CRISSES DE CAVES! Anarkhia et l’apologie de la violence

Je m’efforce d’être le plus pragmatique possible dans ce blogue mais il ne faut non plus pas évacuer toute émotivité dans son discours, surtout quand on constate l’apologie de la violence faite par certains anarcho-socialistes. Allez voir ce vidéo-poubelle (celui sur la bombe fumigène) dans le site du Collectif Anarkhia et vous comprendrez pourquoi je réagis ainsi.

Faut vraiment être trop émotif ou idiot pour croire que la violence est un principe anarchiste et que la violence peut aider la cause. Au contraire, c’est de la chair à canon pour les dénigreurs libertariens et étatistes et cela nuit à la cause anarcho-socialiste.

Pour l’anarcho-pragmatisme, le seul prétexte valable pour qu’un individu utilise la violence, c’est lorsque le droit de vivre de cet individu est menacé. Idéologiquement, l’anarchisme est non-violent (sauf si le droit de vivre est menacé) et dénonce la violence de l’État.

Voici mon cri du coeur aux anarcons qui font l’apologie de la violence: vous êtes des CRISSES DE CAVES!

Note: Une citation de Normand Baillargeon dans L’ordre moins le pouvoir: « Une autre tendance regrettable consiste à exhalter, pour s’y cantonner exclusivement, une face très sombre de l’anarchisme, qui fut pourtant brève et vite répudiée dans l’histoire du mouvement. Ce repli se présente sous des formes et à des degrés divers, mais c’est bien lui qui agit dans ces tendances à l’irrationalisme auxquelles les anarchistes n’ont pas toujours su résister comme dans ces déplorables appels impressionnistes à la violence. »

Précision: Il ne s’agit pas ici de disqualifier l’ensemble des membres du Collectif Anarkhia. Plusieurs membres de ce Collectif sont de véritables anarchistes anti-violence et il faut aussi le souligner. Par contre, il fallait dénoncer cette apologie de la violence qui nuit au mouvement anarchiste. Désolé à ceux que j’ai pu blesser.

Publicités

27 Réponses

  1. D’accord pour refuser l’apologie de la violence (encore qu’il faudrait définir ce qui est violent). Par contre, je pense que tu es dans le champ quand tu dit que l’anarchisme est idéologiquement non-violent. C’est de la bullshit. Il y a bien sur quelque anarchistes non-violent mais, globalement, l’anarchisme a toujours défendu le droit à l’autodéfense. La violence peut être légitime dans certains cas.

  2. Nicolas, je vous annonce que nous sommes d’accord!

    Dans un billet précédent, j’ai défini le droit de vivre comme étant le droit à des conditions minimales pour vivre décemment en plus du droit ne pas être agressé: i.e. de ne pas être agressé physiquement et dans ses possessions (je ne parle pas de la propriété ici).

    Par contre, dans ce billet, j’ai mentionné que: « le seul prétexte valable pour qu’un individu utilise la violence, c’est lorsque le droit de vivre de cet individu est menacé.

    Ce qui inclut donc le droit à l’autodéfense: encore là, il ne s’agit pas réellement d’une agression.

    Peut-être que je devrais y revenir dans un prochain billet…

  3. Wow! Ça c’est un cri du coeur comme je les aime!

    Le mot anarcon figure dans mon lexique de termes préférés pour désigner ce genre de cons auxquels tu fais allusion dans ton texte.

    Vraiment frustrant d’avoir des gens qui se réclament d’un mouvement alors qu’ils le discréditent totalement.

    Puis ça, c’est vrai pour tous les mouvements.

  4. Merci Noisette pour ton commentaire. Tout à fait d’accord!

  5. Je dois rendre à Noisette que le terme « anarcon », que je lui ai emprunté pour titrer un de mes billets, et que l’hôte ici a pointé, est une belle invention : merci à vous deux!

  6. Excellente invention, en effet!

  7. J’veux pas jouer le rôle d’la casseuse de party, mais «anarcon» vient du MLNQ.

  8. @ Arwen : Ça doit bien être la seule chose que j’ai en commun avec ce groupe parce que franchement, je ne le savais pas!

  9. De toute façon, les acrobaties langagières ne sont la propriété de personne. 🙂

  10. Information intéressante. Merci Arwen!

    À part l’appui à la séparation du Québec et une certaine reconnaissance pour les premiers Patriotes, je n’ai rien en commun avec le MLNQ.

    Les anarcons sont les anarchistes qui font l’apologie de la violence, rien d’autre. Ne pas généraliser pour tous les anarchistes comme le MLNQ l’a fait.

    WOW, deux femmes dans mon blogue! Yééééé!

  11. J’utiliserais l’expression «plus radical que moi tu meurs» pour décrire ce type de militants d’extrême-gauche. J’étais présente à une conférence qui fut donnée par Francis Dupuis-Déri et Marc-André Cyr à l’AgitéE, le 28 mars dernier (après une manif anti-militariste) et un gars dans la salle a lancé un appel à l’insurrection.

    Oui j’suis anarchiste; mais ce genre d’attitude m’enrage plus que d’autre chose.

  12. Bravo Arwen!

    Dommage que ce gars-là ne comprenne pas que ce genre de comportement nuit à sa propre cause.

  13. Après m’être fait taper sur les doigts pour avoir utiliser ce terme (anarcon), une amie m’en a trouvé un meilleur: anarchiant.

  14. « De toute façon, les acrobaties langagières ne sont la propriété de personne » – Elle n’avance cependant à rien. Basta du sectarisme! l’anarchisme se construit de la diversité des stratégies. Et puis, associer violence à la destruction matérielle est un pas. Si vous croyez en une révolte toute organisée et qui ne déborde pas vous êtes bien niais…

  15. Je suis conscient que les révoltes ont tendance à déborder. Mais mon point n’est pas là: il faut cesser d’ENCOURAGER LA VIOLENCE. Mais je comprend très bien qu’il est impensable de prévenir tout les débordements.

    La diversité des stratégies, c’est aussi d’essayer de convaincre les gens que nos idées sont valables et de faire moins souvent l’apologie de la violence pour régler les problèmes. La destruction matérielle est une forme de violence, sauf si le droit de vivre est menacé.

    Et en passant, l’infiltration lors de contestation contre la CANSEC pour tirer la sonnette d’alarme était une très bonne méthode d’action directe. Pas de violence, ni blessés ni de danger réel pour la sécurité des gens présents. Mais quand il s’agit de brûler des voitures et de lancer des cocktails molotov, les anarcho-socialistes deviennent des anarcons! Et je vais toujours dénoncer ce genre de comportement violent.

    En passant, j’ai mis votre blogue dans ma catégorie « Anarchistes », votre blogue est fort intéressant.

  16. Je me demandais… C’est quand la dernière fois que des anarchistes ont lancés des cocktails molotovs au Québec… C’est quand le dernier cas de violence attribuable à des anarchistes?

    [Non, les «attentats» de Montréal ne comptent pas puisqu’il n’y a pas eu de revendication explicite du label libertaire par les auteurs.]

    Sérieusement, c’est pas comme si ça rockait beaucoup ces temps-ci!

  17. Bon point Nicolas! Ça fait longtemps en maudit!

    Ma critique n’adresse pas seulement aux anarchistes du Québec mais c’est vrai qu’au Québec, la situation est très tranquille concernant la violence soi-disant « anarchiste » ces temps-ci. Tant mieux!

    Et c’est vrai que jusqu’à maintenant, il n’y aucune preuve que des libertaires soient derrière les « attentats » de Montréal.

    Vous avez raison de souligner ce point positif. Il faut aussi applaudir et apprécier quand les manifestations sont faites correctement et sans violence.

  18. À tout ceux qui prétendent posséder la vérité anarchiste (la doctrine infuse): créez donc vos Partis et foutez-nous la paix.

  19. Pourquoi croyez-vous que je prétends posséder la vérité?

    Je n’ai certainement pas l’intention de créer ni d’être membre d’un parti!

  20. Je vois içi une monté de lait qui aurai pu se faire en privé via un commentaire sur le dit vidéo ou bien sur une discussion ouverte sur la place de la violence dans le mouvement anarchiste. Je suis totalement non-violent si certains membre du collectif sont pour leurs part pro-violent sa ne signifie pas que nous le sommes tous. Si tu veux en discutez, il y’a assez de textes mis a ta disposition sur notre site pour te donner des arguments tant POUR ou CONTRE la violence. Bravo pour ton tact.

  21. @AnarchOi

    En raison de votre commentaire, j’ai apporté une précision supplémentaire à la fin de mon billet.

    Pas question de garder ça privément entre nous, il faut dénoncer les apologies de la violence quand on est vraiment un anarchiste et se dissocier publiquement de ces idioties qui n’ont rien à voir avec l’anarchisme et qui nuisent au mouvement anarchiste. De l’anarchisme pro-violence, ce n’est pas de l’anarchisme, c’est une dérive violente, point!

    Il ne faut pas faire preuve de tact quand il s’agit de dénoncer la violence. Il faut la désapprouver net fret sec!

    Cependant, je suis ouvert à en discuter mais pas à l’approuver!

    De plus, je me promets d’aller fouiller un peu plus dans votre site, surtout les arguments anti-violence.

    Désolé de vous avoir blessé personnellement. Bravo pour votre position anti-violence!

  22. Quand les idées anarchistes ont commencé à se développer en France, elles ont subi un peu l’influence du mouvement terroriste russe. Justement, à ce moment, les nihilistes couronnaient par la mort du Tsar la guerre qu’ils menaient contre l’autocratie. Les idées anarchistes comportaient la propagande par le fait, l’enthousiasme qui s’empara de tous fut tel que, pendant longtemps, dans les groupes, on ne voulut plus entendre parler de théories. Il n’y avait que les timorés et les retardataires qui pussent s’occuper de ces fadaises.

    Le vent était à l’action. A tout prix il fallait passer à l’action. Bombes, dynamite, nitro-glycérine étaient les seules choses dignes d’occuper l’attention d’un anarchiste sérieux. Crier bien fort et lancer des pétards dans les jambes des bourgeois, voilà qui devait être de l’anarchie.

    Cette attitude, toute de bruit et de déclamation, n’a eu pour résultat que de nous faire passer pour des fous. (16-22 avril 1887).

    -Jean Grave

  23. @AnarchOi

    Intéressant!

    Il est clair qu’à cette époque-là, la tyrannie était tellement omniprésente que les théories perdaient de leur importance et que la violence pouvait sembler être un bon moyen pour faire avancer la cause (en partie légitime à titre de légitime défense contre la tyrannie), ce qui n’est pas le cas en Occident présentement, malgré la merde produite par la médiocratie représentative.

    Mais c’est la dernière phrase de Jean Grave qui m’interpelle le plus. Encore aujourd’hui les anarchistes passent pour des fous aux yeux du public. Tendance que j’essaie d’atténuer.

  24. Un Anarchiste.(Point)

    Arff encore la plus ou moins d’accore…. en quoi une fumigène est violente? Comparer à la violence du capitalisme la violence des « Anarchiants » c’est ridicule. En fait je ne suis pas pro-violence, mais je pense qu’il faut trouver un moyen radical et rapide d’arrêté les meutres capitaliste de NOTRE État/Peuple/Nation/Armé, nous sommes des meutriers des assassin des voleurs et des profiteurs (le nous veux dire Canadien ou Québécois). Alors comment faire arrêter tout ça, je ne sais pas si la violence est un bon moyen, probablement pas le meilleur, mais l’extrème non-violence aussi n’est pas ce qu’il y a de mieux… justement parce qu’elle est violente vu qu’elle accuse prèsque autant les anar violent qui sont 100000 fois moins violent que l’autre violence contesté soit le capitalisme. Les deux sont à des degrée différents et il faut voir l’un comme étant moindre et pas si grave que ça. As ce que je sache il n’y a pas eu de meutre commis par des anarchistes au Québec ou si peu, la violence ici se limite a quelques voitures bruler et c’est tout, en générale je pense que l’anarchisme a toujours eu une violence assez minime comparer a ce qu’il combat et même si je n’embarque pas dans ce type d’action reste que je ne les discrimines pas et je les acceptes comme faisant partie du mouvement anar, même si il y a quelques exeptions mais ça ne sert a rien de s’arrêter sur des poussières.

  25. Bien sûr, il ne faut pas comparer cette violence avec la violence étatique. La violence de l’État est bien pire.

    Mon point est que ce type de violence nuit à la crédibilité des anarchistes et ça nuit au processus de conversion des étatistes vers l’anarchisme.

    Au moins, vous ne prônez pas ce genre de violence et on ne peut pas dire que l’anarchisme est très violent au Québec, contrairement à la croyance populaire.

%d blogueurs aiment cette page :