabonde par l’expropriation systématique des terres en commun, qui a constituée la “classe ouvrière” ayant permise la Contre-Révolution Industrielle, mouvement qui était opposé et attaqué par la majorité dans son temps. »

    C’est fort possible, mais je ne lui demande même pas une compréhension aussi étendue.

  13. @Steffen

    Votre dernier commentaire mériterait un billet à lui seul. Merci! J’y reviendrai!

    Je préfère ce genre de critique au déferlement haineux de Coeus. Mais ne faites pas la même erreur que lui en interprétant fallacieusement mes propos, je vous en prie!

  14. Ouiiiiiiiin … Ça joue dur entre «anarchistes» ………….

    «je trouve qu’il devient malaisé de faire la distinction entre les vrais anarchistes remplis de bonnes intentions pour l’humanité»

    David n’est pas un anarchiste. Si l’État tombe, il sera le premier à pleurer à chaudes larmes. Ahh Internet ! Le meilleur endroit pour afficher un maximum de contenant avec un minimum de contenu !

  15. Ouiiiiiiiin… encore un autre attardé mental qui pense que c’est un jeu de dire que toute personne avec qui il n’est pas d’accord n’est pas un anarchiste…

  16. Qu’est-ce qui se passe, est-ce que c’est David-bashing time ou quoi.

  17. Toute personne qui veut faire du David-bashing sur ce blogue aura affaire à moi! Non mais sapristi… *relève ses manches

  18. « Ouiiiiiiiin… encore un autre attardé mental qui pense que c’est un jeu de dire que toute personne avec qui il n’est pas d’accord n’est pas un anarchiste… »

    Huh, c’est à moi que tu as écrit ça, ptit trou d’cul ?!
    Si tu penses que je suis un élitiste anarchiste, c’est que tu n’es pas digne de te montrer en public et de dire un seul mot. C’est vrai ! Toi tu n’es pas un anarchiste … c’est quoi déjà ? Ah oui ! Un anar-shit !

    Puis, juste avant d’envoyer mon message, j’ai jeté un coup d’œil sur le blogue de cet anar-shit. C’est horrible ! Le gars s’appelle ‘François Tremblay’ (y’a pas plus québécois comme nom) et tout son blogue de merde est en anglais. Heille ! Faut être un COLONISÉ de la pire espèce !
    Tu es une vraie honte pour notre peuple !

  19. internationaliste

    Faites attention à David c’est un grand costaud de 6pieds 1pouce! Il pourrait vous en balancer toute une!

  20. … et toi tu pourrais devenir aux femmes !

  21. B-2.5 pts- Rien contre le travail, mais celui-ci ne doit pas être lié à la survie.

    Ce serait ma réponse à cette question particulière. En ce qui concerne le reste du questionnaire, il m’embète un peu et je ne sais pas quoi répondre pour l’instant. J’ai l’impression parfois que ça prendrait des «aucunes de ses réponses» comme choix. Peut-être que je devrais le relire ainsi que ton autre texte par rapport à la propriété.

    Je pense que le travail existera toujours même après la «Grande Révoulution». C’est juste que certaines personnes ne peuvent travailler et si certaines personnes ne veulent tout simplement rien savoir, temporairement ou de façon permanente, je suis contre l’idée de leur imposer le travail ou de les laisser crever.

    Mais comme tel, ce n’est pas viable de penser qu’on puisse abolir le travail, certaines tâches devant être accomplies pour notre survie et notre bien-être. D’où l’idée que la première réponse est impraticable. La troisième vient selon moi que techniquement, le travail est en effet lié à la surive de facto, d’un point de vue collectif. Mais à un niveau individuel, si certainnes personnes travaillent, certainnes personnes peuvent se permettent de ne pas travailler. C’est déjà le cas dans notre société.

  22. Il faut lire «Grande Révolution» et survie.

  23. Bon, je n’ai pas vraiment suivit tout le débat plus haut, mais au sujet de Black voici un excellent texte intitulé « Travailler, moi? Jamais! »
    http://kropot.free.fr/black-travailler.htm

  24. versionscelestes

    Bonjour Anar Pragmatiste.

    « Priver les gens du droit de travailler est une entorse à la liberté (…)qui est digne des régimes gau-gauchistes étatistes »

    Tout à fait d’accord ; on ne peut se faire imposer ou imposer quoi que ce soit.

  25. versionscelestes

    Dans les sociétés contemporaines, le travail est organisé sous une forme de division social du travail dans laquelle le travailleur vend sa force de travail et il n’est que considéré en tant que force de travail, et il est donc soumis à l’offre et la demande…

    Il est évident que je ne veux pas de ce travail!

  26. versionscelestes

    Le travail a donc ce côté d’organisation, de division sociale:

    comment y échapper?

    Mais tout d’abord, il faudrait savoir comment vous définissez le travail.

    Salutations célestes

    Versions Célestes

  27. Le travail c’est haïr ce qu’on fait. C’est faire même quand on a mieux à faire.

  28. Voilà ce qu’on peut faire quand on se rebiffe et je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables : je suis en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat pour mises sous surveillance illégales, lynchage et plagiat. Avis à la population et merci pour l espace d’expression. Voilà, ceci est également une tentative de gros scandale public parce que ça calme pas mal les gros connards.

  29. Le travail c’est haïr ce qu’on fait. C’est faire même quand on a mieux à faire.

    Quoi!? le travail est la force vitale de pruduction de l’humanité oui ces triste mais si tout le monde arrete de travailler sur quoi continuront nous de subsister?
    En attendant que la nourriture apparaise?

  30. Le capital, ça ne se mange pas. Une bonne partie de « la force vitale de production de l’humanité » est insensée et reliée ni au bien-être, ni à la survie de personne, ni à l’enrichissement du savoir. Mais quand même, je pense que les gens sont libres de faire des choses insensées ou pas (dixit: de travailler ou pas).

  31. Absolument d’accord mais,

    le capital est peut etre indigeste, toutefois l a nourriture, un logis qui sont néssecaire a la survie humaine sont eux aussi les fruit du labeur.

    Donner ce choix a une société n’a jamais été viable par le passé, la société doigt d’abors combatre cet instinct de facilité.
    Et tant qua pousser la maturité proletarienne les lois devienne aussi inutiles et nuisible que le capital.
    Une société, une patrie dervais etre un tout qui au lieu de se chamailler inutilement devrais travailler comme un seul homme.

    Utopique? OUI! ce n’est pas un bel objectif une utopie?
    plus on s’en approcheras meilleur le monde seras.
    Émile

  32. @Frankie

    « David n’est pas un anarchiste. Si l’État tombe, il sera le premier à pleurer à chaudes larmes. Ahh Internet ! Le meilleur endroit pour afficher un maximum de contenant avec un minimum de contenu ! »

    Ben oui! Et Frankie est athée! 😉

    @Internationaliste

    « Faites attention à David c’est un grand costaud de 6pieds 1pouce! Il pourrait vous en balancer toute une! »

    Je suis contre la violence.

  33. @François Tremblay

    Merci de me défendre comme ça! 🙂

  34. @Bakouchaïev

    Merci pour la suggestion de lecture.

    « ce qui concerne le reste du questionnaire, il m’embète un peu et je ne sais pas quoi répondre pour l’instant. J’ai l’impression parfois que ça prendrait des «aucunes de ses réponses» comme choix. Peut-être que je devrais le relire ainsi que ton autre texte par rapport à la propriété. »

    De toute façon, ce sont des questions qui ne font pas l’unanimité chez les anarchistes. Pas évident.

    « Mais comme tel, ce n’est pas viable de penser qu’on puisse abolir le travail, certaines tâches devant être accomplies pour notre survie et notre bien-être. D’où l’idée que la première réponse est impraticable. La troisième vient selon moi que techniquement, le travail est en effet lié à la surive de facto, d’un point de vue collectif. Mais à un niveau individuel, si certainnes personnes travaillent, certainnes personnes peuvent se permettent de ne pas travailler. C’est déjà le cas dans notre société. »

    On s’entend là-dessus! 🙂

  35. @Frankie

    « Le gars s’appelle ‘François Tremblay’ (y’a pas plus québécois comme nom) et tout son blogue de merde est en anglais. Heille ! Faut être un COLONISÉ de la pire espèce !
    Tu es une vraie honte pour notre peuple ! »

    Trop con!

    François Tremblay est né au Québec mais il habite aux États-Unis maintenant. Alors il est normal que son blogue soit en anglais!

  36. Au fait, voici ce qu’a dit François Tremblay à propos de la séparation du Québec:

    https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2008/05/28/julie-couillard-ou-tentative-opportuniste-daugmenter-mon-lectorat/#comment-1012

    « Je suis aussi en faveur de la separation, mais seulement parce que je supporte tout mouvement separatiste du point de vue theorique. Des gouvernements plus locaux ressemblent plus a l’Anarchie, et ils sont probablement plus facile a dissoudre. »

    Tout un colonisé, hein Frankie?

  37. @Redge

    Merci pour le lien! 🙂

  38. @Versions célestes

    « Dans les sociétés contemporaines, le travail est organisé sous une forme de division social du travail dans laquelle le travailleur vend sa force de travail et il n’est que considéré en tant que force de travail, et il est donc soumis à l’offre et la demande…

    Il est évident que je ne veux pas de ce travail! »

    Moi non plus, voilà pourquoi je considère que le travail ne doit pas être lié à la survie.

    « Mais tout d’abord, il faudrait savoir comment vous définissez le travail. »

    Toute activité qui est récompensé par un salaire.

  39. @Nina

    Bienvenue ici. Tant mieux si ça vous défoule.

  40. @Mouton Marron

    « Le travail c’est haïr ce qu’on fait. C’est faire même quand on a mieux à faire. »

    En effet! Mais ce n’est plus le cas quand il n’est plus lié à la survie.

    « Une bonne partie de “la force vitale de production de l’humanité” est insensée et reliée ni au bien-être, ni à la survie de personne, ni à l’enrichissement du savoir. »

    D’accord!

  41. @Émile H-M

    « Une société, une patrie dervais etre un tout qui au lieu de se chamailler inutilement devrais travailler comme un seul homme. »

    On devrait surtout respecter les droits des individus.

  42. Je me suis fait pogner là! La raison pourquoi j’écris en anglais, n’est pas parce que je suis plus habitué à discuter de philo en anglais, mais plutôt parce que je suis un colon de la pire espèce. Oui c’est vrai! À bas Tremblay! Je suis le plus corrompu, le pire des pires, etc.

  43. @AP

    « Toute activité qui est récompensé par un salaire. »

    Alors pourquoi ne pas utiliser le mot salariat?

    « le vol est légitime lorsque la survie d’un individu est menacée, car il s’agit là d’une légitime défense »

    Comme on peut vivre près de 30 jours sans manger, et que si cela arrive c’est probablement qu’il ne reste pas grand chose à voler, quelle est l’application réelle de ce principe?

  44. @François Tremblay

    😉

    @Bastiat

    « Alors pourquoi ne pas utiliser le mot salariat? »

    Oui, on pourrait le faire. Je n’ai jamais dit qu’il fallait abolir le salariat ni le travail à tout prix.

    « Comme on peut vivre près de 30 jours sans manger, et que si cela arrive c’est probablement qu’il ne reste pas grand chose à voler, quelle est l’application réelle de ce principe? »

    Bien sûr, les occasions d’application réelle ne sont pas si fréquentes, mais j’estime tout de même qu’on ne peut pas se contenter de manger aux 30 jours (sauf un jeûne occasionnel).

    De plus, votre argument ne s’applique pas à l’eau potable.

  45. versionscelestes

    Bonjour Anarcho-pragmatiste

    Il me semble qu’une activité qui est récompensée par un salaire est une activité qui est soumise à l’offre et la demande.

    Qu’est-ce que vous en pensez?

    Salutations

    Versions célestes

  46. @AP,

    “le vol est légitime lorsque la survie d’un individu est menacée, car il s’agit là d’une légitime défense”

    Que les arabes d’Arabie Saoudite se le tiennent pour dit, qu’ils commencent à aiguiser leurs haches car il va y avoir des mains à couper tout à l’heure ;).

    Je préfère de loin la coopération et l’entraide, give and it shall be given to you.

  47. Amusant! 😉

    Tout de même, je ne prône pas le vol, sauf en tout dernier recours. Recours rarissime sans État.

  48. « On devrait surtout respecter les droits des individus »
    Absolument, seulement même le capitalisme approuve la charte des droit et libertée. Ce sont les particulier avares d’argent ou de pouvoir qui passe par dessus ces principes. De plus les mouvement de droites poussent a l’exploitation humaine dans le but d’agrandir le capital des plus puissant.

    Pour terminer un petit résumer de ma pensée sur le travail:
    Le travail est nécessaire a la survie, le salariat ne peu que pousser a la violence, l’exploitation et au non-respect des droit d’autruis. »

    Nous devons tous travailler ensemble de facon égale alors le vol d’eviendras inutile car les biens et nourritures seront fruit communs chaqun auras ce dont ils ont besoin.

  49. En général, on s’entend sur la question du travail.

    Mais attention à ne pas trop succomber au totalitarisme égalitaire jusqu’au-boutiste.

  50. L’égalitarisme n’est-il pas nécessaire à le maturation d’un peuple je crois que tu vas devoir m’expliquer un peu ta mise en garde.
    Je suis peut etre un jeune éffronté mais je ne supporte pas qu’on se considère superieur a moi ou meme inferieur.
    A l’exeption peut-etre de l’adulation du dieu « soi-meme »qui est exellente pour le moral et l’estime de soi.

  51. « L’égalitarisme n’est-il pas nécessaire à le maturation d’un peuple je crois que tu vas devoir m’expliquer un peu ta mise en garde. »

    Trop souvent l’égalitarisme jusqu’au-boutiste sert de prétexte à la violence étatique. Un bon exemple est la montée de l’idéologie fémi-favoritiste.

    « Je suis peut etre un jeune éffronté mais je ne supporte pas qu’on se considère superieur a moi ou meme inferieur. »

    J’ai l’impression qu’on ne parle pas du même égalitarisme. S’il s’agit de considérer que les êtres humains doivent avoir les mêmes droits, je n’ai aucun problème avec l’égalitarisme.

    « A l’exeption peut-etre de l’adulation du dieu “soi-meme”qui est exellente pour le moral et l’estime de soi. »

    Oui, mais à condition de ne pas brimer la liberté des autres.

  52. « J’ai l’impression qu’on ne parle pas du même égalitarisme. S’il s’agit de considérer que les êtres humains doivent avoir les mêmes droits, je n’ai aucun problème avec l’égalitarisme.  »

    -j’aimerais avoir ta définition de l’égalitarisme car après réflexion mon égalitarisme représente l’étymologie du mot anarchie( une vision égaliaire et horizontale)

    « Oui, mais à condition de ne pas brimer la liberté des autres. »

    -Je ne parlais tout de meme pas de sectes LOL

    Émile

  53. Je parle de l’égalité des droits et de l’accès aux besoins essentiels pour tous. Mais je ne suis pas en faveur de l’égalité des salaires et de l’égalité de la richesse.

  54. versionscelestes

    Bonsoir Anarcho-pragmatiste.

    Vous dites:
    « …Mais je ne suis pas en faveur de l’égalité des salaires »

    Bon je me répète (vous en avez marre, p.être) mais c’est pour cela qu’il faudrait laisser tomber l’idée de salaire et de compensation…

    « (…)pas en faveur (…) de l’égalité de la richesse »

    Donc, vous êtes en faveur de l’inégalité!!????

    Cordialement,

    Versions Célestes

  55. versionscelestes

    J’attends avec impatience votre explication. 🙂

  56. Je suis en faveur de l’égalité des salaires.

  57. Premièrement, je ne suis pas en faveur du salaria.

    Toutefois, en tenant compte de la situation actuelle une certaine inégalité monétaire en est presque néssésaire, mais un plafond du taux horaire salariale dans des limites accesible à la classe moyenne serait géniale! (+/- 75$/h)(et j’suis généreux)
    Les surplus crée pourrais a eu seul financer le gouvernement(tant que le gouvernement s’en sert bel et bien pour le service de la population)

    Pour les richesse accumulable après coup qui seront un peu plus méritée seront acceptable
    Mais pour citer Pierre Kropotkine (en résumé) »Un Cordonnier qui economise toute sa vie meurt avec quelques milliers de dollars, tandis que s’il aggrandis sa cordonerie dès qu’il le peu et s’engage un apprentis et fais fructifier ces actif rend beaucoup pplus service et peu accumuler un actif valant des millions! »(jai aussi un peu adapterle passage a mon idée précedente 😛 )

    Émile

  58. En gros tant que le salaria existeras l’inegalitée existeras
    Pensez-y bien

  59. @Tous

    En présence de l’État, je suis contre l’égalité des salaires mais en absence de l’État, je n’ai rien contre l’idée en autant que ça ne soit pas imposé à tous.

    @François Tremblay

    Parles-tu de l’égalité du salaire horaire?

  60. Ok, ça revient à la question de la monnaie dont la valeur est déterminée par l’effort fourni.

    Cette idée est intéressante mais de là à l’imposer à tous, je n’en suis pas sûr.

    Cela dit, en présence de l’État je suis contre cette égalité.

  61. Oui, l’État c’est de la merde…

  62. La plupart du temps, le travail :
    – implique une organisation hiérarchique
    – reste étroitement voire exclusivement liée au salaire permettant la (sur)-vie quotidienne
    – est la cause de souffrances morales comme physiques.
    C’est à mon sens l’anti-thèse de l’anarchie.
    Par contre, l’activité créatrice librement consentie et exercée, c’est tout autre chose.

    1. Bien dit! Merci! 🙂

%d blogueurs aiment cette page :