Dix raisons d’haïr le Canada (ou plus précisément, l’État canadian)

N’ajustez pas votre ordinateur ou votre écran, vous êtes bel et bien dans le Blogue Anarcho-pragmatisme qui se refait une laideur cosmétique pour la Fête québécoise du Déménagement en appartement (quel délire étatiste stupide!), also known as Canada Day in the Rest of Canada (ROC). Ne vous en faites pas, je ne vous parlerai pas dans ce billet de l’importante mais stupide Fête du Déménagement mais bien de l’insignifiant Canada Day.

La semaine dernière, j’ai volontairement ignoré la Fête Nationaleuse Étatiste des Québécois-Québécoises, parce qu’un anarchiste comme moi ne se reconnaît pas dans cette fête et que de toute façon, même d’un point de vue nationaleux étatiste, je ne vois pas l’intérêt de fêter un pays qui n’existe même pas, surtout après deux défaites référendaires. Par contre, je n’ai pas pris de temps de dénoncer cette fête, étant donné mon appui à la séparation du Québec et à une forme de sentiment d’appartenance culturelle qui serait légitime si la violence étatique n’était pas utilisée pour en faire sa promotion.

En ce qui concerne le Canada, il faut tout de même reconnaître ses mérites (j’ai envie de vomir). Le Canada est quand même beaucoup moins répressif que la quasi-totalité des nations en Amérique (sauf peut-être les États-Unis, mais surtout concernant la taxation, et non pas la répression policière, militaire et religieuse qui est bien pire), et que la quasi-totalité des nations africaines et asiatiques. Mais tout ça, les fédéraleux vous le répéteront ad nauseam et ils vont essayer de vous vendre l’idée que le Canada est le plusse meilleur pays au monde.

Par contre, pour un anarchiste, cette liberté relative est inacceptable et l’État canadian doit être dénoncé par les anarchistes plus vigoureusement que maintenant. Il est temps de dénoncer avec véhémence le nationalisme canadian et de le considérer tel qu’il est: un nationalisme plus dangereux et plus liberticide, avec sa double-étatisation pernicieuse et asphyxiante, que le nationalisme péquiste. Si les autres anarchistes, libertariens et zélateurs de la réduction de la taille de l’État ne veulent pas dénoncer le nationalisme canadian par incohérence crasse et par séparatisme-bashing émotif, à l’exception notable de François Tremblay et de Gabrielle LD, moi je le ferai!

Voici dix raisons d’haïr le Canada:

1-Parce que si vous êtes membre d’une religion reconnue par l’État Canadian, vous avez plus de droits que qu’un citoyen athée.

2-Parce que les Premières Nations ont subi et subissent toujours un traitement inacceptable de la part des autorités fédérales qui les parkent dans des réserves: le congé de taxes n’étant qu’une mince consolation en comparaison des inconvénients qu’ils ont subi et qu’ils subissent toujours et du refus de leur droit à l’auto-détermination. (allez voir le blogue SagLac – Résiste au militarisme!, pour en savoir un peu plus)

3-Parce que le bilinguisme « coast-to-coast » n’est réellement obligatoire qu’au Québec.

4-Parce que l’idéologie militariste du fédéral est criminelle et que la propagande du « Support our troops » est hypocrite. De plus, le Canada est membre de l’OTAN (Organisation des Tyrans Aveugles Nationaux, d’après Gabrielle LD), probablement la pire racaille de terroristes étatistes criminels internationaux. Aussi, en décidant, sans aucune justification réelle, d’envoyer ses troupes en Afghanistan, l’État Canadian permet aux autorités impérialistes américaines de financer encore plus le génocide irakien. Fuck the troops!

5-Parce qu’il existe encore un parti (les CONservateurs) qui est prêt à re-criminaliser le droit à l’avortement (je ne parle pas de la loi C-484 ici!)

6-Parce que la Loi canadienne sur la santé a créé une situation de soviétisation du système de santé qui fait en sorte que la concurrence privée y est pratiquement interdite, ce qui fait en sorte que le système de santé est de moins en moins universel et accessible (23e rang sur 30 pays dont 29 européens!) et que les animaux domestiques sont mieux traités chez le vétérinaire que les humains dans les hôpitaux.

7-Parce qu’il y a encore trop de faux-criminels en prison (ceux qui commettent des crimes imaginaires sans victimes) et que plusieurs vrais criminels (politiciens, hauts fonctionnaires, corporations profitant de l’État, élites syndicaleuses, policiers et soldats) ne sont pas suffisamment dénoncés.

8-Parce qu’aucun parti politique fédéraleux ne propose une décentralisation réelle des pouvoirs fédéraux vers les provinces. Fuck tous les partis politiques fédéraleux! Et même les partis séparatistes donnent un trop grand coup de main au fédéral par leur nationalisme étatiste exacerbé. Il faut aussi les dénoncer, ceux-là.

9-Parce que son niveau moyen d’imposition et de taxation est grotesquement trop élevé pour un pays qui se prétend libre, moderne et démocratique. 44.8% en moyenne d’après The Fraser Institute (peu importe ce que je pense de cette racaille libertarienne vulgaire qu’est le Fraser Institute), c’est un vol qualifié et criminel de l’État canadian et de ses valets étatistes contre les travailleurs et il faut le dénoncer.

10-Parce qu’une crisse de chance que le Québec est là, car sinon les libertés civiles au Canada seraient beaucoup plus limitées que présentement. Il serait temps que les intellectuels du ROC le reconnaissent au lieu de blâmer les séparatistes.

Voilà 10 raisons pour mépriser le Canada, pour brûler son crisse de chiffon rouge canadian red maple, pour crier haut et fort « Fuck the troops! », pour ne pas fêter le Canada Day et surtout, pour séparer le Québec du Canada au plus sacrant!

Mais quand même, je vous souhaite une bonne fête du Déménagement à tous!

Publicités

48 Réponses

  1. Vue comme ca, je suis pratiquement anarchiste aussi.

    La federation canadienne devrait reellement avoir un pouvoir tres faible servant juste à permettre une meilleure coordination entre les pouvoirs des provinces, qui elles devraient servir seulement à coordonner les pouvoirs des villes, qui elles devraient servir seulement à coordonner les pouvoirs des quartiers ou les communautés decideraient reellement des marches à suivre et des priorités du coin. Juste ca et une meilleure repartition des richesses. Dans un monde de reve, je trouverais ca pas mal.

    Mais en attendant, sans aucune haine envers le canada, je ne feterais surement pas la fete d’un pays etranger qui occupe le mien !

    Quant aux amerindiens et leurs conditions de vie, completement d’accord.

  2. Moi j’ai déménagé la semaine dernière, question d’avoir un camion !

    Tout à fait d’accord avec ta vision du Canada. Fuck zi Canada.

  3. Bon retour Reblochon!

    Évidemment, ma liste peut très bien plaire à un séparatiste étatiste, j’en conviens. Vous n’êtes pas devenu anarchiste quand même!

    Et comprenez-moi, votre vision d’un Canada idéal pourrait très bien s’appliquer à un Québec séparé, ce qui serait déjà un pas dans la bonne direction. Un Québec séparé trop centralisé (cette tentation est forte chez plusieurs nationaleux étatistes!) serait aussi dénoncé avec véhémence par votre humble serviteur.

    @Clusiau

    C’est certain que les camions étaient plus disponibles la semaine dernière. En effet!

  4. Oui mais les separatistes croient encore au concept d’une classe dirigeante et sa loi injuste, et ils croient aux taxes et a la guerre…

  5. François, je suis d’accord avec toi et je dénoncerai toujours cette fâcheuse tendance nationalo-étatiste chez de trop nombreux séparatistes mais la même chose peut être dit au sujet des fédéralistes. Pire encore, je ne crois pas que le Québec aurait envoyé ses troupes en Afghanistan et je crois que les Québécois sont un tantinet plus ouverts à une répression moins forte des crimes imaginaires sans victime.

    La séparation du Québec est un pas dans la bonne direction mais il faut bien sûr dénoncer les politiques nationalo-étatistes du PQ, maintenant et après la séparation.

  6. Le déménagement du 1er juillet n’est pas un délire étatiste! Personne n’est forcé par la Loi de déménager le premier juillet!

  7. Oui, mais qui a decide de la date precise du premier juillet? Qui sinon nos oppresseurs etatistes?

  8. Peut-etre juste le bon sens des gens. Un jour ferié, une journee où on n’a rien à feter et qu’on s’ennuie dur, parfait pour changer de maison.

    Et francois, quand je lis: « les separatistes croient… » ca me fait toujours autant rire ! Sais-tu ce que c’est un separatiste ? Juste un type qui veut son independance. Là dedans, y a de tout, des anars aux groupes d’extreme droite, des pacifistes au pro-militaire, de tout ! Alors dire « les separatistes croient… » et aborder un sujet n’ayant pas de lien direct avec la separation du Quebec, c’est franchement rien connaitre au mouvement souverainiste !

  9. Martin, François a bien répondu à ton commentaire et c’est en plein ce que je pense.

    Reblochon, tu dois admettre quand même que la grande majorité des séparatistes sont des étatistes. Idem pour la grande majorité des fédéraleux.

    De plus, c’est une faible minorité d’anars qui sont séparatistes.

  10. Reblochon, ne juge pas trop vite François sur cette question. C’est un des rares anars qui est d’accord avec moi, même si j’ai une vision utilitariste de la politique qui est différente de lui. Dans ce commentaire, il dit:

    https://anarchopragmatisme.wordpress.com/2008/05/28/julie-couillard-ou-tentative-opportuniste-daugmenter-mon-lectorat/#comment-1012

    « Je suis aussi en faveur de la separation, mais seulement parce que je supporte tout mouvement separatiste du point de vue theorique. Des gouvernements plus locaux ressemblent plus a l’Anarchie, et ils sont probablement plus facile a dissoudre. »

  11. Internationaliste

    Je trouve que ton titre n’est pas très approprié. J’aurais apprécié un titre du genre « haïr la bourgeoisie canadienne ». En effet c’est la bourgeoisie canadienne, dont sa section québécoise, qui nous opprime. Il faut chercher à rallier la classe ouvrière du Canada anglais à la défense des droits nationaux du Québec et des peuples autochtones et dans la lutte pour un Canada socialiste.

    Je suis d’accord avec toi pour dénoncer les guerres impérialistes et aussi pour condamner le chauvinisme canadien-anglais qui est encore plus pernicieux que le nationalisme québécois, mais il ne faut non plus rejeter tout ce qui est canadien pour autant.

  12. Il n’y a pas de date précisée par la Loi. C’est le contrat (le bail) qui débute d’habitude le 1er du mois, probablement parce que c’est plus facile de faire un chèque le premier jour du mois que le dernier. Quand ce n’est pas le premier juillet, c’est le premier d’un autre mois! C’est un délire que de dire que c’est un délire étatique! J’aurais plus tendance à dire que c’est le libre-marché qui est le principale facteur! 😉

  13. Martin, tu commences à me faire douter! Je vais m’informer un peu plus, d’autant plus que c’est en partie toi qui m’avait fait changer en partie d’idée en ce qui concerne l’avortement. Le fête du Déménagement est-elle une habitude créée par une réglementation étatique qui n’existe plus?

    @Internationaliste

    Effectivement, le titre « haïr la bourgeoisie canadienne » aurait été pertinent mais je n’ai pas dit non plus « Haïr les Canadians ». Je n’ai aucun problème avec la classe ouvrière canadian qui pourrait même souffrir encore plus si le Québec se séparait (d’où peut-être votre préoccupation): j’ai beaucoup plus de problème avec son élite politicienne, corporateuse et médiatique. Je disais « Hair le Canada » dans le sens d' »haïr l’État canadian » et non pas pour mépriser sa population.

    C’est un peu quand on dit critiquer les États-Unis, on ne méprise pas sa population mais on méprise ses autorités criminelles.

    Mais bon, votre précision est intéressante!

  14. Internationaliste, j’ai fait un ajout à mon titre en raison de votre commentaire. Merci!

  15. Le fête du Déménagement est-elle une habitude créée par une réglementation étatique qui n’existe plus?

    Ça, ça se pourrait! Peut-être qu’à un moment donné, on a obligé les Québécois à signer des bails et que la date butoir était un premier juillet? Mais au Québec je répète qu’on peut déménager n’importe quand, que les baux commencent habituellement au début du mois, peu importe le mois, mais qu’ils pourraient commencer n’importe quel jour.

  16. Mais je me demande si ce n’est pas la durée d’un bail qui est réglementée. C’était ce que j’avais en tête avant d’écrire mon billet.

  17. Et en passant, la date du 1er juillet n’a jamais été obligatoire. Ça a déjà été le 1er mai à une époque.

  18. D’ailleurs, il faudrait bien noter que la rente est un sujet controverse parmi les Anarchistes. Les Anarchistes de Marche croient que la rente peut etre legitime, et d’autres croient que non.

    Comme la plupart des gens qui demenagent louent un appartement, c’est assez approprie de questionner la justesse du concept de rente…

  19. Pour mes lecteurs québécois, « rente » fait référence à « location ».

  20. Mes dernières recherches me disent que les durées sont réglementées (6 ou 12 mois). Par contre, il est possible de s’entendre sur un bail à durée indéterminée, avec date de début mais pas de date de fin.

  21. Ah mais dis-donc, si la rente devient illegitime, ca ressemble de plus en plus à de l’utopisme comme mouvement (utopisme au sens politique : Rien n’est à personne et tout le monde manque de rien pour vivre). Et pour ce qui est de la disparition de l’etat, ca ressemble d’ailleurs plus à du vrai communisme comme Marx l’a ecrit (une fois les inegalités disparues, l’etat devait etre enlevé et les gens devaient vivre en harmonie entre eux dans le partage et la solidarité), plutot qu’à de l’Anarchie qui ne prone pas la disparition de l’etat en tant que tel, mais de tout pouvoir ; et des pouvoirs il peut y en avoir meme sans etat.

    Donc en gros, vous etes des communistes utopiques non ?

    ce qui est amusant lorsqu’on imagine un monde sans etat, sans pouvoir, sans hierarchie donc, c’est que tout le monde est l’egal de l’autre. Amusant parce que les anarchistes sont souvent des gens ayant de la culture, des connaissances, bref une instruction. Ca va vraiment etre drole si vous arriviez à faire votre monde de vous voir l’egal de l’abruti de citoyen de base assis à coté de vous. Je vous imagine deja sauter au plafond quand ce meme abruti, humain moyen, prendra une branche pour aller taper le mec d’à coté pour lui piquer son repas ou voudra la copine de l’autre. Nan parce que la connerie c’est humain quand meme et il n’y a pas un mouvement politique qui fera disparaitre ca. Alors là, il vous restera qu’une solution… etablir des regles pour tous, regles ecrites par un groupe de personnes se sentant plus intelligente que les autres et dans la verité, et ensuite creer une milice, pour ne pas dire une police, pour les faire respecter. Rebelote. En fin de compte, vous etes des historiens qui revez secretement de revivre toute l’ere neolithique ! Moi ca me passionne, je marche avec vous ! Si tout va bien, dans 6000 ans, on devrait arriver à peu pres au meme resultat qu’aujourd’hui. Et on en sera fier !

    Votre truc, c’est super. Mais bon depassé 100 personnes, ca ne marche plus hein ! Du moins, pas dans monde pour de vrai ; vous savez celui avec les 35% de connards egocentriques et les 60% de suiveux !

    Anar, je crois que c’est le reve de beaucoup de proprietaires de faire disparaitre le bail ! Parce qu’entre nous, ca defend quand meme plus le locataire ton bout de papier reglementé et oppresseur. Sans lui, y en aurai un paquet de gens à la rue !

  22. Reblochon, ni François ni moi n’avons dit que la location était illégitime. L’illégitimité de la location est un point de vue partagé par plusieurs anarcho-socialistes mais ce n’est pas notre cas.

  23. L’origine du phénomène date de 1974. L’Assemblée nationale du Québec vote une loi abrogeant certaines dispositions du « Code civil du Québec » qui fixait le 1er mai comme date d’échéance des baux résidentiels, échéance qui était inscrite dans le droit civil depuis 1866 et s’est maintenue en l’état pendant plus d’un siècle.

    Le projet de loi, qui créait du même souffle la Régie du logement du Québec, laissait aux seuls propriétaires et aux locataires le soin de convenir de la date d’échéance du bail. Cependant, les dispositions transitoires de la loi prévoyaient la prolongation automatique des baux venant à échéance le 30 avril ou le 1er mai 1975 pour les prolonger jusqu’au 30 juin 1975. La mesure a été bien accueillie par de nombreux Québécois puisqu’elle évitait aux familles les problèmes liés au transfert des enfants d’une école à l’autre à quelques semaines de la fin de l’année scolaire.

    Depuis, les Québécois et en particulier ceux des villes centre de Québec et Montréal où les locataires sont fortement majoritaires — 65 % à Québec et 75 % à Montréal — ont pris l’habitude de faire coïncider l’entrée en vigueur des baux avec le 1er juillet. On estime qu’entre 200 000 et 250 000 ménages — soit 20 % de tous les ménages locataires du Québec— changent de domicile durant la période de déménagement qui culmine le 1er juillet.

    Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_du_d%C3%A9m%C3%A9nagement

  24. internationaliste

    Très bonne initiative que d’avoir fait ce rajout à ton titre cher Anarcho-Pragmatiste.

    En passant je partage ta haine de l’élite politique et économique canadienne, conservateurs et libéraux confondus.

  25. Nous partageons cette même haine, c’est bien!

  26. Bien dit internationaliste, parce que le peuple canadien, à part voter pour des cons, est quand meme un des peuples les plussss mieux de cette planete moisie. Et je serais fier d’appartenir à cette nation si je n’etais pas deja franco-quebecois. Dis-toi que si la triple-citoyenneté etait possible, j’accepterais surement de l’ajouter dans ton canada egalitaire (qui ne se fera jamais).

  27. « 1-Parce que si vous êtes membre d’une religion reconnue par l’État Canadian, vous avez plus de droits que qu’un citoyen athée. »

    Juste ce point-là a tendance à me faire sauter une coche solide… alors imagine les autres 😉

  28. >>Reblochon, ni François ni moi n’avons dit que la location était illégitime. L’illégitimité de la location est un point de vue partagé par plusieurs anarcho-socialistes mais ce n’est pas notre cas.

    Soyons réalistes. Comment la rente pourrait être légitime, puisque la propriété des terres (et de fait, des biens immobiliers) est la création de fiat de l’État? En particulier au Québec, toute propriété terriennes provient directement des fruits de la Conquête (Française, puis Anglaise) et est illégitime de fait.

    L’illégitimité de la rente est pratiquement une des seules croyances partagées entre les anarcho-collectivistes et les individualistes (y compris Tucker, et les mutualistes). À un moment donné à force de diluer il est question de ce demander combien d' »anarcho » il reste dans l' »anarcho »-pragmatisme.

  29. « toute propriété terriennes provient directement des fruits de la Conquête »

    Ah ! Y a un endroit sur terre où des propriétés terriennes ne viennent pas des fruits de la Conquête ? Encore un qui a mal digéré ses cours d’histoire ! Ca fait depuis le neolithique et donc les debuts de la sedentarisation que l’etre humain s’approprie des propriétés terriennes par des Conquêtes. Qui te dit qu’avant les hurons ou les algonquins, une peuplade ne possedait pas deja ces terres ? Qui es-tu pour dire que quelqu’un est ici chez lui et que l’autre n’y est pas ? Un anarchiste ? Ah ?! J’espere que non.

    Les seuls rentes que je pourrais trouver illegitimes, ce sont celles de l’etat (quand elles ne profitent pas aux peuples), de grosses compagnies (baie d’hudson, etc) et des maudits religieux qui ont volé des terres (et non conquis, il y a une sacré nuance) ! Mais pour un particulier, faut vraiment vivre dans un autre monde pour declarer illegitime la location d’un bien nous appartenant ! On devrait le donner ?

    Si tu possedes une chambre inutilisée dans ta maison BlackBloc, j’aimerai l’occuper gratuitement s’il te plait, vu que tu la possede illegalement. Envois moi ton adresse, j’arrive.

  30. Commentaire très intéressant BlackBloc, je vous reviens!

  31. Noisette, tu peux très bien sauter une coche pour les autres. Ne te gêne pas!

  32. @BlackBloc

    Soyons réalistes. Comment la rente pourrait être légitime, puisque la propriété des terres (et de fait, des biens immobiliers) est la création de fiat de l’État? En particulier au Québec, toute propriété terrienne provient directement des fruits de la Conquête (Française, puis Anglaise) et est illégitime de fait.

    Vous soulevez un TRÈS bon point. J’ai péché par manque de précision. Si on se place sous le contexte du droit de propriété « capitalo-étatiste » défendu par la drouate étatiste et malencontreusement, les libertariens vulgaires, vous avez raison, ces propriétés sont illégitimes puisqu’ils en résultent de la violence étatique. Donc, la rente est, dans les faits, illégitime dans ce contexte.

    Quand j’ai dit que la rente était légitime, j’ai supposé dans ma tête que je me plaçais sous un autre contexte légitime de propriété/possession et de véritable libre-marché (tel que décrit par Carson) que je suis en train de définir (ou redéfinir) selon mon point de vue. Dans ce type de contexte, je crois que la rente est légitime s’il en résulte d’un contrat gré-à-gré entre les parties.

    J’ai bien hâte de lire la réponse de François Tremblay là-dessus.

    Il faudra un jour que je clairifie la question de la propriété/possession, j’y travaille!

    Par contre, je trouve que vous avez la gachette rapide quand vous dites ceci:

    À un moment donné à force de diluer il est question de ce demander combien d’”anarcho” il reste dans l’”anarcho”-pragmatisme.

    Si mon manque de précision dans mon propos fait en sorte que mon anarchisme est « dilué », j’accepte la critique mais mon anarchisme est pas mal moins « dilué » que celle de plusieurs anarchistes libertaires que vous connaissez bien. Ces trois points me chicotent dans leur raisonnement:

    1) Pourquoi serait-il préférable pour le Québec de rester dans le Cacanada?

    2) Il n’y a rien d’anarchiste à faire l’apologie du fémi-fascisme culbécois, imposé par la violence étatique.

    3) Il n’y a rien d’anarchiste à faire l’apologie de la réglementation étatique des syndicats.

    J’y vois bien plus de « dilution » et d’incohérences que dans ma vision de l’anarchisme!

    Mais comme vous avez une sympathie pour l’anarcho-mutualisme, nos désaccords ne sont peut-être pas si profonds que ça!

  33. Oui, je suis d’accord que la rente dans un systeme etatiste est base sur des fausses premisses.

    Quant a la notion que notre Anarchisme est dilue, c’est ce qu’ils disent toujours, les Anarchistes de Marche ne sont pas des vrais Anarchistes, bla bla bla… mais en fait quel est LE STANDARD DE QUI EST UN ANARCHISTE ET QUI NE L’EST PAS? Voici ce que Benjamin Tucker avait a dire sur le sujet:

    « It is a very easy matter to tell who is an Anarchist and who is not. One question will always readily decide it. Do you believe in any form of imposition upon the human will by force? If you do, you are not an Anarchist. If you do not, you are an Anarchist. What can any one ask more reliable, more scientific, than this? »

    Traduction:

    « Il est tres facile de determiner qui est un Anarchiste et qui ne l’est pas. Une seule question peut toujours le decider. Croyez-vous en toute forme d’imposition sur la volonte humaine par la force? Si oui, vous n’etes pas un Anarchiste. Si non, vous etes un Anarchiste. Qui pourrait demander un test plus fiable ou plus scientifique? »

    Si on accepte ce standard, alors je suis autant un Anarchiste que tout autre Anarchiste!

  34. @François

    Oui, je suis d’accord que la rente dans un systeme etatiste est base sur des fausses premisses.

    Voilà!

    Probablement que BlackBloc croyait que nous étions en faveur de ce genre de rente. J’espère qu’il comprendra un peu mieux.

    Quant a la notion que notre Anarchisme est dilue, c’est ce qu’ils disent toujours, les Anarchistes de Marche ne sont pas des vrais Anarchistes, bla bla bla… mais en fait quel est LE STANDARD DE QUI EST UN ANARCHISTE ET QUI NE L’EST PAS?

    Je dirai même plus, il y a certains anarchistes libertaires dont une minorité de positions sont incohérentes avec l’anarchisme ou, à la limite, ils ne m’ont pas encore convaincu de leur cohérence sur ces positions particulières. Par contre, il faut surtout cultiver les ressemblances entre les diverses tendances anarchistes.

    Merci pour les citations de Tucker! Je ne le connais pas assez celui-là.

  35. Bon ben je suis anarchiste alors d’apres ce monsieur. Chouette !

  36. Je ne suis pas certain de ça. Ça a besoin d’un peu plus d’explications, Reblochon.

  37. >>1) Pourquoi serait-il préférable pour le Québec de rester dans le Cacanada?

    Question inintéressante. Pourquoi serait il préférable qu’il parte?

    Le Canada et le Québec sont tous deux des abstractions étatistes. Ni l’un ni l’autre n’est le fruit de l’organisation organique de la société sous forme de fédération, du bas vers le haut, comme les anarchistes promouvoient. À la NEFAC, n’avons nous pas le slogan « Ni Patrie, ni État. Ni Québec, ni Canada. »? Le seul problème que j’ai avec la séparation c’est que de milité pour cela c’est une perte complète d’énergie et de temps. À un moment donné, faut s’ouvrir les yeux. On a déjà les exemples de l’IRA / Sein Fenn pour nous montrer que régler la question nationale apporte pas grand réponse à la vrai question, qui est la question sociale.

    Si ca arrive ca me fera pas un plit, remarque. Mais de la façon que je vois ça, je préfère m’associer avec des anars d’Ontario, des Maritimes et du Nord-Est des USA qu’avec des bourgeois nationaleux. La séparation du Québec nous avance aucunement sur la voie de la révolution sociale, ou en tk les avantages clamés si forts par les séparatistes de gauche ne valent pas les efforts qui devraient être mis pour l’obtenir.

    « Our only nation is the international working class. »

    >>2) Il n’y a rien d’anarchiste à faire l’apologie du fémi-fascisme culbécois, imposé par la violence étatique.

    Ce que je n’ai pas fait, étant donné que je considère encore l’existence de cette chimère comme aussi bien démontrée que celle de l’islamofascisme, i.e. une invention pure et simple de la propagande de droite. Et j’attend encore les exemples de ce que vous attaquez sous ce terme, mon cher.

    >>3) Il n’y a rien d’anarchiste à faire l’apologie de la réglementation étatique des syndicats.

    Et vous me laissez perplexe avec un autre non sequitur.

  38. Et mr. François Tremblay, faites-vous la distinction entre la force dite coercitive (initiée par autrui sur quelqu’un) et la force libératrice (celle initiée en autodéfense contre la force coercitive, ou pour la défense d’une tierce personne qui est victime de violence coercitive)? Parce que même les ‘vulgairetariens’ connaissent la différence.

  39. Je ne vois pas ou vous voulez en venir. Essayez vous de m’accuser d’etre un pacifiste?

  40. @BlackBloc

    Je pense qu’on s’entend sur la question de la rente.

    Pourquoi serait il préférable qu’il parte?

    Parce qu’un Québec séparé serait un gouvernement plus local que le statu quo fédéraleux éternel, ce qui serait un pas dans la bonne direction. Mieux vaut un Québec séparé qu’un statu quo fédéraleux éternel. Mais bien sûr, c’est nettement insuffisant, on s’entend. Maintenant, il faudrait demander aux autres anarchistes libertaires pourquoi il est préférable que le Québec reste dans le Cacanada, et de répondre autre chose que le sempiternel sophisme « séparation=nationalisme ».

    Le seul problème que j’ai avec la séparation c’est que de milité pour cela c’est une perte complète d’énergie et de temps.

    Je n’ai jamais dit le contraire. Et vous me rassurez en me disant que c’est votre seul problème, contrairement à plusieurs autres anarchistes libertaires. Pas question de militer pour le PQ! Par contre (et je ne vous vise pas personnellement), plusieurs anarchistes libertaires (mais pas vous, vous me rassurez) perdent leur à temps à militer pour rester dans le Cacanada, jouant le jeu des corporatistes étatistes.

    « Mais de la façon que je vois ça, je préfère m’associer avec des anars d’Ontario, des Maritimes et du Nord-Est des USA qu’avec des bourgeois nationaleux. »

    Je préfère m’associer avec des anars de toute provenance qu’avec des bourgeois fédéraleux et nationaleux. Mais au moins, je m’entends avec les nationaleux sur la séparation. Les fédéraleux étatistes sont la pire racaille d’étatistes au Québec.

    Mais bon, je suis d’accord avec vos autres propos concernant la séparation.

    Ce que je n’ai pas fait, étant donné que je considère encore l’existence de cette chimère comme aussi bien démontrée que celle de l’islamofascisme, i.e. une invention pure et simple de la propagande de droite. Et j’attend encore les exemples de ce que vous attaquez sous ce terme, mon cher.

    Vous l’avez fait dans vos commentaires chez Ya Basta mais vous avez raison de me réclamer ces exemples. Continuez d’insister, je manque un peu de temps en ce moment pour bien l’exposer. Soyez patient! Faudra que j’écrire une série de billets sur ce sujet bientôt.

    L’islamofascisme existe dans plusieurs pays mais elle n’est pas aussi grave que ce que la drouate étatiste le prétend. Et surtout, elle ne justifie pas la réaction violente et hystérique des autorités étatistes criminelles occidentales. De plus, la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 reste à confirmer. Et d’ailleurs, on pourrait très bien parler de christiano-fascisme, de catho-fascisme, de judaï-fascisme et de beaucoup de religion-fascismes soutenus par l’État dans le monde.

    Maintenant, il faudrait aussi demander à plusieurs autres anarchistes libertaires pourquoi ils appuyent le fémi-fascisme soutenu par la violence étatique.

  41. @BlackBloc

    Concernant les syndicaleux, j’ose croire qu’il est possible que vous ne soyez pas personnellement en faveur de la réglementation étatique des syndicats. Cependant, votre dernier commentaire chez Ya Basta me laisse perplexe.

    L’état est un employeur comme un autre, alors j’ai absolument zéro problème avec l’idée qu’un syndicalisme de combat (CSN) essaie de se battre pour obtenir des concessions, comme le ferait n’importe quel autre syndicat. Ou bien est-ce que l’anarcho-pragmatisme a un problème avec le syndicalisme?

    J’encourage le syndicalisme volontaire. Je n’ai aucun problème à ce que des travailleurs syndiqués défendent leurs droits, négocient ou fassent la grève. Mon problème est la réglementation violente de l’État qui ne reconnait pas le droit à la non-association. Réglementation applaudie par beaucoup d’anarchistes libertaires.

    Et n’associez pas la Congrégation des Syndicaleux Non-progressistes à du syndicalisme de combat. On est loin de Michel Chartrand lors de la Grande Noirceur. Vous insultez l’oeuvre militante de Chartrand en proférant une telle ânerie. Les élites syndicaleuses ne sont pas là pour protéger les pauvres. Ce sont des corporatistes de la classe dominante qui sont là pour défendre une caste de privilégiés contre les pauvres, avec la complicité du gouvernement.

    Mais le plus important, ce serait de demander à plusieurs anarchistes libertaires de nous expliquer pourquoi ils appuient la réglementation étatique des syndicats.

    Un véritable anarchiste se doit de dénoncer cette réglementation sinon il est incohérent dans ce dossier.

  42. Le billet de Ya Basta, pour mes autres lecteurs.

    http://yabastarougeetnoir.wordpress.com/2008/05/04/ma-position-feministe-1ere-partie/

    Et dire que Robert P. le Sceptique du Québec prétend que je ne suis pas assez sceptique!

  43. @BlackBloc

    Et mr. François Tremblay, faites-vous la distinction entre la force dite coercitive (initiée par autrui sur quelqu’un) et la force libératrice (celle initiée en autodéfense contre la force coercitive, ou pour la défense d’une tierce personne qui est victime de violence coercitive)? Parce que même les ‘vulgairetariens’ connaissent la différence.

    Je connais cette différence et François aussi en tant qu’anarchiste de marché, d’autant plus que les « vulgairetariens » le savent (et je dirais même que François le sait encore plus).

    Peut-être est-ce votre définition de « libératrice » qui est différente?

  44. La CSN est une centrale, avec tout ce que cela implique, soit, mais chacun de ses locaux sont relativement indépendants de la machine centraliste, contrairement à la FTQ. Beaucoup de ces locaux font, oui, du syndicalisme de combat. Au grand damn des ‘higher ups’, d’ailleurs. Je connais personellement des militants CSN à Montréal et Sherbrooke qui vont souvent sciemment à l’encontre des volontés de la centrale sur ce point de vue.

    La position de la NEFAC, que je partageais lorsque j’étais membre et partage toujours, est que le combat doit se faire là ou il existe dans la société actuellement. C’est tentant de regarder tout ca de haut d’une tour d’ivoire et de se dire qu’on va juste supporter une organisation que lorsqu’elle va cadrer parfaitement avec nos théories, plutôt que de se mettre sur la tas et de forcer pour amener ces organisations organiques vers nos propres idées. Je suppose que je suis juste un petit peu plus, quel est le mot… pragmatique, que ca.

    Je pense que c’est le problème en général que j’ai avec les anarchistes individualistes, au moins en Amérique. Je vois bcp de théorie et très peu de praxis…

  45. @BlackBloc

    « La CSN est une centrale, avec tout ce que cela implique, soit, mais chacun de ses locaux sont relativement indépendants de la machine centraliste, contrairement à la FTQ. Beaucoup de ces locaux font, oui, du syndicalisme de combat. Au grand damn des ‘higher ups’, d’ailleurs. Je connais personellement des militants CSN à Montréal et Sherbrooke qui vont souvent sciemment à l’encontre des volontés de la centrale sur ce point de vue. »

    Bon point!

    Je préfère votre position concernant les syndicats que celle de beaucoup d’anarchistes libertaires qui sont en faveur de la réglementation étatique des syndicats.

    « La position de la NEFAC, que je partageais lorsque j’étais membre et partage toujours, est que le combat doit se faire là ou il existe dans la société actuellement. C’est tentant de regarder tout ca de haut d’une tour d’ivoire et de se dire qu’on va juste supporter une organisation que lorsqu’elle va cadrer parfaitement avec nos théories, plutôt que de se mettre sur la tas et de forcer pour amener ces organisations organiques vers nos propres idées. Je suppose que je suis juste un petit peu plus, quel est le mot… pragmatique, que ca. »

    En général, je suis d’accord avec votre propos mais faites attention aux associations nuisibles du type « libertaire-gau-gauche étatiste » et « libertarien-drouate étatiste ». Souvent cela a mené le mouvement anarchiste à des dérives violentes et totalitaires qui n’avaient plus rien à voir avec l’anarchisme.

    « Je pense que c’est le problème en général que j’ai avec les anarchistes individualistes, au moins en Amérique. Je vois bcp de théorie et très peu de praxis… »

    Pas tout à fait d’accord. On peut peut-être y reprocher cela à Carson à la limite si vous voulez (mais plusieurs anarchistes libertaires sont encore plus théoriques) mais je suppose que vous devriez en lire un peu plus sur les anarchistes de marché, sur l’agorisme et le volontarisme. Eux aussi peuvent proposer des choses intéressantes, comme celle de développer une économie parallèle au noir réduisant peu à peu les revenus de l’État.

    Et même dans le cas de Carson, il a su définir ce qu’était vraiment un libre-marché, ce que n’ont pas fait les anarchistes libertaires.

  46. Salut Anarcho. Ça brasse toujours autant par chez vous! Heureux de voir que tu vas bien. Ton argument 6 est poussé un peu. Ça fait dans le sophisme…. On pourrait également dire que l’état (dans sa forme actuelle, c’est-à-dire complice de l’entreprise privée) applique la méthode « starve the beast », permettant ainsi de faire la promotion d’une alternative parce que le système public ne peut répondre à la demande, faute de budget, faute de personnel et par une bureaucratie qui a été bousillée par les libéraux de toutes façons (agences régionales).

  47. @Lutopium

    Bon retour!

    Je maintiens mon point 6, mais ton commentaire est intéressant. En effet, on peut améliorer le système de santé même s’il demeure soviétisé, les hôpitaux anglophones en sont un bon exemple. De plus, il faut rappeler que j’abhorre les PPP qui n’est qu’une socialisation des risques pour une privatisation des profits. Quand je parle de permettre la concurrence privée en santé, je ne parle surtout pas des PPP, soyons clairs!

%d blogueurs aiment cette page :