Affaire Ti-Cul-S: une contradiction populiste

Voici une déclaration intéressante de Claude Petit-Bedeau, analyste des médias et ex-animateur de radio ennuyant, qui illustre une contradiction populiste de la part de plusieurs personnes à Québec, en particulier à l’ADQ (quelle surprise!) et chez le démago-maire de l’adéquistan de Culbec Régis « je-me-moi » Labeaume, concernant l’affaire de la fermeture de la salle de nouvelles de Ti-Cul-S. Je vous suggère aussi de lire ce billet du fémi-fasciste de gau-gauche homme-rose-moumoune (selon Arnold S.!) André Dorais, qui illustre très bien le point de vue libertarien sur l’affaire Ti-Cul-S.

Réglons un problème philosophique intéressant : vous vous souvenez de la bataille de CHOI et du maudit CRTC? Vous avez une vaste frange de la population à Québec dont l’attitude vis-à-vis le CRTC, c’est «Maudit CRTC à marde, on devrait se débarrasser de ça». Et ce qui est très amusant dans le dossier qui nous occupe, c’est qu’il y a soudainement plein de ces ténors qui vont dire : il faut que le CRTC fasse quelque chose. Il faudrait peut-être qu’on dispose de la question : on veut-tu un gouvernement qui intervient ou on veut un gouvernement qui laisse faire et qui laisse le marché marcher?

Pensez-y!

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :