Séparatisme n’est pas synonyme de nationalisme péquiste

Tel que promis, voici un retour sur la séparation du Québec. Comme vous le savez (sinon allez voir ceci), en réaction à mon précédent billet sur l’appui anarcho-pragmatiste à la séparation du Québec, la blogueuse Arwen de Ya Basta! (Olivia de Reactionism Watch EDIT: Elle a quitté Reactionism Watch.) a consacré sa citation de la semaine dernière à un passage très intéressant du blogueur Farruco dans Voix de faits:

La question à mille balles: pourquoi les anars sont contre les nationalismes? Vous avez déjà vu un nationalisme inclusif? NON, sauf dans les belles paroles des nationaleuSEs gauchisantEs. Vous avez déjà vu un nationalisme mener à quelque chose de positif? NON, l’ex-Yougoslavie, l’actuelle Russie et plusieurs autres exemples historiques vous le prouveront. Vous avez déjà vu un nationalisme profitable pour touTEs? NON. On y recrée toujours le même système d’exploitation, même « entre nous ». Les friquéEs exploitent toujours les masses, qu’elles soient nationales ou immigrantes.

(Point de vue personnel en passant avant de continuer: je déteste toute cette féminisation inutile du français et ces « E » qui alourdissent inutilement les textes. Mais faites ce que vous voulez: c’est quand moins pire que le très idiot « Québécois et Québécoises » des politiciens fémi-fascistes!)

Je tiens à préciser: l’anarcho-pragmatisme est tout à fait en accord avec cette citation. Encore plus, même si l’anarcho-pragmatisme abhorre encore plus l’étatisme populiste à la sauce ADQ ou pire encore, l’étatisme corporatiste fédéraleux à la sauce PLQ, il déteste aussi le programme politique du PQ, son nationalisme vertueux et son étatisme de centre-gau-gauche-caviar (mais de moins en moins à gauche) syndicaleuse et fémi-fasciste. De plus, je n’ai jamais été et je ne suis pas un membre du PQ ni de quelconque parti politique, et je n’encouragerai jamais les anarchistes à le devenir.

Par contre, cette citation n’est pas un argument contre la séparation du Québec. Encore une fois, vous basez encore votre argumentation sur le même crisse de syllogisme fallacieux vomi par la progagande étatiste et les medias-poubelles fédéraleux depuis des années, pour faire peur au monde:

Le PQ est nationaleux.
Le PQ est séparatiste.
Donc séparation=nationalisme.

De plus, comparer le Québec (une province canadian politiquement parlant) avec des fédérations aussi tyranniques et centralisées comme la Yougoslavie et la Russie actuelle, c’est de sombrer dans une exagération crasse digne de la propagande étatiste et des médias-poubelles fédéraleux. Tant qu’à y être, pourquoi une telle comparaison ne tiendrait pas avec la fédération canadian, même si elle est beaucoup moins tyrannique que la Russie et la Yougoslavie? Au moins, cela serait plus logique: le Canada est lui-même une fédération de plus en plus centralisée, ce qui n’est pas le cas du Québec, lui-même victime de ce fédéralisme dominateur qui le condamne à un étatisme de plus en plus tentaculaire et obèse. Êtes-vous contre la séparation des anciennes républiques soviétiques, des anciennes provinces yougoslaves, du Kosovo, de la Slovaquie, du Tibet, du Dagestan, de l’Abkhazie, de l’Ossétie du Sud, du Vermont et de l’Alberta? Êtes-vous contre l’existence même de la Palestine et d’Israël? J’ose croire que la réponse est non et que votre raisonnement s’appliquera aussi au Québec, sans pour autant appuyer le nationalisme péquiste et tout en continuant de se battre pour nos idées anarchistes avant et après la séparation du Québec.

Relisez mon premier billet sur la séparation du Québec et vous allez comprendre que l’anarcho-pragmatisme n’appuiera jamais le nationalisme, peu importe lequel, incluant le nationalisme québécois ET le nationalisme canadian. N’oubliez pas non plus le nationalisme canadian qui fait en sorte que les CONtribuables du Québec sont forcés de payer pour des guerres impérialistes illégitimes!

En relisant mon billet, vous comprendrez que les anarcho-socialistes et les libertariens qui n’appuient pas la séparation sont complices de l’étatisme de plus en plus tentaculaire et obèse en cours au Québec présentement. Ce n’est quand même pas cela que vous voulez!

Une chose à retenir: séparation n’est pas synonyme de nationalisme péquiste. Et ce n’est pas parce que la progagande étatiste et des médias-poubelles fédéraleux répéte inlassablement depuis des années que ces deux expressions sont synonymes, en se basant sur ce syllogisme fallacieux pour vous faire peur, que cela est vrai!

P.S.: Arwen, ne le prenez pas personnel. Vous n’êtes pas la seule à incorporer ce syllogisme fallacieux dans votre pensée. De nombreux fédéraleux étatistes, libertariens et anarcho-socialistes émotifs ont le même problème que vous. Faut dire que la stratégie politicailleuse péquiste des dernières années n’a pas aidé! Votre blogue est fort intéressant et je le recommande à tous.

Publicités

36 Réponses

  1. Attends, si j’ai bien compris c’est une nationaliste canadienne qui se plaint du nationalisme ? Une personne qui est dans le camp de ceux qui distribuent des drapeaux pour eduquer les gens d’un ocean à l’autre ? De ceux qui combattent la nation quebecoise au nom de la nation canadienne. De ceux qui desinforment et manipulent les nouveaux arrivants et certains groupes ethniques en les fanatisans à coup de nationalisme du plusss beau pays du monde et cela en traitant les independantistes de gens intolerants, racistes, refermés sur eux memes ?

    Je ne sais pas, mais si il y a bien une chose qui pourrait faire baisser le nationalisme tant au Canada qu’au Quebec, c’est bien l’independance du Quebec. Une fois obtenu, fini les chicanes nationalistes, on passera à autre chose de plus constructif. Et les nationalistes de tous bords seront aussi heureux d’etre enfin chez eux sans avoir à supporter un courant separatiste pour les uns, une nation etrangere dominante pour les autres.

    La souveraineté, on a tous à y gagner. C’est pourtant simple à comprendre. Regardez le bordel actuel tant à Ottawa qu’à Quebec !

  2. @Reblochon

    Attention! Arwen est loin d’être une nationaliste canadienne. Je n’ai rien dit de tel. C’est une anarcho-communiste qui n’en a rien à foutre, ni du Canada, ni du Québec. Allez voir son blogue et Reactionism Watch. Ce billet s’adresse aussi aux anarchistes de tout acabit et critique la propagande fédéraleuse.

    Pour le reste, je suis d’accord avec le reste de votre commentaire.

  3. Je ne la connais pas. C’etait plus une question qu’autre chose. … Une communiste ! Sans rire, ca existe encore ?! C’est compatible avec l’anarchie ?!

    Je me demande comment elle peut bien compter imposer le communisme sans le nationalisme et surtout avec l’anarchisme. Amusant comme concept.

    Et vous, avez-vous déjà vu le communisme mener à quelque chose de positif ?

  4. Je laisse à Arwen le soin d’y répondre et j’y reviendrai.

  5. Je suis complètement claquée ce soir (j’vais avoir une fin de semaine de fou; criss de rush !). Reblochon, pour une explication de mon orientation politique, je te réfère à mon article «Communiste libertaire, pourquoi ?» (http://yabastarougeetnoir.wordpress.com/2007/08/18/communiste-libertaire-pourquoi/).

  6. J’ai lu ton article et je vais y répondre plus tard.

  7. C’est dans ta tête –et aussi dans celle de quelques poignées de socialistes– que le séparatisme n’égale pas le nationalisme.

    J’ai vécu la crise du Lac Meech, le référendum de Charlottetown, la première élection du Bloc, l’élection du PQ, le référendum de 1995 et finalement la descente aux enfers des 10-12 dernières années. Je suis désolé mais la séparation a besoin d’une poussée de fièvre nationaliste. Sans exacerbation du sentiment nationaliste, il n’y a aucune chance de réussir. On l’a bien vu, quand les nationalistes polissent leurs discours et ne font appel qu’à la raison, leur cote de popularité dégringole. … Et c’est vrai des deux bords du nationalisme (les fédéralistes font la même chose).

    Avec ce qu’on voit depuis un an et demi, deux ans (le vieux nationalisme réactionnaire qui relève la tête), j’ai surtout pas envie de réveiller la bête!

    Par ailleurs, je vois mal comment qui que ce soit d’autre que le PQ pourra faire du Québec un pays à plus ou moins brève échéance. De plus, advenant un référendum gagnant, c’est ridicule de croire que le PQ va éclater. On va avoir droit à un super épisode de solidarité nationale et d’appel à l’unité. Les préoccupations sociales vont être balayé sous le tapis. C’est ça qu’ils ont fait les deux fois où ils ont perdu alors imaginez s’ils gagnent! Le PQ va en ressortir renforcé. D’ailleurs, il n’y a pas un pays dans le monde qui a fait son indépendance et qui a vu le parti qui a fait l’indépendance qui a éclaté.

    Objectivement, appuyer l’indépendance c’est soit appuyer le PQ indirectement soit se mettre à la merci de tous les chantages politiques.

  8. […]

    Les anarchistes ne peuvent par rester «neutres» dans les luttes anti-impérialistes. Qu’il s’agisse des luttes contre l’endettement du tiers monde, contre l’occupation israélienne en Palestine, de l’opposition aux interventions militaires américaines au Moyen Orient, nous ne sommes pas neutres, nous ne pouvons pas être neutres si nous sommes contre l’impérialisme.

    Mais nous ne sommes pas nationalistes. Nous reconnaissons que l’impérialisme tire son origine du capitalisme, et que remplacer des élites étrangères par des élites locales ne servira en rien les intérêts de la classe ouvrière et paysanne.

    La création de nouveaux États-nations revient à créer de nouveaux États capitalistes au service des élites locales, aux dépens de la classe ouvrière et paysanne. La plupart des mouvements nationalistes qui ont «réussi» se sont tournés contre les ouvriers; une fois qu’ils ont accédé au pouvoir, ils ont réprimé violemment la gauche et les syndicats. En d’autres termes, l’oppression se poursuit sous d’autres formes à l’intérieur du pays.

    Et cela ne détruit pas l’impérialisme. Les États indépendants font partie du système international des États et du système capitaliste international, où ce sont les États impérialistes qui ont le pouvoir d’imposer les règles du jeu. En d’autres termes, l’oppression extérieure se poursuit sous d’autres formes.

    Cela signifie que tous les États — et les capitalistes qui les contrôlent — sont bien incapables de remettre en question sérieusement le contrôle impérialiste, qu’ils cherchent plutôt à faire progresser leurs intérêts dans le cadre général de l’impérialisme. Les nouveaux États conservent des liens économiques étroits avec les pays occidentaux du Centre, tout en utilisant leur pouvoir d’État pour construire une force à eux, dans l’espoir d’accéder eux-mêmes au statut d’États impérialistes. La manière la plus efficace pour la classe dominante locale de développer le capitalisme local, c’est de briser les mouvements des ouvriers et des petits paysans pour pouvoir vendre bon marché les matières premières et des produits manufacturés sur le marché mondial.

    Ce n’est évidemment pas une solution. Il faut abolir l’impérialisme pour créer les conditions de l’autogestion de tous les gens dans le monde entier. Mais cela exige la destruction du système capitaliste et du système étatique. En même temps, notre lutte est une lutte contre les classes dirigeantes du tiers monde: l’oppression locale n’est pas non plus une solution. Les élites indigènes sont nos ennemis tant au sein des mouvements de libération nationale qu’après la formation de nouveaux États-nations. Seule la classe ouvrière et paysanne peut détruite l’impérialisme et le capitalisme, et remplacer la domination par les élites locales et étrangères par l’autogestion, l’égalité économique et sociale.

    Voilà pourquoi nous sommes favorables à l’autonomie de la classe ouvrière, à l’unité et à la solidarité internationales, entre les pays et les continents, et pour la création d’un système international anarcho-communiste par l’activité autonome de tous les ouvriers et paysans. Comme le disait Sandino, «dans cette lutte, seuls les ouvriers et les paysans iront jusqu’au bout.»

    […]

  9. Lucien van der Walt a dit:

    seuls les ouvriers et les paysans iront jusqu’au bout

    Huumm… Le seul problème que je vois c’est qu’il y a de moins en moins de paysans et de moins en moins d’ouvriers….Ton projet n’est pas promis à un brillant avenir.

  10. De deux choses l’une. Primo, «Seul les ouvriers et les paysans» c’est une citation de Sandino (il y a quoi, 100 ans?). Deuxio, si on porte un regard global sur notre monde, il y a autant, sinon plus, d’ouvriers et de paysans qu’avant.

  11. L’égalité économique et sociale quand il n’y aura plus d’etat ! Deja qu’avec ca n’existe pas vraiment car les grosses compagnies ont le dessus… alors sans l’etat et son influence (dicté par l’electorat et les sondages) je me marre d’avance. L’anarchie comme decrite, Mosanto en reve tous les soirs !

  12. Quant au pQ, en effet peu de pays on vu le mouvement qui les a portés à l’independance se faire ecarter du pouvoir par la suite. Mais c’etait des partis totalitaires generalement. Aucune comparaison avec ce qui nous concerne. Il y a au sein du PQ un courant de droite minoritaire, un courant de centre plus important, un social-democrate et un radical de gauche. Je vous epargne les petits pourcentages de fanatiques fachos de l’extreme-gauche ou de l’extreme-droite. Un parti comme celui-là sans la cause independantiste est voué à l’explosion directement apres que ce but est ete atteint. Je serais le premier à dechirer ma carte de parti et fuir cette bande de rigolos !

    Et oui le separatisme est lié avec le nationalisme, ce qui ne veut pas dire qu’apres la victoire les independantistes seront des nationalistes ! Une fois libre, comptez sur moi pour vaquer à d’autres luttes, comme celle contre les OGM, les changements climatiques, les invasions minables de l’Irak ou l’Afghanistant, etc…

    Le peuple quebecois fera bien ce qu’il veut de son pays… c’est ca le but de l’independance et rien d’autre. Etre maitre et responsable de ses actes et de ses choix. Moi mon combat s’arretera à ce moment, je laisse la democratie decider du reste.

    Donc independantiste = nationaliste provisoire (dans certains cas).

  13. Hé Reblochon, il n’a jamais été question d’abolir l’État tout en laissant le capital debout. C’est pour ça qu’on parle de socialisme ou de communisme libertaire.

  14. Faire tomber le capital… allez-y je vous regarde faire hin hin hin !

    Personnellement, je prefere encore aller me battre contre des moulins à vent. Une chose est sure, la nature a horreur du vide. Si vous abbatez le capital, ca sera pour faire naitre quelque chose de peut-etre pire. Je prefere combattre ce que je connais en ne l’eliminant pas, mais en le controlant. C’est bien plus interessant. Vous devriez regarder le film : Moi y’en a vouloir des sous ( http://french.imdb.com/title/tt0070401/ ), ca correspond tout à fait aux idees communistes. C’est un de mes films cultes. Si c’est pour faire cela, je vous suis.

  15. @Nicolas

    C’est dans ta tête –et aussi dans celle de quelques poignées de socialistes– que le séparatisme n’égale pas le nationalisme.

    En quoi ce raisonnement médiocratique prouve que je n’ai pas raison? Démocratie n’égale pas nécessairement vérité! Vous répétez mot pour mot ce que disent les campagnes de peur fédéraleuses depuis des années. J’espère que cela ne veut pas dire que vous croyez que cette progagande médiatique est vraie. Tant qu’à y être, est-ce le fédéralisme dominateur canadian égale le nationalisme canadian?. Et SVP, ne confondez pas ce fédéralisme néo-colonial au fédéralisme autogestionnaire de Proudhon!

    J’ai vécu la crise du Lac Meech, le référendum de Charlottetown, la première élection du Bloc, l’élection du PQ, le référendum de 1995 et finalement la descente aux enfers des 10-12 dernières années. Je suis désolé mais la séparation a besoin d’une poussée de fièvre nationaliste. Sans exacerbation du sentiment nationaliste, il n’y a aucune chance de réussir. On l’a bien vu, quand les nationalistes polissent leurs discours et ne font appel qu’à la raison, leur cote de popularité dégringole. … Et c’est vrai des deux bords du nationalisme (les fédéralistes font la même chose).

    Et ces événements ne sont pas suffisants pour vous prouver que la situtation socio-politique du Québec est bloquée et condamnée à un étatisme de plus en plus tentaculaire et obèse. Tabarnak, ça vous prend quoi?

    De plus, vous confondez encore la politicaillerie péquiste avec la séparation du Québec proprement dit. Encore le crisse de syllogisme à la con. C’est certain que ça prend une poussée du nationalisme chez les tenants de l’étatisme pour que le référendum soit gagnant, ai-je dit le contraire?

    Au moins, vous reconnaissez que les fédéraleux font la même chose que les nationaleux. Mais quand c’est canadian, c’est moins grave? Tout de même, c’est un début mais pourquoi êtes-vous alors complices du maintien de la sempiternelle chicane « fédéraleux vs nationaleux » en n’appuyant pas la séparation du Québec?

    Avec ce qu’on voit depuis un an et demi, deux ans (le vieux nationalisme réactionnaire qui relève la tête), j’ai surtout pas envie de réveiller la bête!

    Rien à voir avec le PQ et la séparation du Québec. C’est le PLQ (des fédéraleux) qui a paniqué et qui a fait une commission-propagande faisant la promotion du multiculturalisme d’État et l’ADQ avec son populo-drouatisme étatiste à la sauce sarko-duplessienne qui en a fait son principal programme électoral. LE PQ S’EST FAIT REPROCHER DE NE PAS AVOIR ASSEZ RÉAGI DANS CETTE HISTOIRE ET CELA LEUR A COÛTÉ TRÈS CHER! BRANCHEZ-VOUS, CALVAIRE!

    Par ailleurs, je vois mal comment qui que ce soit d’autre que le PQ pourra faire du Québec un pays à plus ou moins brève échéance.

    Tout de même moins pire que les Verts Suicidaires ou l’ADQ!

    De plus, advenant un référendum gagnant, c’est ridicule de croire que le PQ va éclater. On va avoir droit à un super épisode de solidarité nationale et d’appel à l’unité. Les préoccupations sociales vont être balayé sous le tapis. C’est ça qu’ils ont fait les deux fois où ils ont perdu alors imaginez s’ils gagnent! Le PQ va en ressortir renforcé. D’ailleurs, il n’y a pas un pays dans le monde qui a fait son indépendance et qui a vu le parti qui a fait l’indépendance qui a éclaté.

    Vous décrivez la situation qui aura lieu au début de la séparation. Je n’ai pas dit le contraire. Mais il faudra débattre de la réduction de la taille de l’État, ce qui ne sera pas fait si on reste dans le Canada. En ce qui concerne le corporatisme, dois-je vous rappeler que l’ADQ et le PLQ sont encore pires que le PQ. Pourquoi est-ce toujours moins grave quand ce ne sont pas les péquistes? Pensez-vous sérieusement qu’on va devenir moins corporatiste en restant dans le Canada? Hohoho, plutôt croire au Père Noël!

    Objectivement, appuyer l’indépendance c’est soit appuyer le PQ indirectement soit se mettre à la merci de tous les chantages politiques.

    Objectivement, appuyer le fédéralisme néo-colonial, c’est soit appuyer indirectement le Parti Libéral ou les CONservateurs, soit appuyer indirectement l’État de plus en plus tentaculaire et obèse, soit appuyer indirectement la guerre en Afghanistan, soit se mettre à la merci des chantages politiques des fédéraleux.

  16. @Roblochon

    Quant au PQ, en effet peu de pays on vu le mouvement qui les a portés à l’independance se faire ecarter du pouvoir par la suite. Mais c’etait des partis totalitaires generalement. Aucune comparaison avec ce qui nous concerne. Il y a au sein du PQ un courant de droite minoritaire, un courant de centre plus important, un social-democrate et un radical de gauche. Je vous epargne les petits pourcentages de fanatiques fachos de l’extreme-gauche ou de l’extreme-droite. Un parti comme celui-là sans la cause independantiste est voué à l’explosion directement apres que ce but est ete atteint. Je serais le premier à dechirer ma carte de parti et fuir cette bande de rigolos!

    Et oui le separatisme est lié avec le nationalisme, ce qui ne veut pas dire qu’apres la victoire les independantistes seront des nationalistes ! Une fois libre, comptez sur moi pour vaquer à d’autres luttes, comme celle contre les OGM, les changements climatiques, les invasions minables de l’Irak ou l’Afghanistan, etc… Le peuple quebecois fera bien ce qu’il veut de son pays… c’est ca le but de l’independance et rien d’autre. Etre maitre et responsable de ses actes et de ses choix.

    Tout à fait d’accord!

    Moi mon combat s’arretera à ce moment, je laisse la democratie decider du reste.

    Il ne faudrait pas faire cette erreur par contre, au contraire, il faudra se battre encore plus. Abandonner son pouvoir citoyen aux mains des partis politiques et des bureaucrates n’est pas la solution, même si le Québec se sépare.

    Donc independantiste = nationaliste provisoire (dans certains cas).

    Et mieux encore, on se débarrasse du nationalisme et de l’étatisme à la sauce canadian.

  17. @Reblochon

    L’égalité économique et sociale quand il n’y aura plus d’état ! Deja qu’avec ca n’existe pas vraiment car les grosses compagnies ont le dessus… alors sans l’etat et son influence (dicté par l’electorat et les sondages) je me marre d’avance. L’anarchie comme decrite, Mosanto en reve tous les soirs !

    Et si ces inégalités inacceptables étaient en majeure partie causées par l’État?

    En ce qui concerne Monsanto, l’État en est responsable en niant le droit de possession ou de propriété des paysans.

  18. @Lucien van der Walt

    Un autre qui confond « nationalisme » et « séparatisme » et qui se fait baiser par ce putain de syllogisme à la con.

    Votre commentaire est fort intéressant et il contient plusieurs points légitimes mais je ne vois comment on pourra abolir l’impérialisme et améliorer la situation en restant dans le Cacanada, d’autant plus qu’actuellement les CONtribuables du Québec doivent financer des guerres impérialistes illégitimes alors que ce ne serait pas nécessairement le cas dans un Québec séparé.

    Les anarchistes ne peuvent par rester «neutres» dans les luttes anti-impérialistes. Qu’il s’agisse des luttes contre l’endettement du tiers monde, contre l’occupation israélienne en Palestine, de l’opposition aux interventions militaires américaines au Moyen Orient, nous ne sommes pas neutres, nous ne pouvons pas être neutres si nous sommes contre l’impérialisme.

    Mais en restant dans le Canada, les CONtribuables Québécois sont forcés de financer cet impérialisme et ces interventions militaires illégitimes.

    Mais nous ne sommes pas nationalistes. Nous reconnaissons que l’impérialisme tire son origine du capitalisme, et que remplacer des élites étrangères par des élites locales ne servira en rien les intérêts de la classe ouvrière et paysanne.

    Tout à fait d’accord avec vous. Mais ça n’a rien à voir avec la séparation du Québec! En quoi la situation sera-t-elle moins pire en restant dans le Cacanada?

    La création de nouveaux États-nations revient à créer de nouveaux États capitalistes au service des élites locales, aux dépens de la classe ouvrière et paysanne. La plupart des mouvements nationalistes qui ont «réussi» se sont tournés contre les ouvriers; une fois qu’ils ont accédé au pouvoir, ils ont réprimé violemment la gauche et les syndicats. En d’autres termes, l’oppression se poursuit sous d’autres formes à l’intérieur du pays.

    Et cela ne détruit pas l’impérialisme. Les États indépendants font partie du système international des États et du système capitaliste international, où ce sont les États impérialistes qui ont le pouvoir d’imposer les règles du jeu. En d’autres termes, l’oppression extérieure se poursuit sous d’autres formes.

    Cela signifie que tous les États — et les capitalistes qui les contrôlent — sont bien incapables de remettre en question sérieusement le contrôle impérialiste, qu’ils cherchent plutôt à faire progresser leurs intérêts dans le cadre général de l’impérialisme. Les nouveaux États conservent des liens économiques étroits avec les pays occidentaux du Centre, tout en utilisant leur pouvoir d’État pour construire une force à eux, dans l’espoir d’accéder eux-mêmes au statut d’États impérialistes. La manière la plus efficace pour la classe dominante locale de développer le capitalisme local, c’est de briser les mouvements des ouvriers et des petits paysans pour pouvoir vendre bon marché les matières premières et des produits manufacturés sur le marché mondial.

    En quoi la situation sera-t-elle moins pire en restant dans le Cacanada?

    Ce n’est évidemment pas une solution. Il faut abolir l’impérialisme pour créer les conditions de l’autogestion de tous les gens dans le monde entier. Mais cela exige la destruction du système capitaliste et du système étatique. En même temps, notre lutte est une lutte contre les classes dirigeantes du tiers monde: l’oppression locale n’est pas non plus une solution. Les élites indigènes sont nos ennemis tant au sein des mouvements de libération nationale qu’après la formation de nouveaux États-nations. Seule la classe ouvrière et paysanne peut détruite l’impérialisme et le capitalisme, et remplacer la domination par les élites locales et étrangères par l’autogestion, l’égalité économique et sociale.

    Voilà pourquoi nous sommes favorables à l’autonomie de la classe ouvrière, à l’unité et à la solidarité internationales, entre les pays et les continents, et pour la création d’un système international anarcho-communiste par l’activité autonome de tous les ouvriers et paysans. Comme le disait Sandino, «dans cette lutte, seuls les ouvriers et les paysans iront jusqu’au bout.»

    D’accord mais les chances de réussite de ce projet sont moins grandes si on reste dans le Cacanada.

  19. Je commence tout juste à me politiser, je ne m’en cache pas, venant d’une famille où l’argument massue lorsqu’on parle de politique est « peu importe pour qui tu votes, tu votes pour un crosseur ». Bref.

    Reste que bon, pour ce que j’en constate, nous ne ressemblons en rien à, par exemple, les habitants de la Colombie-Britannique ou de l’Alberta. Enfin, je crois. Alors, pourquoi pas?

    Enfin, je crois aussi que si bien des Québécois sont frileux à l’idée d’une séparation, c’est qu’ils ne connaissent ni les tenants, ni les aboutissants. Je pose la question : est-ce qu’un gouvernement séparatiste a déjà présenté des chiffres et des données clairs? Est-ce qu’on a déjà expliqué en quoi consistait la séparation? En quoi ça pourrait être favorable au peuple québécois? Quels seraient les avantages?

    Parce que bon, de ce que j’en ai entendu, y’a rien de bien clair là-dedans. Et je peux comprendre que bien des gens se disent « la séparation pour la séparation? Mais pourquoi? ».

    Je rappelle que je n’y connais strictement rien, hein (c’est peut-être pour ça que je size un un peu plus l’opinion du quidam moyen, remarque! ;))

  20. Oups!

    Je me suis laissée emporter… Désolée pour le roman!

  21. J’avoue que mon argument « pour » la séparation est plus que faible. J’ajouterai donc que j’en ai ma claque de donner la moitié de ma paie à un gouvernement qui se fout de mon sort et qui ne m’en redonne pas le 1/100.

    Bleh.

  22. @Chocolyane

    Je commence tout juste à me politiser, je ne m’en cache pas, venant d’une famille où l’argument massue lorsqu’on parle de politique est “peu importe pour qui tu votes, tu votes pour un crosseur”.

    Je suis tout à fait d’accord avec l’idée du « peu importe pour qui tu votes, tu votes pour un crosseur », c’est tout à fait anarcho-pragmatiste comme idée. Par contre, ce n’est pas une excuse pour ne pas s’intéresser à la politique. Ne laissons pas l’État nous opprimer sans savoir ce qui se passe. Au contraire, la meilleure façon de comprendre les effets néfastes de l’étatisme, c’est de s’intéresser à la politique, mais sans être membre d’un parti.

    Reste que bon, pour ce que j’en constate, nous ne ressemblons en rien à, par exemple, les habitants de la Colombie-Britannique ou de l’Alberta. Enfin, je crois. Alors, pourquoi pas?

    Il y a de nombreuses ressemblances pourtant, surtout dans la concordance des valeurs nord-américaines partout au Canada. Par contre, les différences culturelles sont suffisamment importantes pour justifier la séparation du Québec.

    Enfin, je crois aussi que si bien des Québécois sont frileux à l’idée d’une séparation, c’est qu’ils ne connaissent ni les tenants, ni les aboutissants. Je pose la question : est-ce qu’un gouvernement séparatiste a déjà présenté des chiffres et des données clairs? Est-ce qu’on a déjà expliqué en quoi consistait la séparation? En quoi ça pourrait être favorable au peuple québécois? Quels seraient les avantages?

    Peut-être que le PQ est à blâmer pour ne pas avoir suffisamment informé les Québécois sur cette question? Je sais que le PQ et François Legault, ex-ministre des finances, député de Rousseau et critique actuel péquiste aux finances ont déjà présenté un budget hypothétique en cas de séparation.

    http://www.francoislegault.org/fr/pdf/Finances_Quebec_Souverain_Mai2005.pdf

    Dans la blogosphère, il y a beaucoup de séparatistes étatistes qui s’y intéressent et qui ont beaucoup de bons arguments en faveur de la séparation. Certainement que Noisette saurait mieux répondre que moi à ces questions d’un point de vue étatiste.

    De ma perspective anarcho-pragmatiste, je prétends que la séparation du Québec nous aidera à réduire la taille de l’État. Pour le reste, je n’y vois rien de miraculeux et je sais fort bien qu’il faudra aussi combattre l’étatisme après la séparation.

    Parce que bon, de ce que j’en ai entendu, y’a rien de bien clair là-dedans. Et je peux comprendre que bien des gens se disent “la séparation pour la séparation? Mais pourquoi?”

    Encore une fois, Noisette saurait beaucoup mieux répondre que moi à ces question d’un point de vue étatiste.

    Dans ma perspective anarcho-pragmatiste, je propose la séparation dans le but améliorer les chances de réduire la taille de l’État.

    J’avoue que mon argument “pour” la séparation est plus que faible. J’ajouterai donc que j’en ai ma claque de donner la moitié de ma paie à un gouvernement qui se fout de mon sort et qui ne m’en redonne pas le 1/100.

    D’accord, nous sommes surtaxés au Québec et peut-être que ta situation financière (aisée?) ferait hypothétiquement en sorte que tu payes pour les autres et que tu n’en as pas pour ton argent avec le gouvernement. Mais il ne faut pas exagérer, 1/100 c’est trop petit! Tu en reçois beaucoup plus que ça du gouvernement. Même les thinktanks les plus à droite économiquement parlant, comme le Fraser Institute, considèrent que le CONtribuable moyen reçoit 75% de ses impôts en services et que l’État gaspille le 25% restant, ce qui est quand même inacceptable mais pas aussi catastrophique que tu le prétends.

  23. J’avoue que mon argument “pour” la séparation est plus que faible. J’ajouterai donc que j’en ai ma claque de donner la moitié de ma paie à un gouvernement qui se fout de mon sort et qui ne m’en redonne pas le 1/100.

    Chocolyane, je ne vois pas le lien entre ces deux affirmations.

    Ne sois pas désolée, tes « romans » sont les bienvenus!

  24. @ Anarcho : Non, effectivement, il n’y a pas de lien. Mais comme je le spécifie, je me relisais, et je me disais que finalement, j’avais pas grand chose à dire et à apporter.

  25. Et bon, effectivement, j’y vais fort avec mon 1/100. Et non, je ne suis pas particulièrement aisé. Reste que je serais beaucoup plus à l’aise de donner un fort pourcentage de mon salaire, et que celui-ci nous revienne en entier.

  26. Tout à fait d’accord avec toi. Et plus l’État est gros moins il va en donner pour l’argent volé aux CONtribuables.

  27. Bah economiquement c’est facilement jouable de s’en sortir. Rien qu’à comparer aux quelques pays disons comparables aux notres qui ont eu dernierement leur independance. Ils sont tous en pleine croissance. Le classement mondiale du Quebec (en tenant compte qu’il a encore le boulet Canada attaché au pied) est 18eme, imaginons une fois independant ! Surtout que Pratte vient de nous pondre un article mettant en valeur notre reserve de gaz naturel… comme si toutes les autres ressources naturelles n’etaient pas deja un plus, on nous en decouvre d’autres ! :o) et il reste quand meme des federastres pour nous dire que ce n’est pas viable… ils ont surtout peur que le Canada perde des plumes dans l’histoire. Une vache à lait, ce serait dommage pour eux de la perdre.

    Mais de toute facon, ce n’est pas pour des raisons economiques que nous voulons un pays. Ce n’est pas une bonne raison. C’est simplement pour vivre notre vie, avec nos choix, notre responsabilité, sans qu’une nation etrangere vienne nous dicter ce qui est bon ou non ! Exactement de la meme facon qu’un jeune adulte devenu mature quitte ses parents. Pas pour etre plus riche, pas pour etre plus libre, pas parce qu’il n’aime pas ses parents, juste pour une chose … vivre SA vie. Ben c’est pareil pour le peuple quebecois.

  28. @Reblochon

    Tout à fait d’accord. Et en plus, la réduction de la taille de l’État qui devra suivre la séparation va aider l’économie québécoise.

    Faudrait rappeler l’exemple de l’Estonie à ces peureux qui croient que l’état deviendra nécessairement encore plus gros dans un Québec séparé. Pourtant, l’Estonie était encore plus accroché à la mentalité de l’État nounou que le Québec avant d’être séparé.

  29. Une chose est sûre cependant: on ne changera pas d’opinion à travers ce débat (nous sommes trop « campés » sur nos positions). J’ai davantage l’impression qu’on se dirige vers un débat sans fin. En tout cas…

  30. Arwen, c’est fort possible mais je vous pose une question: comment améliore-t-on la situation en restant dans le Cacanada et comment détériore-t-on la situation en se séparant?

  31. Bon. On a finit par s’entendre. 😉

  32. Je t’ai répondu dans un article que j’ai écrit aujourd’hui (sur mon blogue). Cette réponse n’est pas complète; mais au moins, le débat pourra continuer (de toute façon, je pense que nous sommes tous deux pris dans le « rush » de la fin de session).

  33. Ah et en passant; j’sais pas si c’est WordPress qui fait des siennes ce soir, mais ton blogue sort vraiment mal (fond blanc, aucune image et tout le texte est tassé à gauche). Peut-être que ce n’est qu’un problème techique aussi…

  34. Désolée de te laisser autant de commentaires: le problème au sujet de l’affichage de ton blogue vient d’IE. Je viens de changer de navigateur (Mozilla Firefox) et c’est correct.

%d blogueurs aiment cette page :